Plus qu'un club... Une association caritative ?

En plein cœur d’un mercato qui bouge autant qu’une nonagénaire un jour de canicule, le Barça se distingue actuellement dans le déraisonnable, dans les sommes vertigineuses des recrues annoncées comme dans les tarifs dérisoires des tickets de sortie. Une habitude pour le club Catalan, qui vient d’atteindre un sommet (ou le fond, c’est selon) avec le transfert de David Villa à l’Atletico de Madrid. 

A l’ancienne. Version première moitié du XXème siècle, quand les gens n’avaient pas encore assez confiance dans les banques (un sentiment qui a récemment connu un regain), ils entassaient billets et lingots sous leur matelas. Les dirigeants de l’Atletico, qui en connaissent un rayon dans la literie, ont le sommier qui déborde depuis le départ de Falcao vers Monaco, contre un chèque (ou de petites coupures, Principauté oblige) de 60 M€. Si la perte sportive est colossale, à savoir un mec qui pèse au moins 30 buts par saison, l’opération  remplacement est un coup de maître, puisqu’el Guaje Villa va s’engager dans les jours qui viennent, pour une bouchée de pain. C'est-à-dire un joueur qui, placé en vrai 9, titulaire dans une équipe qui joue pour lui, va facilement dépasser les 15 unités, peut-être même la vingtaine. Une balance commerciale astronomiquement excédentaire pour les Colchoneros, dont doivent rêver à peu près tous les chefs d’Etat européens, rendue possible par une direction Blaugrana qui semble avoir du mal à placer le curseur entre avoir le sens des affaires et faire du social.

David Villa : la fuite en avant...
David Villa : la fuite en avant...

Pour être tout à fait honnête, lorsque j’ai lu l’info hier sur le bandeau déroulant d’Infosport+ (David Villa rejoint l’Atletico pour 2M€ + bonus), j’ai cru à une erreur de synthé, ils ont oublié le « 1 » devant 2M€. Mais non... Non, non. Il s’agit bien de 2 petits millions, et 100 000 € pour être précis. Soit 1 million de moins que le transfert d’Anthony Modeste à Hoffenheim… Si ça vous parle, Monaco a signé Anthony Martial (Lyon, 17 ans) pour 5 M€, Lorient a pris Raphaël Guerrero à Caen pour 3M€.

L’échéancier officiel étant le suivant, le FCB va percevoir 2,1 M€ cet été, puis 2 M€ l’été prochain si Villa rempile une saison, et enfin 1M€ à l’été 2015 s’il enquille pour un troisième exercice en rojiblanco. Soit une hypothétique addition de 5,1 M€ sur 3 ans. Le club a bien gardé 50% sur les droits de revente du joueur, mais on doute fort que les Matelassiers le refourguent à L’Anzhi Makachkalah pour 35 M€ dans les douze mois qui viennent.

L’économie la plus tangible est clairement à chercher du côté de la masse salariale du club. Comme stipulé dans son contrat, la ficha de l’Asturien allait passer de 7 à 11 M€ cette saison, et c’est un rondouillet total à deux chiffres que s’épargne le Barça. Mais jusqu’à preuve du contraire, l’économie aurait été la même si le transfert s’était réglé entre 10 et 15 M€, comme les discussions de ces 6 derniers mois le laissaient penser. Annoncé un peu partout en Europe, dans des clubs prêts à aligner une petite dizaine, Villa souhaitait pour raison familiale rester en Espagne. Et donc, le plus naturellement du monde, le Barça fait un geste pour le remercier des services rendus, et d’être resté cet hiver alors que des bras accueillants s’offraient à lui lors du mercato.

On rappellera juste que le joueur a fait le déplacement en Catalogne il y a 3 saisons pour 40 M€.

 

Ce que Rosell, Zubi et compagnie semblent oublier, c’est que le club est toujours endetté, et qu’il a besoin de fraîche pour pouvoir recruter. Mis à part le cadeau Villa fait à l’Atleti, la situation de Thiago enflamme aussi la Rambla, lui qui a toutes les chances de quitter le club pour 20 M€ cet été. A l’heure où le FCB a un besoin fondamental mais cherche avec grande peine un central digne de ce nom, la manne récoltée par ces deux joueurs ne permettra même pas le recrutement d’un Marquinhos, pour lequel le club aurait proposé 32 M€, et on ne parle même pas de l’inaccessible Thiago Silva.

Pour revenir sur Thiago, fraîchement élu meilleur joueur de l’Euro U21, la gestion de son cas est incompréhensible. A son âge, 21 ans, toutes ses dents et ses grigris, il est le talent brut le plus prometteur, et surtout la relève d’un Xavi qui va fatalement arriver en bout de course prochainement. On n’a pas distinctement l’impression que les dirigeants fassent quoi que ce soit pour le retenir, d’autant plus que sa clause libératoire a été rendue plus qu’attrayante par un management coupable de son temps de jeu lors de la saison écoulée. Bref, de la dilapidation de bien, sportif et financier, dans les règles de l’art (on verra à quel prix et pour quel rendement on recrutera un successeur à Xavi).

 

Si le succès annoncé du recrutement de Neymar (régalade très prometteuse à la ConféCup, amortissement du montant du transfert avec d’importantes retombées) alimente les espoirs et met copieusement l’eau à la bouche, il ne masquera pas longtemps un mercato par ailleurs plutôt inquiétant. Le club galère comme pas permis pour recaser ses indésirables, au premier rang desquels Bojan, l’ex-nouvelle pépite, galope de prêt en prêt sans provoquer la moindre indemnité de transfert. Et toujours pas de défenseur à l’horizon.

 

Cette fois rayé en rouge et blanc, David Villa sera de retour au Nou le 28 aout pour la finale retour de Supercoupe. Espérons que la grada saura lui rendre hommage pour son implication, ses titres et sa quarantaine de buts inscrits en Blaugrana. La saison à venir prouvera certainement, à la lumière de son total but, que sa valeur marchande était bien supérieur à ces risibles 5,1 M€.

On laisse le soin à tout un chacun de comparer les valeurs des joueurs à 20 buts dans les 5 grands championnats Européens.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    El Robiño (mardi, 09 juillet 2013 23:08)

    C'est dommage de laisser partir un joueur marquant comme ça. Il n'a certes pas eu le même impact au Barça qu'il a pu avoir avec Valence ou la Roja mais il aura néanmoins laissé son empreinte dans le football ibérique et je crois que les socios l'appréciaient. Au délà de l'aspect financier,j'y verrais peut être aussi un certain manque de classe de la part du club qui a, en outre, agi à la limite de l’indécence avec Abidal : refuser de le prolonger car on craint la rechute, certes, mais laisser en même temps Tito sur le banc relève d'une logique qui m'échappe.

    Quant au business du Barça lors des mercatos, je crois qu'on a plus à attendre grand chose. A croire que la direction actuelle s'inspire de la précédente. En vrac me viennent à l'esprit ces dernières années:
    - Dmytro Chygrynskyi acheté 25 millions revendu 15 millions une saison plus tard : 14 matchs joués.
    - Martin Caceres acheté 16,5 millions finalement revendu 3 millions : 13 maths joués.
    - Zlatan acheté 50 millions + Eto'o (!) revendu 24 millions la saison suivante.
    - Fabregas, formé au club et racheté 29 millions
    - etc...

    Alexis sera peut être le prochain sur la liste ou peut être Romeu s'il a envie de revenir dans son ancien club...

    Mais bon, tout ça on s'en fout ! Les pétro dollars du Qatar sont là désormais, on peut faire tout ce qu'on veut ; c'est open bar !

  • #2

    blograna (mercredi, 10 juillet 2013 22:25)

    Le problème c'est que les joueurs qui pourraient rapporter gros ne sont pas à vendre. Mis à Part Yaya, tous ceux qui sont partis ces dernières saisons étaient des "indésirables" qu'il fallait dégager au plus vite. Tous ceux qui partent sont ceux qui ne se sont pas imposés, et ont donc perdu par rapport à la valeur d'achat, c'est La Palisse.
    Et puis le club aime faire des cadeaux pour services rendus : Villa, Henry, Seydou Keita... D'où le titre de l'article.

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....