Sweet Home Albamania

L’impensable se produit dimanche 1er juillet 2012, au stade Olympique de Kiev quand la 41ème minute de jeu touche à sa fin. De mémoire de footeux, il était loin le temps où un rire franc, accompagné d’un sincère « Putain, il a raison », avaient sanctionné une intervention de Christian Jeanpierre. Mais force est de reconnaître que sa remarque « Le Barça a bien fait d’acheter Jordi Alba avant la finale, sinon ils l’auraient payé 20% plus cher », était frappé du sceau du bon sens (c’est vrai, Arsène, ton compère de micro n’a pas assez souvent ouvert ses carnets de pertinence).

 

 

En effet, Jordi Alba, le minot de l’Hospitalet s’est officiellement rappelé au bon souvenir du Llobregat une poignée de jours avant la finale de l’Euro, en signant au Barça pour 14 M€. Puisque le temps est à la citation, on citera également Vincent Duluc en mode tweetos : « Alba au Barça pour 14 M€, soit 1 M€ de moins que Cissokho à l’OL ». Toutes les vérités sont elles bonnes à dire ? Peut-être pas à Jean-Michel Aulas…

Suspendu à la santé encore équivoque d’Abidieu pour au moins les 6 mois qui viennent, le côté gauche de la défense était coché en rouge dans l’agenda de Tito. Autant être honnête, l’arrivée d’Alba était enveloppée d’un suspens comparable au dénouement d’une comédie romatique hollywoodienne. La belle histoire de l’enfant du pays, parti chercher ailleurs la reconnaissance et l’intérêt de son club de cœur, avant d’y revenir par la grande porte. Il ne manque que Robert Pattinson au générique…

Jordi Alba revient, et pour beaucoup, une lourde tâche lui incombe : redorer le blason d’un prénom souillé à jamais, dans les esprits franchouillards élevés dans les années 90, par une niaiserie musicale blonde d’1m06. Bien du temps a passé, Allison, sa copine à lui, a depuis sombré dans la drogue et le porno, mais le mal est fait. Si en Catalogne, Jordi est illustre, du haut de son jour férié où s’échangent Books&Roses, si l’on a vu ce prénom porté par la descendance de légendes blaugrana ou à la Mairie de Barcelone, en France la moquerie est rampante. D'où la riche idée d'accoler à ce prénom teinté de dédain le nom d'une actrice yankee à fort potentiel atomique. 

 

Jeudi 17 heures dans sa nouvelle casbah, Jordi enfile pour la première fois son numéro 18, le temps d’une séance de jongles sous les crépitements des Canon 5D postés sur le bord de la touche. Le 18, celui qu’il portait déjà, pendant l’Euro sur son maillot rouge. Une compétition qui aura au moins eu le mérite de faire taire les sceptiques sur son recrutement, Alba a été grand (malgré son 1,70m qui le situe dans les canons de la hauteur sous toise blaugrana) et a montré des signes avant-coureurs d’entente cordiale avec Iniesta et Pedro.

 Surtout, on a pu se rendre compte qu’Alba n’est pas qu’un décérébré assoiffé de raids offensifs. Excellent quand il prend son couloir, il choisit ses montées avec un soupesé discernement, et ne se rue pas devant à tort et à travers.

Et il faudra de la jugeote l’an prochain, pour ne pas sombrer dans les courses de solex sur les ailes entre lui et Dani Alvès à droite. Mais on peut d’ores et déjà mettre un billet, Sergi Busquets sera (encore) fondamental pour venir faire le nombre au milieu de sa défense pour compenser les cavalcades des joueurs de couloir, dans une composition défensive qui porte à croire que la défense à 3 ne sera pas le choix dominant.

 

Pour voir le bonhomme en action avec le maillot flou, il va falloir attendre un peu. La saison d’Alba va commencer par l’absence, qui d'après La Fontaine est le plus grand des maux. Convoqué avec la rojita pour les Jeux de Londres (Alvès aussi, ce qui imposera peut-être, temporairement, le 3-4-3), on risque de ne voir Jordi rentrer qu’à la mi-aout, rapport que les sélections espagnoles ont peu pris l’habitude de rentrer après les matches de poules, . Il faudra espérer que l’enchaînement saison11-12 / Euro / JO lui aura laissé deux ou trois gouttes de carburant dans le moteur pour attaquer la saison.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....