Barça-Celta : Chassé-croisés

Liga BBVA, 30ème journée: FC Barcelone - Celta de Vigo 3-0

Estadi Camp Nou - Buteurs: Neymar (6', 67'), Messi (30')

Trois jours après un Clasico renversant qui a laissé un suspens entier dans le triumvirat liguero, le Barça recevait le Celta de Vigo de son ancienne gloire Luis Enrique. Deux heures avant le coup d’envoi des clubs madrilènes, les blaugrana avaient la divine occasion de semer le doute dans les esprits merengues et colchoneros.

Renforcé par le succès au Bernabeu, el Tata s’est donné un peu d’air pour la fin de la saison et de liberté dans ses choix. Fidèle à son turn-over, Martino s’est passé hier soir de Piqué, Alves, Busquets et Xavi. Ce qui profite à Adriano et Bartra en défense, ainsi qu’à Alexis, aligné en attaque à côté du duo Leo-Ney. Le polo pistache ressort donc le 4-3-3 habituel en Liga avec une ligne de 3 attaquants à deux ailiers. Au milieu, Iniesta et Cesc ont la clé de la boutique, avec Song dans la réserve.

Encore marqué par ces quelques prestations maussades de l’hiver, le Barça va tenter de se rassurer d’entrée de jeu. Au bout d’une demi-heure, le sort du match est quasiment jeté. Partitum alea jacta quasi est, en quelque sorte. Neymar, sur une action initiée par une passe derrière la défense de Messi pour Alexis, déflore le tableau d’affichage. Dans la foulée Messi, lancé par un bijou de passe verticalement laser d’Iniesta, amène le but du KO (une action dont le brouillon un peu plus tôt avait été raturé pour un hors-jeu).

Malheureusement, entre temps, c’est le Camp Nou entier qui est resté knocked-out. Sur un coup-franc sifflé devant la surface et initialement signalé comme un penalty, Valdes s’y reprend à deux fois pour capter un ballon plutôt facile. Seulement, sur son appui, le ligament interne de son genou gauche rend l’âme. Vite, il s’allonge et porte les gants sur son visage. Jusqu’à sa sortie sur civière, escorté par une embrassade hollywoodienne d’Alba, l’Estadi reste coi, avant de scander à gorge déployée le nom de son gardien, qui vient peut-être de signer là sa dernière sortie du Nou.

Logiquement, Pinto prend possession de la cage blaugrana. Un frisson parcourt alors l’épine dorsale de chaque culé. Titulaire en Copa, La Tresse ne nous a jamais habitués à la sérénité la plus totale lors de ses diverses prestations. Sans pour autant être aussi mauvais que son look de gangsta-rappeur chicano pourrait laisser croire. Toutefois, il va s’évertuer en seconde période à apaiser tout son monde. Trois parades parfaites pour contrer les deux incursions dangereuses des Celtistas. Au milieu de cela, pourtant, il va rappeler qu’il n’est ni le colonel Hannibal ni l’un de ses fidèles Looping ou Barracuda. Sur une remise de Sergi Roberto, Wahin se fait contrer par Bermejo qui manque de réduire l’écart. Sur le coup, en tentant de rattraper sa bourde, son genou heurte le poteau. La frayeur est double dans le stade. Mais après la dissipation de la peur de la blessure, les culés se disent qu’il va falloir aller gagner des titres avec un gérant de maison de disques dans les buts.

Peu de temps avant cette situation, Ney avait signé un doublé à la conclusion d’une contre-attaque éclair. Lancé par Alexis peu après la ligne médiane, Junior déboule vers la surface où les deux défenseurs laxistes ne cherchent pas à contrer sa frappe qui trompe Yoël, le gardien adverse. Pas très joyeux, Yoël. La fin du match est plus détendue. Entre blagues de Piqué pour l’adjoint du Tata et les standing ovations pour Neymar et l’ancien de la Masia Fontas, le match arrive à son terme sans que le Celta ne soit récompensé pour sa seconde mi-temps plus offensive.

La soirée se finira coup-ci coup-ça. Le diagnostic pour Valdes est sans appel. Sa blessure au ligament latéral interne le laissera au moins six mois en dehors des terrains. Ce qui ne le permettra pas de disputer un Mondial où il aurait pu briguer une place de titulaire. Aussi, cette blessure pourrait remettre en cause son futur en club s’il estime que sa fin en terres catalanes ne peut se résumer à une sortie sous l’hospice de la Croix-Rouge.

La bonne nouvelle arrive, elle, de Séville où les Livides affichent un visage bien pâle. Défaits par deux buts de Bacca, les merengues se retrouvent à deux longueurs du Barça et à trois points de l’Atlético.

Le week-end qui arrive pourrait encore changer la donne. Si le Real ne devrait pas être inquiété plus que ça par la réception du Rayo, ses concurrents au titre se déplacent en terres hostiles. Le Barça devra juste sortir de l’enceinte de la ville pour affronter l’Espanyol dans ce qui est certainement le match le plus difficile avant l’affrontement final face à l’Atlético. Les protégés de Diego Simeone qui se déplacent à Bilbao où les deux inspirants ont perdu des points. Si les blaugrana gèrent bien le derby, ils pourraient être les grands gagnants de la semaine, si d’aventures San Mames se transformaient à nouveau en forteresse.

 

Les notes sont .

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....