Des chiffres, et des lettres...

Pour la réception de Grenade au Nou ce mardi, les joueurs du Barça ont encore affolé les compteurs, dans un match qui a commencé comme un roman à l'eau de rose. Ils se sont pourtant appliqué à écrire le scenario d'un match à suspens...

Nouvel épisode en semaine pour le Real et le Barça, dans leur triangle à 2 au sommet de la Liga, ce qui manque clairement d'intérêt géométrique. Le match des Catalans avait néanmoins commencé bien avant le coup d'envoi. Le record de buts de César sous la samarreta, crédité de 235 unités depuis la fin de sa carrière au club, en 1955, s'est vu remis en cause le matin du match. Il aura donc fallu 57 ans, et que le cadran de Messi arrive à 231, pour que le total du buteur d'après-guerre soit officiellement ramené à 232, histoire de dérouler le tapis rouge à Léo pour égaler puis battre la marque de référence à la piaule.  

 

Il y avait quand même un match et un adversaire au programme, avant de lancer le feu d'artifice. La venue des Andalous semblait propice aux envolées offensives, Grenade étant moins réputée pour son jeu collectif que pour la palmeraie et les faïences arabes de l'Alhambra ou les bringues de sa jeunesse étudiante (une conso, une ration de tapas offerte !!).

Pour revenir momentanément à 5 points des visages pâles, Pep avait fait le choix du turnover. Puyol, Keita, Thiago et Cuenca, ô combien seyants dans leur maillots de titulaires, avaient offert la possibilité à Mascherano, Busquets, Iniesta, Cesc et Pedro d'arborer fièrement leur haut de survêt' sur le bas côté.

 

Le match commence comme un entraînement par le FCB. Un jeu rapide et simple, et un rival bien gentillet qui permet de répéter les séquences qui fonctionnent. C'est le cas pour Piqué qui travaille par trois fois ses transversales vers l'aile gauche. C'est surtout le cas pour Isaac Cuenca, qui a vite compris comment ça marchait. Percussion et débordement sur la gauche, centre de son mauvais pied vers la Pulga au second poteau. Scène 1. De la tête, Messi ne tente pas sa chance et remet au point de péno à Xavi. Sa repise de volée, à moitié ratée à moitié imparable, fait tilt. Scène 2. Messi, toujours au second au bout d'un centre d'Isaac, sort un plat du pied des familles qui finit au même endroit.

2-0 au bout de 25 minutes, c'est plié. Vous pouvez sortir les calculatrices. Ou les bouliers, si vous êtes nostalgiques.

Xavi atteint la barre des 10 buts en Liga, son record en carrière. Pour Messi, les écrans géants crachent les hommages, son total en matches officiels avec le Barça atteint les 232 grains. Pour la saison, ça fait 52 toutes compétitions confondues, et 32 pour le championnat. Le tout pour revenir à 5 points du Madrid au classement.

A l'abri au score et trop facile, sans répondant en face, la fin de première période va ressembler à la grande répétition du cirque Pinder, tout le monde y va de son petit numéro. Finis pour les chiffres, place aux lettres. En ces temps de Salon du Livre, le capharnaüm footballistique nous permet de passer en revue le contenu de la bibliothèque. On y retrouve de très bons ouvrages, comme par exemple Le Petit Manuel des Une-Deux ou L'Anthologie du Jeu en Triangle. On peut aussi y trouver également de belles pièces de littérature de caniveau, comme le Digest du Dribble Inutile ou ces quelques numéros de Talonnade Magazine. On a même découvert des oeuvres que Pep et la morale réprouvent, tel que frappeincongruede35mètres.danialvès.skyblog.com .

On atteint la mi-temps, et ce qui n'en ont pas eu assez avec les chiffres ont pu zapper sur France 2. Yann Arthus-Bertrand était là pour nous expliquer que 80% de la population Chinoise consomme les 5/6ème de l'eau du Fleuve Jaune, que l'Inde, qui aurait besoin de 3 fois plus d'eau, favorise la culture de riz 40% plus riche en nutriments. La Moustache (mais pas Guy Lacombe) nous a également appris que 25% de la consommation mondiale d'eau était utilisée pour la culture du coton. Saviez-vous qu'il fallait 11 000 litres d'eau pour fabriquer.... OH !!!!!!! Yann .... Ta gueule !!!

Apparemment La Terre Vue Du Ciel a tourné dans les vestiaires, tout le monde roupille en début de seconde. Les hommes de Guardiola mettent le pilote automatique, en témoigne ce plat du pied de 3-0 étonnamment défiguré par La Pulga. On en espèrerait presque que les Andalous marquent pour obliger les Blaugrana à s'y remettre. Et on va être servi.

 

L'Encyclopédie des Duels Perdus, chapitre 1. Piqué battu de la tête par Mainz sur un coup-franc, 2-1. Dani Alvès battu en vitesse sur 60 mètres par Jiménez et qui finit par une balayette dans la surface. Pénalty et égalisation. Quasiment sans occases, Grenade se met à croire en Dieu et en la perspective d'un résultat. Pour le Barça au relâchement coupable, c'est un revival du match face au Bétis il y a quelques mois.

Le temps de renfiler le blau de chauffe, et les automatismes qui fonctionnent. En l'occurence la passe pour Messi dans le dos de la défense. La première d'Alvès pour un nouveau lob sur un pas. La seconde d'Iniesta pour une frappe sans angle, repoussée par le gardien sur Tello. La troisème d'Alvès encore, avec un crochet sur le portero et un triplé de D10S au bout de la course. 3-2, 4-2 puis 5-2. Le coup de moins bien nous a au final offert un festival de foot.

Sur un dernier contre rojiblanco, Dani Alvès contre un centre avec son bras tatoué. Nouveau péno, nouveau carton, il aura tout loisir de se reposer samedi à Majorque pour arriver en forme face à Milan. VV, lui, n'aura pas eu un seul arrêt à faire, mais, la queue basse, il a pu ramasser dans ses filets la Panenka que Siqueira lui avait infligé.

5-3, une belle soirée de foot mais un ratio occasions/but encaissé qui fait froid dans le dos. Il vaudrait mieux être plus efficace face au Milan.

 

On se retrouve ce weekend pour le déplacement à Majorque. D'ici là, n'oubliez pas l'Acad' et le Coin Panini, qui s'enrichit de vieilles gloires pas avares sur les goleadas...

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....