PSG-Barça: Heureux au tirage ???

Certes, les Blaugrana ont évité les morceaux supposés les plus aigres à digérer, Bayern, Juve ou Borussia, et surtout un insupportable nouvel affrontement avec le Madrid. Le Barça viendra donc à Paname le 2 avril. Si la perspective réjouit les culés français, qui ont déjà planté tentes et thermos devant les guichets du Parc, la confrontation aura tout du piège pour les Catalans, peu à l'aise face à des équipes du profil du PSG.

Évidemment, tout tirage au sort de Ligue des Champions trimballe son baluchon de questions et de réflexions plus ou moins judicieuses. Qu’est-ce qu’un bon tirage ? Mieux vaut-il prendre un gros pour jouer le match de sa vie? Est-ce dangereux de tomber sur un présumé petit ? Est-ce que Platoche a maigri ? Comment elle s'appelle déjà la présentatrice de l'UEFA, là ? T'as son 06 ?

Toutefois, le problème du tirage au sort est qu’il n’arrête pas ce genre d’interrogations et de poncifs. Les plus vernis vous diront que « Galatasaray, c’est quand même sérieux. Se déplacer en Turquie, ce n’est pas évident », alors qu’ils priaient deux heures avant pour les affronter. Et les moins bien lotis sont « heureux d’enfin se confronter à un club de cette envergure. Ca sera un vrai test pour notre collectif… »

La dernière phrase est peu ou prou ce que Leonardo, outre Domenechiser sa femme en mariage à la télé italienne, a tartiné devant la presse internationale, cintré dans son beau costume anthracite de coiffeur pour dames. En effet, le PSG a tiré un gros poisson, en la personne du Barça, à la fois redouté et espéré par les supporters parisiens.

 

 

Car il sera difficile, en tant que barceloniste français, de passer à travers la surmédiatisation de ce match tant attendu de ce côté des Pyrénées. Que le PSG affronte un grand d’Europe, et encore mieux s’il s’agit du Real ou du Barça, c’est ce qu’attendait la sphère médiatique pour faire rentrer le PSG dans le gotha continental. Déjà habitué à nous servir un sujet réchauffé tous les jours dans leurs éditions, journaux et émissions se voient là servir sur un plateau l’occasion de surenchérir.

Mesdames et messieurs, les trois semaines qui se profilent risquent de vous conduire tout proche de la nausée.

Et là est la pire crainte que peu ressentir le supporter barcelonais vivant dans l’Hexagone. Si le folklore entourant le match sera sympathique jusqu’au 2 avril, il risque d’être fortement urticant si d’aventure Paris venait à créer la surprise. Une demande de mutation à l’étranger ou d'asile politique au Lichtenstein serait même conseillée à tout culé dès le 11 avril si le pire venait à se produire. La recrudescence de Footix pro-PSG serait alors tout bonnement irrespirable.

Mais nous n’en sommes encore pas là. Si cette vision cauchemardesque a été le premier sentiment après l’annonce de Steve McManaman, la seconde pensée s'est tournée vers les probabilités de s’imposer face aux hommes de Carlo Ancelotti.

 

A première vue, le style de jeu du Paris SG est parfait pour gêner le Barça. Une défense regroupée et une attaque taillée pour la contre-attaque. En effet, Salvatore Sirigu n’a encaissé que 4 pions cette saison en Champions, contre 7 pour le Barça. Devant, la pointe de vitesse de Lavezzi, Lucas ou Ménez font déjà dresser les cheveux de Piqué et Mascherano. Surtout, Paris déteste avoir le ballon dans les pieds et l’a bien fait comprendre dans sa double confrontation face à Valence. Une action rapide et un contre fulgurant en une mi-temps auront suffi pour plier la qualification. Contre le Barça, même s’il sera amené à souffrir, le PSG sera dans son option de jeu idéale, en espérant que ses feux-follets aient plus de réussite que M’Baye Niang.

A l’aller comme au retour, le Barça se verra surement offrir la même configuration de match que contre Chelsea l’an dernier. Un bus garé dans les 18 mètres à l’aller en espérant que Sirigu signe une clean-sheet au Parc. L’enjeu sera certainement là pour les hommes de Tito, qui devrait être revenu sur le banc d'ici là sauf énième complication. Pour s’éviter un suspense insoutenable au retour, le Barça se devra de planter un ou plusieurs buts à l’aller. La condition sine qua non pour ne pas trembler sur chaque ballon lancé dans le dos des défenseurs ou en direction d’Ibra au retour. D’ailleurs, comme contre le Milan, la balance défensivo-offensive des latéraux sera une clé du match, la vitesse d'Alba et d'Alves/Adriano étant la seule que les Catalans pourront opposer aux flèches d'IDF. Comme la réussite des attaquants, ce qui devrait permettre à Villa de briguer une place de titulaire.

 

On peut quand même légitimement se demander quel est le réel niveau de cette équipe. Capable du pire comme du meilleur depuis le début de la saison, le PSG se voit offrir son premier test grandeur nature dans son ascension de nouveau riche. Pour l’instant, le club de la capitale a produit du beau football une seule mi-temps en huitième de finale après s’être sorti d’une poule abordable.

Les mauvaises langues pourront facilement persiffler que le Barça n’est pas loin du même constat. La défaite de Celtic Park est encore dans les mémoires du suiveur averti, ravivé par le néant de San Siro et des derniers Clasicos. On peut même parier que si l’affiche avait été annoncée après les huitièmes aller, le PSG aurait presque été annoncé favori face au Barça par une palanquée journalistes français.

 

En tout cas, cette confrontation tombe à pic pour les dirigeants parisiens, qui sont aussi, à quelques liens familiaux près, les sponsors du Barça. Une vitrine en mondovision parfaite pour la famille princière du Qatar, qui vient de se payer la présence de sa compagnie aérienne Qatar Airways sur le maillot blaugrana pour la modique somme de 170 millions d’euros sur 3 ans. Et de maillot il sera question lors de ce choc puisque l’équipementier a eu la mauvaise idée de se mélanger les pinceaux en début d’année. En effet, le Barça se voit affublé d’une tunique qui ressemble au fameux design Hechter du maillot RTL de jadis, dont la bande rouge manque cette année sur l’équipement parisien. Un mimétisme coloristique pas emmerdant pour Maxwell, Motta et Ibra, qui viendront visiter le Nou le 10 avril, mais en adversaire cette fois.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....