Un 11 historique

15ème minute de jeu. L’univers Barça atteint son paroxysme. Non pas parce que Dani Alves quitte la pelouse sur une blessure au biceps fémoral, numéro 1 au hit-parade de l’infirmerie culé. Non, la vraie raison est sa substitution par Martin Montoya. Pas tant sur la rentrée du latéral international espagnol, habitué des pelouses désormais.

Le véritable événement est que le défenseur carioca était au coup d’envoi le seul joueur à n’avoir pas fréquenté La Masia. Avec l’entrée de Montoya, les onze blaugrana sont donc des canteranos. Une première dans l’histoire du club. Un souhait que Van Gaal avait exprimé aux débuts des années 2000 (ce qui ne l'empêchait pas de recruter du hollandais à tour de bras. Peut-être voulait-il un 11 de joueurs formés à l'Ajax). A un temps où seuls Xavi et Puyol représentaient la Masia en équipe première. Une idée que même le Grand Pep n’avait pas réussi à accomplir. Tito a donc réalisé le rêve du barcelonisme. La légende dit même que Platoche a chialé en voyant ça…

 

Un chef d'oeuvre permis par le retour des PP flingueurs en défense centrale. Et surtout grâce à la présence d’Alba et de Montoya dans l’effectif. En effet, les postes de latéraux, réservés à Abi et Alves sous l’ère Guardiola, étaient le maillon faible pour la conception d’un onze « all-Masia ». Une carence aussi perçue devant où les places autour de Messi se sont partagées entre cracks et jeunes ailiers du cru ces dernières années. Hier, c’était Pedrito qui occupait le strapontin à côté de D10S.

 

Si devant et derrière, il a souvent fallu faire recours à des solutions extérieures, le milieu de terrain regorge de solutions maison. Et même un de trop. Dans le 4-3-3 Cruijffesque, Busi, Xavi et Iniesta avaient leur place réservées jusqu’à ce que Tito considère Cesc comme l’un d’entre eux. Si on rajoute le Double V, digne héritier d’une ligné de gardiens catalans approximatifs, on obtient un onze « fabricat en la Masia » qui fait bander les Montebourg locaux.

 

En plus de cela, les solutions de rechange ne manquent pas, surtout au milieu et devant. Si Tito souhaite modifier ce onze maison, il pourra s'appuyer sur les valeurs sures Thiago, Cuenca ou Tello, voire même d'autres jeunes déjà vus en Liga tels Bartra, Dos Santos, Sergi Roberto ou Deulofeu.

 

Les indépendantistes ajouteront que parmi ces onze joueurs, huit sont catalans. Seuls Iniesta, Pedro et Messi sont nés hors des frontières de la Catalogne. Les détracteurs, quant à eux, souligneront que tous ces joueurs n'ont pas fait toutes leurs classes au club. En effet, le Barça a du débourser près de 50 M€ pour rapatrier Piqué, Alba et Cesc avec Europe Assistance. Chéro la dépanneuse...

 

 

Ce onze est déjà historique. Les noms pleuvent outre-Pyrénées. "Tito's Eleven", "Le Onze de rêve" ou encore "Le Onze élevé à la Masia". On imagine que Tito sera tenté d'aligner un onze Masia dès le coup d'envoi d'un match de Liga pour marquer encore plus l'histoire. La pression de la presse régionale et des culés va sûrement monter ces prochains jours pour forcer Vilanova à le faire.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....