Rayo-Barça: Le Jour de la Perte du Ballon

Liga BBVA, 5ème journée: Rayo Vallecano - FC Barcelone : 0-4

Estadio de Vallecas - Buteurs: Pedro (32', 47', 72'), Fabregas (79')

Les lendemains de match sont parfois bizarres. Certains se réjouissent d’avoir planté quatre buts sans en encaisser à l’extérieur, d’autres vilipendent une possession de balle en dessous des 50%. Evidemment, dans tout autre club du monde, un aussi large écart au tableau d’affichage suffirait à rendre anecdotique toute statistique. Pas au Barça. Faute de devoir supporter un héritage où le « tiki-taka » doit prévaloir.

L’Histoire retiendra donc ce samedi 21 septembre 2013 comme Le Jour de la Perte du Ballon. Un samedi, tel l’a décidé un Calendrier de la Liga aussi flou que les réformes fiscales de notre Président ou que les affinités politiques de François Fillon.Un calendrier qui fait évoluer les équipes ayant joué le mercredi en Champions un jour plus tôt que celle qui y a joué le mardi. Allez savoir pourquoi?

 

Toujours est-il que le Barça devait se rendre à Vallecas, quartier populaire périphérique de Madrid, pour décrocher son cinquième succès de rang. Un déplacement où le onze aligné face à l’Ajax a subi un net relooking, notamment au milieu où Song et Xavi viennent épauler Cesc. Montoya, à la place d’Alves, et Pedro, en remplacement d’Alexis, sont les deux autres changements par rapport au match étoilé.

Dans l’ambiance chaude de l’Estadio de Vallecas, la première mi-temps se joue sur un rythme effréné où les locaux bousculent le Barça. Au bout de trois minutes de jeu, les Franjirrojos ont déjà deux situations dangereuses dont une sauvée par VV. Le divin chauve, deuxième du nom, va sauver la baraque à plusieurs reprises. Notamment sur le pénalty de Trashorras, dont l’exécution n’est pas franchement un modèle du genre. Finalement, le Double V n’aura été battu que par Montoya, dont la passe en retrait aura eu la chance de choisir le corner plutôt que l’auto-goal casquette.

Dans le marasme, les Blaugrana ont peine à développer du jeu et s’en remettent à leurs individualités. Neymar et Messi inquiètent Ruben sans pour autant le battre. Comme un symbole (Greg Margotton, elle est pour toi), le but vient d’une action express. Song chipe la gonfle et sert directement Messi. Après avoir fait perdre toute dignité à Tito, l’autre, Leo sert Pedro qui conclut d’une frappe du gauche chirurgicale et sans contrôle.

 

 

L’opération est belle tant le Barça souffre en première période. Pour tuer tout suspense, les Catalans ressortent la recette à peine revenu des vestiaires. Sur un pressing conjoint de Neymar et Cesc, le ballon échoie à Xavi. C’est déjà fini pour le Rayo. En trois touches, une de celui de Terrassa, une autre de Cesc et la dernière de Pedro, le ballon est au fond. Certes, le Barça n’a pas la possession du jeu, mais sa verticalité a pris à deux reprises le Rayo à défaut.

 

 

En chien pendant le premier acte, les Rayistas sont abattus par le deuxième but de Pedro. Le contrôle revient alors peu à peu aux Catalans. Xavi profite d’avoir le ballon entre les pieds pour le faire tourner et assurer le score. Les attaquants de chargent de le faire évoluer. Neymar, après avoir échoué sur le poteau, joue les altruistes avec Pedro. Sur un double une-deux avec Adriano puis Fabregas, Junior cède le cuir à Pedro pour le premier hat-trick de sa carrière.

L’histoire du match fait écho sur le quatrième but. Sur un ballon dans les pieds de Ruben, le pressing haut des Barcelonais est fructueux. Une nouvelle fois, la sphèrerevient sur Xavi. En deux touches, il trouve Cesc seul dans l’arc de cercle. Un contrôle, un tir dans un fauteuil et le tour est joué. Une dernière occasion du Rayo pour faire briller VV et le score est scellé. 4-0, comme trois jours plus tôt face aux Amstellodamois (aucun lien avec la bière du quasi-même nom).

 

Certes, le Barça a déçu en première et aura moins eu le ballon que son adversaire. Certes, le jeu chatoyant n’a pas été au rendez-vous. Mais trois des quatre buts viennent d’une récupération haute et d’un jeu direct. Tata Martino a peut-être un peu dilué les gènes laissés par Pep et Tito, mais il apporte aussi de nouvelles armes. Pour l’instant un peu brouillonnes, mais peut-être fort utiles quand il faudra sortir un plan B.

 

Les critiques pleuvent sur le jeu du Barça après une semaine il est vrai pâlichonne. Elle aura tout de même vu le Barça planer un 4-0 en Champions et un autre à l’extérieur. Dans tout autre club du monde, ce serait une semaine parfaite. Visiblement pas au Barça.

 

Passons maintenant à la notation.

 

LE CLIENT:

Un pénalty arrêté et des sauvetages décisifs en première, le Double V est le grand artisan de la clean sheet.

 

Nominés : Le peu d’activité de Pedro le laisse derrière VV malgré un hat-trick décisif. Idem pour Cesc, présents sur trois des quatre buts. Mention très bien également pour le duo Leo-Ney et pour Song, précieux à la récupération.

 

LE BIALES:

Un ton en dessous de ses voisins du milieu, Xavi patit du manque de possession du ballon pour asseoir sa maitrise.

 

Nominés : La défense centrale a fait le job, sans boulette ni exploit. A noter le rôle de Piqué, placé plus haut en seconde.

 

LE CAGOLIN:

Une prestation en dedans sûrement pour Montoya, due à son faible temps de jeu. Encore heureux que sa remise en retrait passe à côté des cages de VV.

 

On se retrouve dans la semaine pour une analyse un peu plus poussée du Tata Style, un article sur les nouveaux accoutrements et un retour sur le match contre la Sociedad.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....