Real-Barça: La Notation

Liga BBVA, 29ème journée: Real Madrid - FC Barcelona 3-4

Estadio Santiago Bernabeu - Buteurs: Benzema (20', 24'), C. Ronaldo (55' sp) - Iniesta (7'), Messi (42', 65' sp, 84' sp)

Le CLIENT :

Une passe décisive et un triplé, Messi a été le grand décideur de ce Clasico. Désormais meilleur buteur de l’histoire de ces confrontations, La Pulga est redevenu immessionante hier au Bernabeu. Un flair hors-pair et une précision d’orfèvre dans les grôles. En sus, un courage déterminant pour aller loger le second pénalty dans la lulu de Diego Lopez. Du Grand Leo !

 

Nominés : s’il n’était pas blanc comme un cachet d'aspirine UPSA, il serait surement l’icône du football mondial. Au lieu de ça, Iniesta préfère mystifier tous ses adversaires dans une célébrité feutrée. Et continuer à se faire savater les chevilles quand il rend fous ses adversaires. En bonus hier, un golazo grâce à une patata (équivalent ibère de la kartoffel) qui prouve, s’il le fallait, qu'el Cerebro sait marquer dans les rencontres importantes.

Dans le sillon d’Iniesta, Busi a lui aussi été à la hauteur. Dans son rôle, il a rendu une copie parfaite, gâchée par un mauvais geste sur Pepe. Un ton en dessous mais quand même précieux, Cesc a produit un match propre dans ce qu’on attend de lui, contrôler le jeu et faire des passes lumineuses.

Même s’il a encaissé trois pions, Valdes a quand même sorti des parades importantes ci et là. De quoi commencer à regretter son futur départ cet été. Devant lui, Piqué a souvent été le pompier de service dans une défense mise à mal par le jeu rapide merengue.

Le BIALES :
Excellent dans l'utilisation du ballon comme ses compères du milieu, Xavi était censé être dans le giron de Di Maria si on regarde les compos. Pourtant, il a souvent laissé Dani Alves seul aux prises avec l'Argentin.

 

Nominé : Face à un Gareth Bale fantomatique, Jordi Alba a eu le droit d’aller combiner plus haut avec Andres, mais a parfois été pris derrière son dos.

 

Le CASPER :

Attendu au tournant, Neymar n’a pas forcément prouvé qu’il était le crack espéré par les socios. A part l’action qui mène au premier pénalty et à l’expulsion de Ramos, Junior n’a rien créé de dangereux.

 

Le CAGOLIN :

Symbole d'une défense aux abois face au jeu rapide et aux percussions de Di Maria, Mascherano a connu un match difficile. Au marquage de Benzema sur son doublé puis dans son duel avec CR7, el Jefecito n'a jamais su prendre le dessus sur son vis-à-vis.

 

Nominé: Mis en danger par Di Maria sur son côté, Dani Alves a connu une première mi-temps cauchemardesque. Plus libre une fois le Real réduit à dix, il a pu apporter le danger sur sa bande. Le poteau a décidé que ce n’était pas son soir.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....