Bilan 2011, l'Homme de l'Année

Il s’appelle Francesc Satorra.

Also Known As : The Observer.

Also Known As : El Tio de Bigote.

 

Dans la vie, il est responsable du couloir qui conduit des vestiaires à la pelouse du Camp Nou. Sur Internet, c’est une idole. En photo, c’est un concentré de charisme brutal.

Il a de faux airs de Denis Troch. Mais il n’a jamais secondé Artur Jorge, ni entraîné Amiens, Le Stade Lavallois ou les Chamois Niortais.

Mais il était là, tout près, aux premières loges, lorsque le doigt de Don José, à défaut de toucher les étoiles, toucha le globe oculaire de Tito Villanova, pour une mise à l’index un peu trop appuyée. Fin de match au couteau, fourchette après le coup de sifflet.

Il était là, mais, photo à l’appui, flegme tout britannique chevillé au veston, on ne peut pas dire que son visage ait été déformé par l’indignation devant ce geste technique, d’une grande précision reconnaissons-le.

Non, décidemment, il en faut plus pour outrer ce personnage à la moustache frétillante comme une queue de carpe dans un cours d’eau douce. Le cheveu noir, le regard noir, dans un état apparent de léthargie, de quasi-somnolance, il observe. Il est placide (mais peu jovial, a priori).

Le calme absolu qu’il affiche, alors que devant lui l’agitation bat son plein, que le Barça bat le Real et que, donc, Mourinho abat sa dernière carte, fait presque froid dans le dos. Son stoïcisme pourrait laisser penser qu’il regarde un épisode de Derrick (et encore pas le meilleur, un de ceux où les dialogues entre Hans et l’inspecteur sont un peu redondants).

 

Mais non, simplement, Francesc Satorra, The Observer, est celui qui, même dans les situations de panique, ne s’affole jamais. Si votre enfant était prisonnier d’un immeuble en flamme, vous souhaiteriez qu’il soit là. Si vous trouviez Jean-Louis Borloo dans le lit de votre femme, vous souhaiteriez qu’il soit là. Si le litre d’essence dépassait les 2 €, si c’était la crise sur les marchés financiers ou si Johnny passait l’arme à gauche, vous souhaiteriez qu’il soit là.

 

Pour toutes ces raisons, Francesc Satorra, The Observer, mérite bien son titre d’Homme de L’Année.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....