Revue d'effectif

Dans une semaine débutée en fanfare par les prix remis et à Genève et qui se conclura dimanche par un déplacement périlleux à Malaga, le Barça devait terminer le boulot en huitièmes retour de la Lana del Rey. Evidemment, contre une équipe qui se trouve derrière le Barça B au classement, le suspense était aussi fort qu’avant la remise du trophée à Leo Messi en Suisse.

Malgré son retour triomphant sur le banc la semaine dernière, Tito était rappelé par sa maladie. Il a même du aller discuter cancer avec Timothy Chan, spécialiste ès maladies à la con au Memorial Sloan-Kettering, à New York. Surement l’occasion de passer chez Pep pour divaguer sur le débat « Faire une première saison de ouf en tant qu’entraineur du Barça ». Pendant ce temps, le menton saillant de Jordi Roura reprenait les rênes du Barça.

Pour faire face à Cordoba, dont le seul fait de gloire est d’avoir été choisi par Seat pour le nom de sa berline compacte, le technicien catalan a fait tourner. On retrouvait donc sur le terrain des joueurs plus habitués à tester des sièges Sparco qu’à étrenner leurs crampons sur les terrains. La Tresse tient évidemment son rang de portier del Rey. Derrière, une défense droitophile avec Montoya à gauche, Masche et Puyi dans l’axe et Alves à droite. Le milieu de terrain est un milieu totalement bis avec Alex Song, Thiago et Sergi Roberto. Devant, les désormais remplaçants Alexis et Villa étaient épaulés par Cesc.
 
Pour ce match, situé en créneau d’Europe League, le Camp Nou sonne creux. A peine 37 000 socios s’étaient massés pour assister à ce tour de Coupe, soit quasiment un tiers de la capacité du stade. Tout de même plus que la moyenne de 18 clubs de Ligue 1, pour un match contre le 12ème de D2, l’équivalent du FC Tours en France…
 
Le but évident des cordouans (la VF est moyenne, on repasse en VO prochainement) est de ne pas prendre une averse de buts. Bien aidés par les approximations de Faudel, les cordobenses (en VO, ça claque) se permettent d’attendre le quart d’heure de jeu pour prendre le premier.
 
Thiago profite d’une relance approximative du gardien adverse et d’un service de Song pour ouvrir le score d’un fouetté. Très vite, Villa achève tout espoir cordobés en marquant un doublé. Un bijou de double-contact sur la ligne de fond enchainé par un Gérard Piqué en angle fermé pour le premier. Un tir croisé après un service de Roberto pour le second.
 
Après ces trois buts, les blaugrana relâchent un peu le rythme mais pas l’emprise sur le match. Un pressing très haut permet de récupérer les ballons assez proches des cages andalouses, idéal pour se créer des occases. Song et surtout Thiago sont à la baguette d’un jeu plutôt alléchant. La pause ne change rien au débat, même si elle voit les entrées de Bartra et de Jonathan.
 
En seconde période, comme en première, Alexis se montre maladroit devant le but à plusieurs reprises, comme cette occasion incroyable de la 85ème où il enchaine un contrôle porte-manteaux magistral, un dribble sur le gardien et une chute ridicule au moment de frapper. Il réussi quand même à planter un doublé. Un but de la tête sur corner à l’heure de jeu et un but réflexe du genou en fin de partie pour conclure la manita.
 
Une manita qui fait plaisir à voir avec les habituels remplaçants où Pinto n’a eu que de rares arrêts à effectuer. Malheureusement, la blessure au biceps femoral a sévi sur Villa. El Guaje, soutenu à chaque touche de balle par le public, a montré toutes ses qualités de finisseur mais aussi son manque d’impact dans le jeu. Ce qui le place au parfait antipode d’Alexis, très entreprenant mais parfois désolant devant les cages.
 
Le Barça passe paisiblement en quarts de finale où l’attend Malaga, l’adversaire qu’il rencontrera donc 3 fois en 10 jours.
 
On passe à la notation.
 
LE CLIENT
 
Sobre et efficace, Thiago a montré qu’il pouvait avoir beaucoup d’influences s’il enlevait tous ses gestes en trop, réapparus après le quatrième but.
 
Nominés : Alex Song a aussi réalisé une belle prestation, toute en puissance et précision. Cesc a été un très bon faux-9 pendant ses 45 minutes de jeu. Un travail très intéressant des deux latéraux, forcément exempts de toute tâche défensive. Mascherano a coupé court à toute bribe d’offensive cordobense.
 
LE BIALES
 
Une demi-douzaine d’occases incroyablement ratées mais un doublé à la clé, le parfait Bialès pour Alexis.
 
Nominés : Un beau doublé pour Villa mais trop peu d’impact dans le jeu. Jonathan a fait du Thiago en seconde période, mais en moins bien. Tello a fait du Pedro en seconde période, mais en moins bien.
 
LE CASPER
 
Forcément, quand on joue contre le 11ème de Liga Adelante, on ne peut que s’ennuyer dans les cages.
 
Nominés : Sergi Roberto a fait pale figure à coté de Song et de Thiago même s’il a montré des choses intéressantes avant de sortir sur blessure. Puyol puis Bartra ont regardé Masche faire leur boulot.
 
LE CAGOLIN
 
La peluche ne trouvera pas preneur ce soir dans un match sans véritable opposition.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    blograna (lundi, 14 janvier 2013 19:50)

    Pour la postérité ce commentaire live d'Omar Da F. quand Alexis s'est pris pour un Guivarc'h sous assistance respiratoire :
    "Parfois, il commence ses actions comme Messi et les finit comme Papadopoulos..."

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....