Coup de pression à la Romareda

Le Barça avait l'occasion, ce samedi, de mettre la pression sur le Real dans leur triptyque à deux, ce qui manque clairement d'intérêt pictural. Ce déplacement à la Romareda précédait en effet le celui du FC Valence à Santiago Bernabeu ce soir. Le Real Saragosse, où s'est révélé El Guaje Villa, restait sur une bonne série, avec 10 points pris sur les quatre derniers matches.

Et pour l'occasion, Pep avait mis un onze qui sentait la fin de semaine, en laissant au frais tout son milieu habituel. Thiago, Keita et Cesc formaient donc le trio central. Derrière, avec la blessure de Piqué au biceps fémoral, environ la quinzième de l'année dans l'effectif, on avait le droit à Alves, Masche, Puyi et Adriano, les quatre seuls défenseurs valides. Et devant, c'est à Pedro qu'était octroyé le droit de jouer à coté de Messi et d'Alexis, Pep cherchant encore qui de lui ou de Cuenca était son joker d'attaque pour la fin de saison.

Dans la première demi-heure, le chamboulement dans la Terre du Milieu se fait sentir. Le Barça domine sans pour autant se créer d'occasions, bougé par un Real viril, mais correct (ou correc' comme on le prononcerait dans les milieux rugbystiques). C'est finalement Saragosse qui se montre le premier dangereux. Suppléé par son poteau sur une frappe d'Aranda qui revient après cafouillage dans les pieds de Lafita. Valdès décide d'intervenir et plonge dans les pieds du milieu aragonais, qui n'a rien à voir avec Luis du même nom. Celui-ci nous offre un plongeon saut de l'ange final carpé, lui aurait bien valu un 6,5 au cumulé aux JO mais qui lui donne ici un pénalty indiscutable. Plus discutable est le plat du pied mollason d'Aranda, qui offre à VV l'occasion de se rattraper.

Ce n'est que parti remise pour le joueur formé à l'autre Real, notre meilleur ennemi, qui s'échappe du plan Vigipirate de Masche pour se présenter devant le portier catalan, profitant d'une position de hors-jeu d'un poil, qu'il n'a pas sur le caillou. Au bénéfice d'un une-deux avec Valdès, Aranda marque un but assez chanceux qui donne l'avantage aux hôtes.

 

Comme souvent dans ces cas-là, c'est Don Carles de la Grinta qui sonne la charge. Sur un corner, Roberto passe à travers et laisse échapper le ballon. Puyi assène un coup de pied réflexe du gauche pour l'égalisation. Sur l'action d'après, Alves contre du pif une frappe et offre à Faudel une balle de contre-attaque. 50 mètres après une chevauchée fantastique, digne d'un Général du Pommeau des grandes courses, le Chilien bifurque sur Messi. A la faveur d'un dribble raté, le lutin se retrouve décalé sur la gauche et mitraille Roberto pour une frappe dans la lulu. Les Barcelonais retrouvent les vestiaires avec un score de 2-1 assez flatteur et en supériorité numérique après l'exclusion de Abraham, que n'aurait pas renié Claude Guéant.

 

Pourtant à 10, le Real Saragosse revient fort en deuxième mi-temps et fait monter le ton de la partie. Ils auraient même pu se faire offrir un deuxième pénalty sur une main de Keita. Sentant la faiblesse d'Aranda dans l'exercice, señor Turienzo Alvares préfère ne pas siffler. Pas plus de sifflet de l'autre côté sur une poussette sur Thiago. C'est alors le Barça qui prend les devants de la partie. Fabregas se voit oublier une première fois par Alexis puis mal servi par Adriano sur une action de grande classe. Les Catalans s'en remettent donc à un penalty provoqué par Faudel. Messi ne flanche pas et conclut d'une frappe de mule, dans le plus pur style conjoint à Francesco Totti et à Michael Tarnat. Libéré, le FCB finit le match sur une action Harlem Globe Trotters aérienne. Un enchainement de sombreros Thiago-Pedro-Messi-Pedro terminé par le plat du pied agile de Pedro, qui renoue avec les filets, même si Faudel à ses côtés aurait plus mérité de scorer, pour l'ensemble de son oeuvre.

 

Un score finalement flatteur pour le Barça, qui attend l'exploit des coéquipiers d'Adil Rami, double buteur en Europa League cette semaine. Et pense déjà au match contre Getafe mardi, avant un aussi crucial derby madrilène à Calderon, où le Barça jouera la finale de la Copa del Rey.

 

Fidèle à nos nouvelles habitudes, voici la notation made in Blograna de ce match :

 

----------------------------------------------------------------------------------------

Le Client

Carles Puyol de la Grinta, impérial en défense et auteur du but égalisateur.

Nominés pour le titre suprême. Messi, double buteur sur deux frappes de mûle et un assist, présent sur tous les bon coups en fin de match. Thiago, qui a souvent décroché juste devant la défense, là où la rédaction de Blograna le préfère ; aussi très présent offensivement en fin de match.

 

Le Bialès

Comme le Commissaire Bialès, sorti à son époque de l’école de Police avec une moyenne de 11/20, ce qui est bien, mais pas top, Fabregas a eu du mal à peser et finit avec une feuille de stat vierge, mal servi par ses copains.

Nominés dans la catégorie, Faudel, victime d'un très bon match avec une passe et un pénalty obtenu, mais il manque un pion pour passer à la catégorie au-dessus.

 

Le Casper

Malheureusement, Pedro  est passé dans le match comme le gentil petit fantôme avant d'apparaitre à la 92ème pour marquer.

Peut-être en panne d'essence, Alves ne s'est marqué que par son contre nasal. Sorti gêné par son biceps fémoral (tiens tiens).

 

Le Cagolin

Petite peluche mascotte d’une équipe, le Cagolin est traditionnellement octroyé au plus mauvais joueur du match, puis remis en jeu au match d’après. Keita remporte la mascotte obtenue par Cuenca en milieu de semaine. Un match livide, que Pep préféra arrêter avant l'heure de jeu.

 

 

Sur ce, guettez le retour de Nando dans l’Académie. On se retrouve cette semaine pour le match de Getafe. N’oubliez pas d’aller flâner dans le Coin Panini, comme d’habitude.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....