Dimanche, le vrai Clasico se joue au Camp Nou

Quoiqu’en disent les têtes pensantes du football et les discours mielleux de début de semaine, le Clasico est dans toutes les têtes depuis longtemps déjà. Les phrases de ce lundi étaient réservées à concentrer les joueurs sur la rencontre de Champions. Pourtant, tout culé qui se respecte a ce 7 octobre Stabyloté sur son agenda depuis l’édition du calendrier de Liga. De même que le match retour, le 3 mars prochain. Pas question d’accepter un repas de la belle-famille ou un week-end en amoureux, encore moins une sortie raquettes avec le CE de la boite : le premier week-end de mars, c’est Clasico.

Dimanche, ce ne sera certainement pas le bon jour pour organiser une réunion Tupperware, mais encore moins pour préparer des meringues ou regarder les photos de votre dernière soirée Eddy Barclay. Non, dimanche, c'est LE jour où l'on se doit d'être totally focused, de sentir des crépitements dans l'estomac à mesure que l'horloge nous rapproche du coup d'envoi. Et pas à cause du repas dominical gargantuesque qui vous aura amené à somnoler devant le Grand Prix de Suzuka, après un coup d’Armagnac.

Sur les coups de 19h50, l’Espagne du football s’arrêtera pour regarder ce qui se fait de mieux au pays des Seat Ibiza. Avec 55 minutes de décalage horaire sur l’Italie où la ville de Milan sera en émoi et 1h10 sur la France où le « Classique » (nouvelle appellation labellisée @Joey7Barton) divisera le pays.

 

Vous l’aurez compris, même en vous ruant au grenier pour arracher votre vieux magnétoscope à son lit de poussière, bien calé entre votre Minitel dernière génération et vos jantes chromées de Renault Fuego, vous raterez forcément un match sur les trois.

Alors faites un choix. Et faites le bon, si possible. Sans vouloir vous influencer, la pelouse de San Siro est plus que moyenne, l'état de forme des deux équipes est hasardeux, bref, vous attendrez le résumé lancé par Thomas Thouroude dans l'EDD. Direction le pays où les Frères Karabatic seraient des gens comme les autres. Vous pensiez réserver votre soirée au "Clasico Français" ? Pas la peine, on connaît déjà le résultat. 1-0 pour l'OM, Gignac sur une passe de Valbuena. Encore un but décisif pour The Special Couenne. En plus, ça va se jouer en seconde période, une mi-temps que vous aurez tout loisir de regarder d’un coin de l’œil en débattant du Clasico. Bref, tous les chemins mènent au Nou.

 

Cette programmation, qui va turlupiner bien des Footix, nous renvoie tout droit à l’aberration calendérique de mai dernier. En effet, le Barça et le Real avaient du se coltiner un pantagruélique sandwich avec une tranche de Clasico coincée entre deux morceaux de demi-finales de Champions. La LFP, à l’instar de ses compères françaises et italiennes, a donc revu sa copie. Finis les allers un mois avant Noël (en moyenne le 29 novembre depuis 10 ans) et les retours pendant les matchs cruciaux de Champions (en moyenne le 15 avril), désormais, on avance tout d’un mois ou deux.

 

Si d’évidence la LFP a fait cela pour aider ses ogres dans leur calendrier de fin d’année, elle a aussi créé un rendez-vous crucial, à l’insu de son plein gré. En effet, le début de saison des deux clubs amène un choc qui pourrait, s’il n’en décide pas, influencer fortement du sort de la Liga.

 

En s’inclinant à Getafe et à Séville, où son rival s’est imposé, le Real a accumulé un retard qu’il sera sans doute difficile de combler. Sur ses six premiers matchs, il a perdu 8 points. Certes, « queda mucha Liga » (« il reste beaucoup de Liga ») comme le ressassent les barcelonais pour ne pas céder à la melonite. Pour être juste, il y a encore 96 points à distribuer. Seulement, quand on sait que le Barça a toujours su accumuler plus de 90 unités ces dernières saisons, il ne pas falloir en laisser beaucoup en route pour soulever le trophée côté madrilène. C’est sûrement ce que se disent les Barcelonais, qui verraient d’un bon œil de laisser le rival à 11 points dès la septième journée.

 

Seulement voilà, tout ne sera pas aussi simple côté catalan. Le coude retourné de Puyol mardi a fait tourner les yeux à bien des téléspectateurs. Il a aussi immédiatement donné des sueurs froides à Tito sur sa composition défensive dominicale. Si Piqué n’est pas remis à temps, c’est une nouvelle fois Song qui devrait seconder Mascherano. Ce qui n’est pas pour rassurer les culés. La seule autre interrogation repose sur la forme d’Iniesta. S’il est suffisamment remis, on voit mal Vilanova s’en passer. La nouvelle ferait alors un déçu entre Cesc et Alexis. Si le Mister considère toujours Cesc comme un milieu, Faudel devrait fouler le terrain dès le coup d'envoi. A moins que le technicien catalan opte pour Cesc ou Iniesta devant. Peu probable au vu de la tactique mise en place depuis le début de la saison, pas si bête si on prend en compte l’état de forme de Fabregas.

 

Dans l’autre camp, tout semble s’être apaisé depuis une semaine, même si le conflit entre Ramos et Mou semble encore latent. Mais, la manita contre le Depor et le récital contre l’Ajax ont fait du bien à l’effectif madrilène. Ronaldo a marqué son premier triplé en Champions, Benzouz a planté deux pions en deux matchs et même Kaka a fait un bon match mercredi. Le Real arrive donc confiant au Nou, avec la féroce envie de ne pas voir sa saison liguesque s’arrêter prématurément un 7 octobre.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    CampNou (dimanche, 07 octobre 2012 01:53)

    Merci pour cet article
    Demain Grand jour pour les Azulgranas on doit bien traiter les infirmières madrilènes ;)

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....