Sans Messi et sans génie

Liga BBVA, 2ème journée: Malaga 0 - 1 FC Barcelone

Buteur: Adriano (44')

Après avoir commencé la Liga de manière triomphale au Nou dimanche dernier (7-0 contre Levante), le conjunto de Tata se déplaçait à Malaga ce dimanche. Une terre désormais dépourvue d’investisseur qatari et, par effet domino, de ses stars de la saison passée.

C’est donc sans Isco, Toulalan et consorts que l’équipe andalouse recevait le Barça. Faute de moyens et de recrues, Bernd Schuster, classé 2ème du Top 3 des Traitres de l’Histoire (juste derrière Judas et devant Luis Figo), n’a plus beaucoup de solution. Alors il fait cohabiter de jeunes pouces, tels que Pawloski et Fabrice Olinga, avec des vieux briscards de la trempe de Roque Santa Cruz, ancien protégé de Martino en sélection paraguayenne. Preuve du déclin du club, c’est Fabio Celestini qui épaule l’allemand sur le banc. On parle quand même d'un mec qui a joué en sélection avec Daniel Gygax et Ricardo Cabañas.

Quand il marque un but, Adriano retrouve son habitat naturel: le banc de touche
Quand il marque un but, Adriano retrouve son habitat naturel: le banc de touche

 

Comme on pouvait s’y attendre, l’essentiel du jeu va se dérouler dans la moitié malagueña. Seul un coup-franc roublard d’Antunes vient troubler le calme de VV, occupé jusque-là à recevoir des centres mal négociés.

Malgré une mainmise sur la première partie, les Catalans peinent à inquiéter le chauve Caballero. Mais, à chaque perte de balle, les Barcelonais font un pressing de morfales. Affamés comme un musulman à la tombée de la nuit un soir de ramadan. Pour faire la différence, Cesc sort le grand jeu. Des services millimétrés à destination de Pedro et d’Alexis et un raid solitaire manquent de se transformer en ouverture du score. Gênés par un 4-5-1 placé bas, le Barça a du mal à s’offrir de franches occasions dans la surface adverse. Alors, juste avant la pause, Adriano décide de tenter sa chance de loin. Sa frappe enroulée du gauche finie dans les filets adverses. Coupable d’une faute de main, Willy Caballero ne pourra être affublé du surnom de Monsieur Propre, dont sa coiffure le rapprochait tellement. Une ouverture du score logique, eu égard à la domination barcelonaise.

 

Mais les choses vont se compliquer en seconde période. Cesc se montre moins inspiré et tout le Barça s’essoufle. Ni Xavi ni Iniesta n’arrivent à imposer un rythme suffisant pour faire surnager le Barça. Si la possession reste en leurs faveurs, les blaugrana vont peu à peu baisser et se mettre à portée des Andalous. Qui plus est, ils n’arrivent pas à se mettre à l’abri. La tentative dorsale de Piqué trouve la barre de Caballero et l’entrée de Neymar métamorphose le jeu mais sans trouver la faille.

 

A sa décharge, Neymar, comme Alexis tout au long du match, est la cible des défenseurs adverses. Sur son premier ballon, passé entre deux Boquerones, le Brésilien se fait couper en deux, entre une béquille et un coup de pied honteux. Plus tard, auteur d’un petit pont sur Jesus Gamez, il se voit asséné un léger coup de tête par le latéral, laissé impuni par un Mateu Lahoz assez laxiste pendant tout le match. Alors, l’ancien de Santos tente de convertir un coup-franc obtenu. En vain, puisque Willy est sur la trajectoire.

Coupables de n’avoir pas réussi à mettre le deuxième but, les blaugrana vont se faire peur. D’abord, une contre-attaque se termine par une frappe hésitante d’Olinga, qui échoue sur le poteau, après avoir rasé les pieds de Piqué et de Masche. Puis, en fin de match, le Double V sauve une double occasion, et par la même, les trois points.

 

Sans être brillant et avec une équipe remaniée, le Barça a su s’imposer à Malaga, qui aura du mal à confirmer sa sixième place de l’an passé. En une semaine, Tata aura déjà montré sa patte. Une rotation entre des potentiels titulaires, une bonne gestion des joueurs diminués et un pressing à couper au couteau.

 

A voir si la recette de Tata va porter ses fruits au Nou mercredi pour lui rapporter son premier titre.

 

Place à la première notation de la saison.

 

Le CLIENT :

 

Une première mi-temps passée à s’épuiser pour créer le danger avant de baisser d’un ton en seconde, Cesc reste le MVP du match.

 

Nominés : Auteur du but, Adriano a fait le travail avant de sortir, visiblement blessé. Sauveteur en fin de match et toujours bien placé, VV est à remercier.

 

Le BIALES :

 

Très remuant mais imprécis devant le but, Alexis manque de peu le cran au-dessus.

 

Nominés : La défense a fait le boulot, sans pour autant se montrer totalement sereine.

 

Le CASPER :

 

Tir groupé pour le trio du milieu. Parfois bon mais souvent en dessous de ce qu’on attend d’eux.

 

Le CAGOLIN :

 

Invisible, il aurait pu être un simple Casper si quelqu’un avait été moins bon que lui.

 

 

On se retrouve dans la semaine pour le voyage de Blograna pour la SuperCoupe d’Espagne.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....