A chacun son Prophète

Suivez le Guide. En ces temps polémiques où il est dangereux d’aborder le sujet de l’Etre Suprême, la religion barceloniste fait exception en exhibant son Leo Messi en Une des gazettes deportistas. Retour sur la réception du Spartak, où D10S a encore montré la lumière dans un match moyennement bien embarqué.

 

 

Accueillir un club russe à la piaule en début de campagne européenne, ça rappelle forcément le Rubin Tuesday. Unay Emery avait annoncé venir pour jouer l’attaque. Ça aura duré 2 minutes. Le temps que le onze mis sur pied, et sur la feuille de match, par Vilanova ne reprennent les choses en main.

Une compo avec comme seule véritable surprise la titu de Tello à gauche, alors que le match à Getafe pouvait laissait croire à un retour sur scène du MVP. La perf du canterano donnera raison au mister, souriant comme à l’habitude devant son banc. Tito a encore franchi une étape dans l'hilarité chronique quand Piqué se blesse au bout de 10 minutes, rendant caduque et éphémère son alineacion initiale. Song dépêché sur la pelouse, le futur père du minot de Shakira part directement à l’hôpital rejoindre Puyol, et laisse le FCB sans défense. La perspective d’un clasico bihebdomadaire laisse pantois sur la charnière que l’on pourra aligner. Song n’aura en effet pas vraiment rassuré son monde en position de 4, en témoigne son grotesque carton reçu pour un coup d’épaule très éloigné du ballon.

 

Le match prend rapidement la tournure attendue, le Barça met le pied sur le ballon, et Tello débloque son compteur au quart d’heure, grâce à un aiguillage en pivot particulièrement inspiré de Xavi. 1-0 à la 15ème contre une équipe qui défend bas, l’issue semble cousue de fil blanc. Dans le contenu, les blaugrana trouvent des solutions par des transversales sur les ailles, notamment vers leur numéro 37. Dans le cœur du jeu, Xavi et Cesc se répartissent la distribution et la disponibilité vers l’avant. Derrière, c’est beaucoup moins sécure, le Spartak arrive à tenir le ballon dans les pieds de ses deux molosses de devant, Emenike et Ari, un ami qui vous veut du bien…

Trop à l’aise dans sa ballade de milieu de semaine, les catalans optent pour l’auto flagellation. Un contre Russe qui prend Masch et Adriano de vitesse, Song qui rate son intervention sur le centre et piège Dani Alvès. Surpris et victime d’un réflexe contre-productif, le latéral carioca offre l’égalisation a une équipe qui ne s’était pas encore créé d’occasion. Ou l’art de se mettre dedans tout seul.

 

La reprise est plus que poussive, les espaces se réduisent et on se croirait devant le DVD de Microcosmos. Le Barça ne trouve plus de décalages devant, et ne gagne plus un seul duel derrière. Bref, les ingrédients d’un match de Ligue des Champions réussi… Comme une lapalissade, l’épée de Damoclès finit par tomber, Alvès et Song se montrent à nouveau solidaires dans les courants d’air, rapidement rejoints par Adriano sur le flanc opposé et le Spartak prend l’avantage.

Une odeur de sapin plane sur Barcelone, alors que Messi s’enlise dans d’improductives séries de dribbles. Mais Messi est Grand. Et même moyen sur sa prestation d’ensemble, il va encore ramener la lumière sur le jeu de l’équipe. Remodelés en 3-4-3 pour favoriser la remuntada et stimulés par l’entrée saignante de Faudel, les barcelonais font le siège du Kremlin. Le front de l’Est finit par rendre les armes, Tello collectionne 2 chutes de reins et caviarde le Génie avant de sortir pour Villa, le Camp Nou respire et reprend espoir. Le Guaje manque de faire la décision sur l’action suivante, mais la réponse ne peut venir que D10S. Sur un centre d’Alexis, il s’élève au dessus de la défense (!!!!!) et plie l’affaire de la tête. Même dans un soir tout juste correct, Leo reste au dessus du lot, regardant la mêlée depuis là-haut. Rassurez-vous, il sera toujours possible, aujourd’hui comme demain, de se moquer ou de caricaturer Leo Messi, et surtout de le représenter dans les journaux, les bras levés comme un soir de victoire.

 

Le couperet est passé très prés pour la clique à Tito, mais le bilan mathématique de la soirée est impérial, avec le nul de Benfica face au Celtic. Evidemment, le bilan médical est moins fringant, avec une nouvelle blessure de moyenne durée pour le playboy à la barbe rase.

 

Place aux notes.

 

 

Le Client

Indigent à Getafe, Tello avait simplifié le match du Barça en ouvrant la marque, et a dû rajouter un coup de rein pour remettre les choses dans l’ordre, avec l’assist du 2-2 pour Messi.

Nominés dans la catégorie : Messi évidemment pour son interprétation de David Hasselhoff. Excellente entrée d’Alexis. Match sérieux agrémenté de délices ratissés de la part de Busquets.

 

Le Bialès

Performance individuelle plus que correcte pour Cesc et Xavi, mais pas assez d’impact pour faire la décision.

Nominé dans la catégorie : Valdès, difficile de lui imputer quoi que ce soit.

 

Le Casper

Piqué, le précoce, mis à part pour sa poignée de minutes sur la pelouse, Pedro a pour la seconde fois d’affilée pataugé à la périphérie du match.

 

Le Cagolin

Même si la mascotte aurait mérité d’être attribuée au collectif arrière, Dani s’occupera de la peluche, pour son CSC et son manque d’inspiration dans les duels. Song et Adriano auront été au moins aussi peu inspirés au contact de leur attaquant respectif. Mention un peu mieux pour Masch, mais il était le capitaine du bateau défensif qui a sérieusement tangué.

 

Guettez bientôt le retour de Nando dans l’Acad’. De notre côté, on se retrouve ce weekend pour la réception de Grenade.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....