Més que un partit

Les matchs entre le Barça et le Real Madrid arrivent comme les cérémonies des Oscars, les fêtes des Rois et les crises économiques. Un de plus. Encore un autre. Cette année pourtant, alors que Mourinho a vécu un an d’hégémonie catalane (hormis la Coupe de « leur Roi », dixit G. Piqué), le Real Madrid arrive avec une nouvelle armada.

Une nouvelle armada, mais un effectif semblable. Un effectif semblable, où Mourinho, le génie qu’on adore détester (ou l’inverse), avancera comme pièces majeures Cristiano Ronaldo et un Karim Benzema loin de cette une de Marca du 27 octobre 2010 où on annonçait sa mort footballistique. Oui, cette année, les joueurs n’ont pas changé et pourtant le Real n’est plus le même. Fidèle à ses habitudes, Mou avance dans une seconde saison avec le Real qu’il espère aussi glorieuse que toutes ses deuxièmes années dans ses anciens clubs. Un Real qui a tout écrasé en Ligue des Champions et qui ne laisse que quelques erreurs de parcours sur son chemin. Un Real plus fringant, avec 6 points d’avance sur un Barça qui semble, lui, s’étouffer quand il s’éloigne de sa terre fertile catalane.


Une terre fertile d’où il tire l’essence de son jeu et l’essentiel de ses joueurs. Les « canteranos de la Masia » sont aujourd’hui la plus belle démonstration de formation que l’on puisse trouver. Malgré les revers subis hors Catalogne, le Barça reste une machine à « manita ». Une manita qui reste gravée sur les joues madrilènes depuis ce 29 novembre 2010. Un lundi. Oui, le FC Barcelone avait poussé le vice d’infliger à son rival préféré un score cinglant un lundi, pour causes d’élections régionales le dimanche. Une manita d’un coté, un doigt dans l’oeil de l’autre. Les barcelonais ont aussi encore, dans un coin de la tête, cette chevauchée fantasque d’un Mourinho célébrant la qualification d’un Inter qui aura, 90 minutes durant, fait revivre le « catenaccio ». Demain, les catalans essaieront de se rappeler au bon souvenir de la Supercoupe d’Espagne où, pourtant diminué après une pré-saison galvaudé par le repos post-Mondial et une tournée pécuniaire, le Barça s’était imposé sur les coups de 1 heure du matin. A cette heure inhabituellement tardive pour un match de football, le Real pouvait commencer sa gueule de bois.


Samedi, les cartes vont se redistribuer une nouvelle fois. Une victoire du Real les amènerait loin devant un Barça qui va devoir montrer au Japon, encore une fois, qu’il est le meilleur club du Monde. Pourtant, c’est bien à Santiago Bernabeu qu’on attend cette affirmation du coté catalan. Alors encore une fois, vous serez plutôt « cantera » ou « cartera » ?

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....