Pencher à gauche...

Pencher à gauche, il ne s'agit pas de résultats de sondage en vue de la présidentielle. Il ne s'agit pas non plus d'une malformation qui rendrait bancal le contenu d'un caleçon... Habituellement droitière, l'attaque blaugrana a changé de couloir pour débloquer la situation à la Rosaleda.

Dani Alvès n'a pas joué les bikers ce soir, laissant son bolide au garage, il a laissé les centimètres cube vrombir de l'autre côté du terrain. L'apport des latéraux a été énorme, puisqu'ils étaient deux, et Abidal semblait être en 1ère période le nouvel ami de Léo, comme déjà observé dans la nuit madrilène en milieu de semaine.

Un début de match difficile face à la stratégie malagueña tout en subtilité. L'ingénieur Pellegrini avait saisi son compas d'architecte pour construire une réplique solide de la ligne Maginot. Tous derrière et Ruuuuuuuuud qui marche devant, du football total grand millésime, Rinus Michels en a des frissons dans sa tombe. Mais sans trois arrêts d'envergure de VV, le hold-up aurait eu lieu.

 

C'est au moment où le chrono indiquait l'âge du Christ que D10S a décidé de montrer la voie, indiquant de la tête le chemin à suivre. Sur une prière lancée en l'air par Adriano sur la gauche, Léo, même s'il n'enchaîne pas 4 000 abdos par jour, sort la plaquette Milka pour ramener ce ballon pourtant un peu derrière lui. On dit souvent, et ça se vérifiera par la suite, qu'il a une main à la place du pied. C'est pas mal non plus au niveau de l'occiput, avec cette superbe tête smashée du plat du pied.

Dans la foulée d'un Busquets rabelaisien, avec un appétit gargantuesque pour la récupération de ballons, le FCB se met en roue libre.

Dès la reprise, c'est du côté gauche que vient le but du break, signé Faudel. Sur le coup, il refait la dentition du défenseur avec une reprise du gauche pleine tronche.

Et celui-ci n'a pas le temps de retrouver ses molaires, que le troisième arrivait, par le seul homme capable de marcher sur l'eau. Messi, qui tournait ces derniers matches à l'essence ordinaire, remit une lampée de carburant fou, avec deux accélérations pour deux buts qui portent son label, finition déposée dans le petit filet comme une évasion fiscale dans un compte en Suisse, tout en douceur et en discrétion. Un coup franc sur la barre, une tête et un face à face perdus, et le triplé aurait eu une petite soeur, la 4ème du Dr Marsh.

Dans une fin de match où tout le monde avait levé le pied, la clean sheet est souillée par un but de Rondon, pas de quoi donner la nausée à Guardiola. Le philosophe eut tout loisir, 90 minutes durant, de disserter sur la banquette des thèses de Hobbes et de Spinoza avec Puyol, Xavi et Fab Fab, pour qui le déplacement en Andalousie aura seulement été l'occasion d'engranger quelques Smile's de plus.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....