Un peu de tenue(s)

Ce mercredi, à Glasgow, le Barça inaugurait sa troisième tenue, d’un noir sobre relevé d’un liseré jaune. L’occasion pour nous de revenir sur cette cuvée textile millésimée, dont la star n’est pour une fois pas la tunique blaugrana.

Commençons par remercier le service "Design & Fashion » de Nike Company, pour nous avoir cette année épargné les maillots « away » couleur flashy, bien plus à même de servir sur le bord d’une autoroute que sur un terrain de football. Pour notre plus grand bonheur, ils ont aussi laissé tomber les originalités des deux dernières saisons. Finies donc les marches d’escalier mais, surtout, le flou, qui nous a apporté certainement la plus mauvaise fournée vestimentaire de ces dix dernières années.

Le mauvais goût a donc été mis de côté. Au profit d’un maillot tant attendu par l’aficion, principalement celle qui réside en haut à droite de l’Espagne. Ainsi que par tous les sympathisants catalans, impatients d’enfin pouvoir revêtir un maillot senyera logoté Barça. Une volonté exacerbée par jalousie des voisins Valencians, dont les maillots extérieurs des derniers temps avaient repris le thème du drapeau de la Comunitat, sous le crayon de Nike puis de Joma. Un rêve est donc devenu  réalité cette saison avec un maillot doré rayé de quatre bandes rouges.

Si Lorant Dutch était né dans la cité comtale plutôt qu’à Paris, il vous aurait conté l’histoire de ce drapeau à travers les stations de métro TmB. Pas avare de petites histoires, Blograna se lance dans la narration de sa substantifique moelle.

/Mode Frédéric Miterrand On/ L’histoire se passe lors d'un temps que l'on qualifiera de jadis, bien avant celui des cathédrales où le monde est entré dans un nouveau millénaire, selon certains poètes avertis. Au IXème siècle de notre ère, l’empereur Franc Charles le Chauve cède le Comté de Barcelone à Guifré el Pilos (« Wilfried le Velu »), certainement un ancêtre de Carles Puyol, tout aussi meneur d’homme et chevelu que lui. En contrepartie, il lui demande de l’aider pour battre les Normands, emmenés par Jérôme Rothen, sous les couleurs du Stade Malherbe. Blessé au combat, le Velu décède sous les yeux de l’empereur franc. Pour saluer la vaillance de celui-ci, Charles trempe quatre doigts dans les plaies béantes, chargées d'hémoglobine, du comte barcelonais avant de les apposer sur son bouclier doré. La senyera est née. /Mode Fred Miterrand Off. Jet Privé pour la Thaïlande/

 

Treize siècles plus tard, le Barça arbore le drapeau comme seconde peau. Si le côté historique et symbolique est primordial, on peut aussi saluer une réussite graphique. Le rouge des quatre bandes prend écho sur les manches, dans un savant dégradé et le col jaune se fond bien sur le maillot. Un chandail qui a séduit en ce début de saison. Les images des travées et des alentours du Nou parlent d’elles-mêmes. Bien plus que le dernier roman de Guillaume Musso, le maillot senyera est le best-seller de cette rentrée.

 

Toutefois, en ces temps de Fashion Week, on est en droit de jouer les Anna Winthur du stylisme footballistique et trouver à redire en certains points. Tout d’abord, les deux tenues sont issues d'un patron totalement identique. On regrettera de ce côté le manque de créativité de la Virgule, qui aurait pu se forcer ne serait-ce qu’à varier le nombre de bandes ou leur largeur sur le maillot blaugrana. Aussi, les deux samarretas sont affublées de cols basiques (en V et rond) assez épais, bien loin du standing du col boutonné de Manchester United ou de l'Inter, comme des maillots extérieur de la Juve ou d’Arsenal. Le dernier point noir est le maillot des gardiens puisque la tenue « Office National des Forêts » semble coller aux portiers barcelonais, bien que la variante bleue soit assez réussie.

 

En espérant que les designers de la firme au swoosh nous corrigent ces quelques erreurs pour la saison prochaine (on est moyennement fan du blanc pour la réclame de Qatar Airways), on voit cependant mal comment ils pourraient faire pour sortir une collection 2014/2015 plus seyante que celle de cette saison. Si l'on était dans la finance, on vous dirait que c'est probablement le moment d'acheter, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve.

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    thierry LLOP (samedi, 05 octobre 2013 12:17)

    sylvain ,
    petite remarque sur les stats que je trouve super
    ca permet de mieux appréhender le jeux de chacun ....
    sur les stats '' client '' ce serai interressant de savoir le nombre de matchs joués
    par chaque jouors .
    la bise

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....