Saragosse-Barça: La ballade des jaune (et orange) heureux

Liga BBVA, 31ème journée: Real Zaragoza - FC Barcelone: 0 - 3

Buteurs: Thiago (19'), Tello (38', 53')

Quatre jours après une soirée difficile pour les nerfs, le Barça se déplaçait à Saragosse pour un match qui s’annonçait autrement plus clément concernant l'état de nos ongles. Une rencontre facile a priori facile, qu'il convenait de gagner pour se rapprocher du trophée de Liga, et qui avait toutes les chances d'être caractéristique de ce que sera la fin de saison, basée sur une équipe remaniée, censée concerner tout l'effectif.

Pas écrasée sous le poids du suspens, la fin de championnat  du FCB a des allures de passe-temps, en attendant les choses sérieuses de la Champions. Pour Vilanova, l'enjeu des journées ligueras restant au calendrier réside dans la gestion de l’effectif,  et consiste à opposer, sur les deux plateaux de la balance, le repos les cadres et le temps de jeu nécessaire aux jeunes. Se montrer pertinent dans l'octroi des minutes pour recharger les batteries des uns, mettre en jambes les autres, et faire gonfler les jauges de confiance et d'automatismes de l'ensemble.

La visite chez le 18ème est l’occasion parfaite d’appliquer le plan "rotations". Busquets, Iniesta et Messi n’ont même pas fait le voyage en terre aragonaise et plusieurs indéboulonnables sont gardés sur le banc. Le double V retrouve, lui, sa place après avoir purgé sa suspension derrière une ligne plutôt expérimentale. Alves et Montoya encadrent Bartra et Adriano, les deux concurrents pour une place à côté de Piqué. La suite de l'alineacion est d'un grand classicisme turn-overiste. Song et Thiago épaulent Xavi, qui n’avait pas été titulaire en Liga depuis le 3 février. Une surprise pour X6, qu’on attendait sur le banc pour reposer son biceps fémoral. Cesc, Tello et Alexis complètent ce onze mixte.

 

Honnêtement, le contexte de ce match, en fin de semaine Champions avec un onze remodelé, donnait toutes les craintes de gâcher la fin d’un dimanche ensoleillé attendu depuis des semaines, et n'incitait pas forcément à visser son postérieur sur le canapé pour deux heures d'enfermement télévisuel. Même si c'est l'endroit idéal pour trouver le réconfort d'un bon vieux Picon-Bière.Mais rien n’en a été. Le Barça a très vite dissipé les peurs d’un match tristoune et Tello n’est pas loin de tuer le match dès la première. Plutôt bien installés, les Blaugrana mettent une bonne vingtaine de minute pour prendre la mesure, au milieu de terrain, d'une pelouse pas forcément accueillante. Une herbe longue et sèche, pas vraiment le terrain de jeu rêvé, encore moins sur un Bultex.

Saragosse, fidèle à l'application d'une stratégie de jeu que l'on qualifiera de primaire, sautent le rond central et arrosent l'avant-surface de Valdes. Moyennemant rassurante, la charnière culé renvoie un sentiment d'inconfort à la tombée de ces ballons longs sur Helder Postiga. Des chandelles qui mettent à rude épreuve Adriano, qui passe au travers de son début de match. Bartra rattrape un peu son collègue avec des interventions rassurantes. Mais le duo peine à rassurer et leur niveau de relance est loin de celui de la paire Masche-Piqué. On est même à deux doigts de la catastrophe sur une double intervention ratée. Song vient seconder les centraux pour bloquer Victor devant VV, à la limite du pénalty. Toutefois, après un quart d’heure, le tandem défensif roule mieux et profite de l’omnipotence culé.

 

Laissés respectivement sur le banc en en tribune pendant 90 minutes mercredi, Thiago et Tello vont se dégourdir les jambes et faire grimper leurs stats. Alcantara s’applique d'abord à gonfler son compteur but, d’un plat du pied après un service d’Alexis.. Ce soir, sur M6, un tel caviar sera qualifié de "malin" par Cyril Lignac... Le tout au terme d'un contre de 80 mètres. Les gourmands noteront qu'au moment de la frappe, le fils de Mazinho a une possibilité de talonnade aveugle d'anthologie à réaliser pour Tello, seul au second. Ce n'est que partie remise, puisque Thiago  va rapidement alimenter sa ligne « Passes décisives ». Un une-deux cadencé finit dans les pieds de Christian le Tatoué qui feinte la frappe décroisée pour crucifier au premier. Pas rassasié, Tello remet le couvert dès le début de la seconde. Il dépose Loovens avant de glisser la gonfle sous le portier saragossan. A gauche, à droite (ne commencez pas à danser, merci...), Cricri, dont la spéciale Henry commençait à être connue des portiers ibères, prouve qu'il a mûri dans la variété de son arsenal.

 

Le duo des 2T, à qui il en manquerait un autre pour chanter « Stock on you », scelle la victoire Barcelonaise. Une victoire qui aurait pu être plus large si la barre n’avait pas repoussé un savoureux piqué d’Alexis. La fin de la partie sera réservée aux applaudissements chaleureux de La Rosaleda. Tour à tour, Xavi, Abi et Villa auront droit à une salve d'acclamations de l’aficion maña.

 

A 16 points du Real à la fin du match, puis à nouveau à 13 deux heures plus tard, les Blaugrana vont pouvoir profiter d’une semaine libre pour se reposer avant deux semaines de Grandes Oreilles.

 

On passe à la notation.

 

LE CLIENT:

Un ailier, un vrai, un tatoué. Deux pions implacables de certitude pour Tello, un danger permanent malgré un déchet compréhensible. De quoi raviver le débat de son non-alignement en Champions.

 

Nominés : propre et décisif, Thiago a fait oublier les absents du milieu. Le Fouetté n'est jamais aussi bon que lorsque qu'il laisse les bimbarolles aux vestiaires. Il a notamment pu profiter du volume de jeu d’Alex Song, prompt à aider ses centraux et à agresser le porteur.

 

LE BIALES:

Très remuant, passeur décisif et boiseur malheureux, Alexis est à créditer d'une bonne perf, mais aurait dû crever l'écran dans ce type de match.

 

Nominés: Xavi y est allé de sa petite promenade de santé, tout en souplesse et sans forcer.

 

LE CASPER:

Rarement bien servi (ou à la lutte avec lui-même au rayon coordination psychomotrice) dans la zone de vérité, Fabregas n'a été pertinent qu'en venant décrocher dans le rond central.

 

Nominé: Clean sheet appréciable de Victor. Mais certains, comme Mandanda, en ont fait un peu plus pour en arriver à ce résultat.

 

LE CAGOLIN:

Aligné pour la cinquième fois avec cinq partenaires différentes en charnière, Adriano a été à la peine, avant de se reprendre puis de la laisser sa place à Abidieu.

 

Nominés: Dans une première mi-temps où toute la défense s'est montrée fébrile dans le placement, l'impact et les duels, Bartra, Montoya et Alves n'ont pas forcément affiché de grandes garanties. C'est bête, parce qu'il va en falloir contre Mandzukic et Beau Gosse Francky. 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....