Barça: Normalement, le 7ème jour, Dieu se repose

Plus que des stigmates d’une cuisante élimination, la gifle cinglante infligée par le Bayern en Champions soulève son pesant de questions du coté de Barcelone. Ce ne sont pas les sujets de débat qui manquent à l’heure d’enflammer les conversations, un œil tourné vers l’avenir immédiat. Parmi lesquels le chantier de la défense centrale, l’état de forme des troupes à l’orée du mois de mai et l’absence de plan B. Et bien sûr l’absence récurrente de Leo Messi, en difficulté depuis le quart de finale aller à Paris.

C’est un fait de plus en plus difficilement contestable, les chances du Barça sont plus que souvent indexées sur l’état de forme de D10S, comme l’illustrent deux images récentes, marquantes et révélatrices de la Messidépendance. Tout d’abord celle succédant au but de Pastore au Nou, en quart retour de LdC. Le FCB est alors virtuellement éliminée, Leo remonte ses chaussettes, comme pour signifier que les choses sérieuses allaient commencer. Le second symbole, contre le Bayern, toujours à l’Estadi, celui de l’impuissance et du renoncement, est résumé en Leo revenant sur le banc après la mi-temps, emmitouflé dans une doudoune XL.

De prime abord, la blessure de l’Argentin pourrait être rangée au tome « Malchances » de l’Encyclopédie de l’Excuse. Seulement, l’explication est certainement à aller chercher du côté du rythme effréné que le quadruple Ballon d’Or mène saison après saison. A la lumière de cette fin de saison, où Dieu est arrivé émoussé puis blessé sur les matches charnière, on est en droit de douter du bien fondé de la chasse au(x) record(s). Et par la même occasion se demander qui est le responsable de cette gestion, au final contre-productive.

 

Aujourd’hui tombé le couperet de l’élimination, il est très confortable de critiquer et de s’insurger, alors que tout le barcelonisme se réjouissait de la folle série de buts de Leo en Liga. Il tournait comme un avion, réussissait à planter contre toutes les équipes du championnat d’affilée, mais peu, alors, ont été ceux qui ont tiré la sonnette d’alarme, préférant laisser Messi repousser de match en match ce record de longévité.

On entend souvent que Leo exige, façon Greta Garbo piquant sa crise de diva, de jouer en permanence. Son appétit de minutes sur le terrain et de buts est difficile à réprimer, et il semble qu’en interne l’on craigne de le froisser en n’accédant pas à ses desiderata. Pourtant, il faudra que le staff technique du Barça arrive à tempérer D10S et le faire participer au turnover général. Une possibilité difficile à imaginer mais qui parait indispensable pour avoir un Messi en pleine forme aux moments décisifs.

 

Evidemment, ce n’est pas si facile de remplacer le meilleur joueur de l’équipe. Patrice Evra en sait quelque chose. Les phases finales de Champions ont été le parfait révélateur de la dépendance des Blaugrana à leur prodige. Contre le PSG, le Barça s’est imposé 2-0 avec Leo sur la pelouse et a perdu 3-1 sans lui. Le constat est là, en l’absence de Dieu, c’est plus compliqué. D’autant plus quand ses coéquipiers ne jouent pas à leur meilleur niveau.

Car la blessure de Messi soulève aussi le problème d’efficacité de ses copains d’attaque. Si ses statistiques affolantes réjouissent tout supporter culé, elles sont évidemment l’arbre qui cache la forêt. Une forêt de buteurs incapable de survivre sans son chêne tricentenaire. Cette saison plus que jamais, les attaquants auront peiné à s’installer et à scorer autour de Leo. Fini le MVP, les promesses établies par Cesc et Faudel à leur arrivée.

Stats arrêtées le 17/05
Stats arrêtées le 17/05

 

Si on regarde les stats, c’est Tello qui se démarque dans le ratio buts/minutes jouées. Mais, jugé trop tendre malgré ses bras tatoués, les têtes pensantes le laissent en tribune dans les grands soirs européens. Lorsqu’on ajoute les statistiques des cinq attaquants, leur poids dans la balance a bien du mal à rivaliser avec celui de Leo. Les 5 auront accumulé trois fois le temps de jeu de l’Argentin pour 8 buts de moins. Quand le chat n’est pas là, plus personne ne danse. Et c’est là que le bât blesse.

Personne en Europe n’a une dépendance aussi forte à un buteur. Le Real connaît une situation semblable, mais ses deux buteurs proposent une alternative viable à CR7.

Stats arrêtées le 17/05
Stats arrêtées le 17/05

 

Les chiffres parlent d’eux-mêmes, le Barça est la seule équipe à ne présenter qu’un joueur à plus de 10% des buts de son équipe, parmi les équipes du dernier carré des Grandes Oreilles (mais certainement aussi un peu partout en Europe). Là où le Bayern offre une foultitude de buteurs et où Borussia et Real disposent de solutions secondaires à leurs buteurs phares, le Barça n’a qu’une seule arme, fut-elle de finition massive.

 

A l’avenir, il sera indispensable de faire souffler Leo aux moments opportuns. Ou plutôt d’avoir les couilles de lui imposer des séjours réguliers sur le banc ou en fauteuil VIP. Quitte à stopper la course folle aux statistiques. Laisser Messi souffler dans des matches faciles et laisser ses petits copains augmenter les stats et leur capital confiance. On a pu voir en cette fin de saison (l’exemple parfait de la réception de Mallorca, triplé de Cesc, doublé de Sanchez) que le onze de Tito ne risquait pas grand-chose dans ce turnover. Mais qu’il avait énormément à y gagner. Trop souvent sollicitée, la corde a fini par lâcher au pire moment. Ménageons-la, pour ne pas revivre un nouveau final sans le meilleur atout dans la manche.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....