Match Ban Ki-Moon pour le record de Müller

Une semaine après la défaite contre Chelsea, le ciel étoilé de la Champion's avait laissé place à un soleil éclatant, bien plus propice aux envolées lyriques d'Evelyne Dhéliat et aux rencontres de championnat amateur dominicales. Alors que le titre allait se jouer deux heures plus tard du côté basque, la côte catalane accueillait le match Ban Ki-Moon de l'année, adoubé par l'ONU, entre l'Unicef Barça et l'Unesco Malaga. Une rencontre sous le signe du social que ne reniera pas François H., qui au même moment se battait pour un autre fauteuil sur les antennes ex-hertziennes .

Dans le ton d'un Camp Nou acquis à sa cause, Pep n'a pas dérogé au thème de la soirée en faisant plaisir aux jeunes et aux habituels remplaçants. Adriano, Keita, Pedro et Cuenca profitait donc de l'aubaine, à côté de Puyol, Masche, Alves, Cesc, Iniesta et Leo. Durant le match, le capitaine du Barça B Bartra, Affelay et Tello se verront aussi offrir des minutes de jeu. Cerise sur le vacherin, la Guardiole s'évertue en cette fin de mandat à nous faire croire que Pinto est un vrai gardien. Une décente incongruité que le portier mélomane tentera de nous prouver jusqu'à Calderon.

Privés de nombreux joueurs clefs, parmi lesquels le relanceur Jérémy Toulalan (si si, on lui a appris ça de l'autre côté des Pyrénées), Malaga aura bien du mal à justifier sa posture d'Européen. La rencontre entre le deuxième et le quatrième de la Liga, porté par une ambiance vacillant entre la nostalgie guardiolesque et la morosité d'une fin de saison pâle, n'aura pas été d'une grande intensité. A 'ment donné, on se serait presque vu zapper sur un débat pestilentiel raffolant de statistiques, qui propulserait presque Philippe Doucet au Ministère de la Palette.

Finalement, moins à la page sur les questions d'économie ou d'immigration, la rencontre a au moins eu le mérite de voir repasser Leo en tête dans la course au Pichichi.

 

Pas extrêmement à l'aise dans la partie, le FCB s'en est remis à une efficacité retrouvée pour passer une soirée somme toute assez tranquille.

En mode De la Grinta sur l'ouverture du score, Carles aura également montré son manque de vivacité sur l'égalisation de Rondon. Mais, comme pour faire oublié le manqué de la semaine passée, Leo donnera l'avantage au Barça sur deux pénaltys. Le premier, à la limite de la surface, et le second, plutôt généreux, ne feront qu'attiser l'aigreur de CR7. Qui lui ferait mieux de transformer ceux qu'on lui offre. 

Le second pénalty, tiré quelques centimètres sous la sournoise barre de mardi dernier, ne pourra que nous faire regretter la fragilité coupable de l'argentin contre Chelsea. Enfin, D10S signera un hat-trick, sur une merveille d'ouverture de Don Andres qu'il se chargera de transformer en joyau grâce à un dribble piqué sur Kameni. Olivier Atton style. Son 68ème de la saison lui permet de devenir le meilleur buteur sur une saison, devançant Gerd Muller d'une réalisation. Le bombardier Allemand n'a pas tout perdu, à la picole au comptoir, Gerd a encore plus d'une pinte d'avance. Mais Adriano n'est plus très loin.

 

Un record butifère que le Barça tentera sûrement de protéger et d'en priver Cristiano Gelaldo. Le Portugais, préférant un bras d'honneur à Javi Martinez à la célébration du titre avec ses collègues, prouve une fois de plus pourquoi on lui préfère la simplicité de Leo.

 

Durant toute la partie, l'aficion n'a cessé de chanter pour soutenir le Barça et le déjà regretté Guardiola, qui s'est montré ému par moments et toujours réservé sur les quatre buts barcelonais. Le technicien catalan a profité de la soirée pour féliciter le Real qui avait décroché le titre sur la pelouse de San Mamés, sous-entendus à la clé.

 

Place maintenant à la notation :

 

----------------------------------------------------------------

 

Le client

Deux passes décisives et un pénalty provoqué, un déhanché shakirien dans le dribble, Iniesta remporte la Palme d'Or ce soir.

Nominé dans la catégorie, Leo a profité des deux pénaltys pour s'offrir un triplé qui lui offre le record de Gerd Muller et certainement le trophée de Pichichi.

 

Le Bialès

Auteur du premier but, court sur l'égalisation, Carles ne récoltera qu'une note de 11/20, ce qui est bien mais pas top.

 

Le Casper

Encore moins de percussion que d'habitude (faut le faire!), un autre match ou Cuenca a travaillé son foncier. Fernando Torres style.

 

Le Cagolin

Sans parler de mauvais match, Dani Alvès et Fabregas on sorti un match moyen moins, à l'image de leur seconde partie de saison. Un cagolin sévère, donc partagé pour rétablir une forme de justice.

 

 

On se retrouve le weekend prochain pour le Derby face à l'Espanyol, pour le dernier match de Pep Guardiola sur le banc du Camp Nou.

N'oubliez pas d'aller prendre des nouvelles de Nando, dans l'Acad', mais aussi dans sa présentation blogranesque.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....