Un match nul pour poursuivre l'aventure

Hier soir avait lieu le cinquième rendez-vous entre le Barça et le Real, encore un me direz-vous. Et oui, à être les deux meilleures équipes d’Espagne (d’Europe ?), on est forcément obligé de se rencontrer. Petit bilan 2011 des doubles confrontations : le Barça est passé à chaque fois avec une victoire et un nul (en Ligue des Champions et Supercoupe d’Espagne).

Donc, vu que le match aller s’est terminé sur une victoire 2-1 du Barça, on pouvait supposer un petit match nul. Juste comme ça par déduction… Je suis désolé pour ceux qui avaient parié sur l’une ou l’autre des équipes et qui se disent en lisant ces lignes : « Quel con ! Si seulement j’avais pris des cours de stats avec Patrick Bruel, on en serait pas là… ». Donc, comme tout le monde aurait pu prévoir le nul, voyons comment les deux équipes se sont débrouillées pour en arriver là.

 

Le Barça a débuté la partie avec ses dix hommes de champ type Clasico (Abidieu,Shakiro,Puyi,Alves- Busi,Xavi,Iniesta-Cex,D10S,Faudel), avec tout de même un petit changement tactique avec Don Andres en attaquant gauche et Cex plutôt milieu. Et pour donner une chance au Real, on met Pinto dans les cages.

 

Mou avait décidé de jouer au football hier, donc on a vu Casillas-Arbeloa,Ramos,Pepe,Coentrao-Alonso,Lass,Ozil-Kaka,Ronaldo,Higuain. Petite surprise avec l’absence de Benzema, pourtant buteur lors des deux matchs de Supercoupe d’Espagne, et la présence du mec qui rate à peu près tous les clasicos, señor Higuain.

 

Vu qu’on a gagné les autres matchs en encaissant un pion rapidement, Alves décide de donner une passe approximative à Piqué, qui décide de la laisser pour Valdes. Ah merde, c’est pas Valdes, c’est Pinto, qui, lui, n’avait pas senti le coup. Donc, la mésentente du début de match bien huilée fonctionne à merveille et la balle arrive à Higuain, qui met un beau plat du pied… pour le ramasseur de balle. Franchement, Gonzalo, tu pourrais faire un effort.

 

Bon, vu que le stratagème n’a pas marché, on se laisse dominer pendant une bonne demi-heure. Là, le Real devient super dangereux, et nous on touche pas une bille. Donc, ça donne deux, trois beaux sauvetages de Pinto, qui se fait suppléer par sa barre et son poteau sur une frappe surpuissante d’Ozil de trente mètres en coin, typiquement celle que Wilko ne rate jamais… Au bout d’une demi-heure, on se dit que même Pinto, qui nous rejoue la relance à la Valdes, même les poteaux ne veulent pas que le Real gagne. On se remet alors à jouer, piqués au vif par les fautes que se mettent à faire les madrilènes, assez calmes jusque là.

 

Et là, c’est le drame, Iniesta sort sur blessure, le fameux « biceps femoral », pour la 17ème blessure d’un barcelonais à ce muscle cette saison. Pedro entre en jeu à la place de Don Andres. Juste à temps pour conclure une superbe action de D10S, démarrée des 50 mètres et qui se conclut par une merveille de passe décisive à l’abord de la surface. Dent en retrait conclu d’un plat du pied hors de portée d’Iker. On ne peut rêver mieux après trente minutes de domination merengue.

 

Juste au début des arrêts de jeu, Leo décide de slalomer encore une fois dans la défense madrilène. Coté gauche de la surface, Lass, déjà averti, le fauche sévèrement. Après une vive altercation, l’arbitre monsieur Teixeira décide d’attribuer un jaune à Casillas, pour protestation. La faute de Diarra reste donc impunie et fait le passer au feu orange. Sur le coup-franc de Xavi, c’est encore le français qui détourne de la tête le ballon qui vient mourir au coin droit de la surface de réparation. Un ballon pas perdu pour tout le monde puisque Dani Alves surgit pour mettre un missile croisé dans la lucarne de Casillas. Typiquement le but qu’on refuse de prendre à PES, soit disant que « ton joueur, il est bionique, ça peut pas arriver en vrai ».

 

Donc, pas mécontents, on regagne les vestiaires avec un score flatteur. En gros, une mi-temps Bernard Madoff, le hold-up; on tape rien, on attend que les autres travaillent et on récolte à la fin.

 

C’est donc sur ce score de 2-0 que reprend la seconde mi-temps. Dès le début, on sent un Barça mieux qu’en première mi-temps et qui gère donc pendant un quart d’heure assez sereinement. Un rythme moins soutenu que la première mi-temps enflammée, pas vraiment d’occasion franche hormis un coup-franc de Xavier Hernandez et un but refusé pour le Real à cause d’une faute de Ramos, existante mais légère, sur Alves.

A la 68ème, CR7, fortement gominé hier soir, profite d’un excellent service d’Ozil, très remuant hier (à se demander pourquoi lui préférer Pepe à sa place à l’aller), pour effacer Pinto. Juste après, Pepe décide de couper la gorge de Cesc, qui laissera sa place à Thiago. Dans la foulée, Dani Alves met Piqué dans l’embarras, qui relance directement sur la tête de Callejon qui propulse le ballon un peu contre son gré dans la course de Benz, tous deux rentrés à la 60ème. Benzouz enrhume Puyi d’un sombrero et conclut dans le but vide.

Enfin, y avait Pinto, mais bon, c’est presque tout comme.

 

C’est donc parti pour vingt minutes de souffrance côté barcelonais, vingt minutes d’espoir pour les madrilènes. On est au bord du KO côté Barça où Messi manque par deux fois de redonner l’avantage aux blaugranas. De l’autre côté on pousse aussi, sans plus de réussite. Monsieur Teixeira, assez laxiste sur les cartons, décide alors à la 88ème, on ne sait pas trop pourquoi, d’expulser Ramos, coupable d’un coup de coude sur Busi difficilement réprimandable. Un second carton jaune pour montrer qu’il sait le faire…

 

Le match se termine donc sur un match nul (cf. § 1). Sur un match moyen du Barça, un très bon Real ne parvient pas à s’imposer au Camp Nou. Un signe d’espoir peut-être pour des madrilènes qui ont entrevu comment battre le Barça. Un signe d’espoir pour le Barça qui parvient encore et toujours à écarter le Real, même dans un jour moyen.

 

Rendez-vous donc la semaine prochaine pour le match aller contre les faux voisins valencians à Mestalla. Une finale avant l’heure puisque l’autre match verra s’affronter Bilbao au petit poucet Mirandes.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....