Barça-Malaga : 100 de der

Liga BBVA, 38ème journée : FC Barcelona – Malaga 4-1

Buteurs : Villa (4’), Fabregas (11’), Montoya (14’), Iniesta (50’) / Morales (54’)

Déjà champion depuis des lustres, le Barça clôturait samedi soir une fin de saison avec le total à trois chiffres comme seule motivation. Un attrait sportif maigrichon, qui ne pesait pas lourd dans les conversations de la semaine, rélégué au rayon anecdotique par l’agitation autour de l’arrivée de Neymar, les contours du FCB de la saison prochaine, et les adieux de quelques meubles du vestiaire…

Dernier championnat européen à baisser le rideau, la Liga souffre depuis 15 jours d’une exposition télévisuelle rongée par une concurrence au suspens plus soutenu dans l’actualité sportive. Le week-end dernier, finale de Champions, premières balles sur l’ocre d’Auteuil et surtout derniers atermoiements en Ligue 1 ont raffûté la 37ème journée liguera hors des grilles TV (et par effet domino hors des colonnes de Blograna), et donc privés les malheureux du streaming de la victoire Blaugrana dans le derby, grâce à deux buts copiés-collés d’Alexis et Pedro. Le Barça retrouvait même les Perruches mercredi, en finale de la Coupe de Catalogne (victoire aux pénos, 1-1 but de Cesc), dans le même anonymat des chaînes hertziennes. Heureusement, le clap de fin au Nou samedi a trouvé la grâce d’une diffusion, en apéritif de la finale de Top 14.

Attendue avec impatience pour rendre un dernier hommage à ses vieux guerriers en partance, la composition de Tito a pour le moins laissé l’aficion pantoise. Ni Valdes, on ne peut plus flou sur son avenir, ni Abidal, qui s’était officiellement déclaré partant dans la semaine, ne sont titulaires au coup d’envoi. Thiago, dont la clause libératoire alimente les rumeurs et les craintes pour les culés, est aussi sur le banc (alors que sa contribution à au moins 30 minutes du match assureraient sa participation à 60% des matches de l’équipe cette saison, condition pour que la clause reste à 90 M€…). Alexis, victime d’un rond-point dans la semaine mais jugé apte, enfile également la chasuble, laissant la place dans le onze à Villa, lui aussi certainement pour ses adieux au club.

Sincèrement moins indigent que la première mi-temps du Bordeaux-Evian de la veille, le premier acte de ce Barça-Malaga est un feu d’artifice offensif, dans lequel, incongruité pyrotechnique, le bouquet final a lieu au début. L’affaire est pliée et entendue à la fin du premier quart d’heure, grâce à trois réalisations de haut vol. Dès la 4ème, Villa pousse au fond un caviar dégoulinant d’altruisme de Pedro, lui-même mis sur orbite par une vision transcendante d’Iniesta. Une action qui pue le foot, comme on les aime, mais dont on va devoir se passer pendant trois mois… Le Don est toujours dans le coup pour le 2-0, au relais pour un une-deux au milieu d’un raid de Fabregas. Dans une version moderne du lièvre en déambulateur et la tortue asthmatique, Cesc prend de vitesse Diego Lugano, mais vous ne rêvez-pas, ce n’était pas le ralenti, il s’agissait bien de l’action à vitesse réelle. Bref, un but pour lequel les nombreux détracteurs de FabFab trouveront des circonstances atténuantes, alors qu’ils auraient crié au génie s’il était sorti des pieds de Messi. C’est Montoya qui se charge du troisième, en dépucelant son compteur en Liga au passage. Une demi-volée rasante petit filet opposé suite à un corner repoussé. Du travail bien fait.

Evidemment, le rythme d’aggravation du score va rapidement se calmer, mais les ouailles de Tito continuent d’aller de l’avant, multiplient les jeux en triangles et les toros au niveau de la ligne médiane, mais trouvent en Malaga, pourtant venue en touriste les tongs aux orteils, un adversaire joueur, pas franchement imperméable derrière mais surtout volontaire et parfois inspiré devant.

Le retour aux vestiaires se fait pourtant sur ce score qui n’a pas bougé depuis la 15ème

 

Attendues, les entrées d’Abi ou du fouetté ne sont pas encore d’actualité, étant entendu que celle de Valdes ne sera pas au menu du soir. Sur le fil du rasoir entre l’inspiration et la facilité, à l’image de Busquets, impérial mais capable d’envoyer deux ou trois passes directement en touche, les Blaugrana se mettent en danger, et il s’en faut de très peu pour que les Andalous ne trompent Pinto. A la 50ème, Piqué stoppe sur la ligne un ballon promis aux filets et amorce une relance qui va échoir, 70 mètres plus loin, au bout des verts crampons de Don Andres. Frappe enveloppée de 25 mètres dans la lulu, el Cerebro ponctue magnifiquement sa grande saison. Premier haut la main au leaderboard de la passe dec’, Andres épaissit à peine, sur le tard, ses statistiques rachitiques face au but. Une ligne de stat que l’on aimerait voir, l’an prochain, afficher deux chiffres en Liga et quelques unités décisives en Champions.

Iniesta est très vite rappelé sur le banc, invité à digérer ce dessert trois étoiles, pour laisser Thiago profiter de sa demi-heure de pré. Dans le camp d’en face, Morales, le joueur préféré de Didier Bénureau, fait aussi son apparition et en sera de sa volée lunettivore, au premier poteau de Pinto. La Tresse devra d’ailleurs s’employer sur la fin de match pour ne pas laisser Isco et consorts planter à nouveau. A l’autre bout du terrain, les situations se multiplient, sous l’impulsion des montées d’Alba et Montoya, et de l’entrée convaincante de Faudel, mais plus rien ne sera marqué.

C’est donc l’heure d’étreindre le grand Abi, entré à quinze minutes du terme, à grands coups de standing ovation, puis d’une mini-cérémonie durant laquelle, dans son castillan imparfait, il remerciera tout son monde, de se voir offrir un maillot que tentera certainement de lui racheter Loulou Nicollin, puis de finir envoyé par les airs par ses potes. En-t-shirté en conséquence, l'ensemble de l'équipe a du mal à contenir son émotion, palpable notamment sur le visage d'Iniesta. Le règne d'Abidal prend fin à Barcelone. Vive le Roi.

 

Dernière notation de la saison.

 

Le CLIENT

 

Impérial et sur-ovationné à chaque touche de balle, Abidal est un monument. Pour l'occasion, il aurait élu même en scorant 2 csc, mais il a bien failli être décisif sur une de ses deux montées. L'hsitoire aurait été (trop) belle...

Nominés dans la catégorie : Par moments au petit trop, Iniesta a encore tranformé en or pas mal de ce qu'il a touché. Auteur d'un but "à la Dani", Montoya a confirmé ses dernières perf, en se portant vers l'avant, comme Alba de l'autre côté. Une paire de belles parades pour Pinto. Mention d'encouragement pour l'entrée de Faudel, que l'on souhaite voir ainsi 50 matches l'an prochain. Enfin, merci à Malaga de s'être déplacé avec des intentions, qui ont largement contribué à nous faire passer une bonne soirée.

 

Le BIALES

 

Très mobile et inspiré, Pedro régale le 1er à Villa, mais aurait dû en mettre un vu le nombre de situations sur lesquelles il est impliqué.

Nominés dans la catégorie : Auteur d'un but chacun, Villa et Fabregas sont par ailleurs auteur d'un bon match, avec des hauts et des bas toutefois. Au milieu, Busquets a alterné le brillant et le suffisant, alors que la charnière a fait le taf en s'enrhumant une fois ou deux.

 

Le CASPER

 

Match relativement quelconque de Xavi, à un poste que Thiago aurait pu occuper en laissant X6, sur la route de la Coupe des Confédérations, se reposer un peu.

 

Le CAGOLIN

 

Pas grand chose à dire du côté des joueurs, nous adressons la peluche à Tito, pour sa compo peu propice aux hommages à Valdes et Abidieu. Vilanova emporte la peluche pour les vacances d'été. Espérons que son regard inquisiteur le poussera aux bons choix à la reprise.

 

On se retrouve très vite avec un programme chargé. La visite de la Penya de Lyon au Camp Nou, L'arrivée de Neymar, le départ d'Abidal, les bilan de la saison et le mercato.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    skeita15 (lundi, 03 juin 2013 11:32)

    Impatient de lire tout ça!

    #MerciAbidal

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....