Barça-Levante: Pluie de buts

Pour la troisième fois en quatre matchs, le Barça affrontait Levante pour un retour de Copa dont l’issue était déjà bouclée. Dans un Nou assailli de pluies diluviennes, les Granotes sont venus recevoir leur correction retour, copie quasi-conforme de la gifle aller. La pluie en plus.

Ce mercredi, la Catalogne était plongée dans l’un des jours les plus mouillés de l’hiver. Une ambiance de foot anglais pas vraiment habituelle, qui a laissé le Nou se remplir qu'au quart de sa capacité. Les culés ayant fait l’effort d’assister au match, dont l’intérêt dépassait péniblement un épisode des Princes de l’Amour, se tassaient sous les gradins supérieurs pour chercher de l’abri.

 

A l’instar de ces quelques supporters, la majorité des habituels titulaires s’était réfugié sous la cahute, regardant leurs potes gambader sous le fort crachin. Tata a donc profité de cette rencontre à l’enjeu relatif pour aligner sa défense et sa sentinelle bis ainsi que Tello. Pour compléter la compo, Andres, Faudel et Fab4 ont commencé avant de se voir substituer respectivement par Pedro, Masche et Afellay.

Venus sans véritable espoir, les banlieusards de Valence entament la rencontre comme les précédentes, en venant malmener l’escouade blaugrana. Et par pur souci de mimétisme, ils vont même ouvrir la marque sur coup de pied arrêté. Comme a l’accoutumé, le Barça encaisse un pion sur corner. Vyntra, déjà buteur en Liga, vient à nouveau placer sa tête. Avec un soupçon de réussite, puisque son coup de casque, promis à passer à dix bons mètres du poteau de Pinto, voit sa trajectoire involontairement redressée par Sergi Roberto.

 

Le match des Granotes est déjà fini. A partir de la dixième minute, ils ne seront plus que les faire-valoir d’un Barça qui va se reprendre, un peu aidé par le gardien adverse. Avec Andres et Cesc à la baguette, les occasions pleuvent sur la cage adverse.

Puyol dans sa version du Balai Espagnol
Puyol dans sa version du Balai Espagnol

A la pause, les Catalans ont déjà inversé la tendance, grâce à une frappe lointaine d’Adriano et une tête de Carles Puyol, dont l’effet serpillère du style capillaire s'est trouvé aggravé par la pluie torrentielle. Sans être à incriminer sur les deux premiers buts (quoiqu'il n'est pas blanc-blanc sur celui d'Adriano), Javi Jimenez montre déjà des signes de faiblesse. En seconde période, il va crucialement rappeler la condition des seconds gardiens. S’il le souhaite, Rémy Vercoutre est disponible pour en parler.

 

Dans un second acte à sens unique, la doublure va faire honneur à François Pignon et montrer l’étendue de ses talents sur les trois buts barcelonais. D’abord, il nous rejoue la scène « Gant en peau de pèche », éternellement symbolisée par ce bon vieux Philippe Flucklinger. Comme ne pas se souvenir aussi du malheureux Mohammed al-Deayea, gardien saoudien pantalonné laissant glisser entre ses doigts un centre de Tutu pour la tête de Trézéguet, un soir de 98. Jimenez permet à Montoya et Alexis de jouer les rôles de Lilian « Malcom X » Thuram et Trezegoal.

 

Déjà performant sur le troisième but, JJ va interprêter sa masterpiece sur le quatrième. Après avoir péniblement repoussé sur sa barre un tir dévié d’Adriano, le gardien valencien va mettre huit plombes à récupérer le ballon échouant à quelques décimètres de ses moufles. Alexis surgit pour signer un doublé qu’il ne pourra que trop bien dédicacer au gardien adverse. Pour conclure, Cesc signe la manita d’une frappe du gauche pourtant pas si dangereuse que ça.

 

Pour tomber dans les poncifs sportifs et les titres normalement réservé à l’ETG, on peut aisément dire que Levante a pris l’eau au Nou, voire qu’il a coulé sous le déluge. Un match que le Barça aura eu du mal à démarrer avant de le maitriser de la tête et des épaules.

 

Sans s’être inquiété outre-mesure, le Barça se qualifie pour les demi-finales de la Lana del Rey. Une coupe qui verra dans le dernier carré le remix madrilène de la finale 2013 et le Barça affronter la Real Sociedad, tombeur d’un Racing Santander gréviste. On retrouve donc là 4 des 6 premiers du Championnat dans une coupe bâtie pour annihiler les chances des Petits Poucets. Sauf celle d’Alcorcon évidemment. La double rencontre contre l’équipe de Griezmann occupera nos deux milieux de semaine avant le déplacement à l’Etihad.

 

Pour la Notation, c’est là.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....