Grenade-Barça : En perdition

Liga BBVA, 33ème journée : Granada CF - FC Barcelona 1-0

Los Carmenes - Buteur : Brahimi (15')

En pleine entreprise de suicide de sa saison, le FC Barcelone a samedi compromis ses chances de titre en s'inclinant sur la pelouse Grenadine (qui était bien verte). L'élimination prématurée en Champions paraissait laisser deux options aux Blaugrana, se relever ou plonger. S'il est encore un peu tôt pour confirmer définitivement la théorie de la grande chute, l'équipe a quand même les yeux face à un vide effrayant.

Ceci n'est ni un cours collectif d'abdo-fessiers, ni une nouvelle chorégraphie pensée par Dani Alves...
Ceci n'est ni un cours collectif d'abdo-fessiers, ni une nouvelle chorégraphie pensée par Dani Alves...

 

C'est ce que les médias appellent une semaine noire. Au coin du zinc ou au téléphone avec le frangin, on évoque plus volontiers une semaine de merde. Non content d'avoir abandonné ses rêves européens trois jours plus tôt à Madrid, le FCB est allé enterrer une bonne partie de ses chances pour un titre en Liga qui lui semblait tout à fait accessible, et qui aurait constitué plus qu'un lot de consolation dans cet exercice violent à tous niveaux...

Aujourd'hui à l'heure de pousser quelques gouttes de gnôle dans le café, les conversations ne rivalisent certainement pas d'optimisme. L'aficion commence déjà à envisager le pire, à commencer par la finale de Copa mercredi soir, face à nos grands copains Livides. En voyant un peu plus loin, les scenarii de masochisme durable sont légion, et font trembler l'épine dorsale. Pêle-mêle, on pourrait imaginer l'Atlético entrer au Nou à travers le pasillo, ou fêter son titre à la 90ème. Le Barça pourrait sinon donner le titre aux Meringues en privant les Colchoneros de victoire lors de cette 38ème journée. On ne sait même pas ce qui serait pire. D'ici là, on peut encore croire à un faux pas de chacun des clubs de la Capitale, et rêver d'un hypothétique aliron.

 

On peut encore espérer, mais serait-ce vraiment mérité ? Capable du meilleur mais également du pire cette saison, le Barça cumule déjà 5 défaites. Ca fait beaucoup. Trop, assurément. Mais surtout, on décompte dans cette addition six points abandonnés chez des équipes de fond de classement. Valladolid a donc un petit frère, Grenade. Quand on vous dit qu'il ne faut pas revenir sur la loi d'autorisation de l'IVG...

A Valladolid, l'équipe avait exprimé un néant si profond que des réalisateurs de films d'auteurs Français seraient en train de se battre pour en acquérir les droits. Samedi au pied de l'Alhambra, le contenu s'est révélé moins scandaleux. Mais pas de beaucoup.

Certains fustigent déjà la gestion d'el Tata, coupable une nouvelle fois de turnover soutenu. Si le remaniement du onze pouvait remettre en cause l'intégrité du mister face à la Real, le prétexte ne tient plus. Un Barça même bis reste largement supérieur à une équipe composée de repris de justesse de la L1, et doit être capable de s'imposer face au 15ème de Liga sans trop sourciller. Malheureusement, l'équipe de Martino aura une nouvelle fois montré son visage le plus sombre. Les cadres qui passent à côté, aussi bien dans la construction du jeu au milieu que dans l'animation et le mouvement devant. Dans ce type de match, où l'on sait que l'on aura du mal à marquer car visiblement dans un jour sans, le minimum syndical reste de ne pas prendre de but, histoire de s'offrir la possibilité de gagner sur un vil 1-0. Là encore, les Catalans ont failli, concédant l'ouverture du score sur la première occase andalouse. Criminel.

Le problème d'efficacité aux deux extrêmes du rectangle résume bien l'échec culé. Grenade s'est créé trois occasions et a planté la première du nom. A l'inverse, les Blaugrana ont eu un mal fou à provoquer les opportunités, puis a tout fait pour les gâcher, les unes derrière les autres. Très lents à l'allumage, les Barcelonais ont attendu les 20 minutes finales pour enfin mettre un peu de folie dans la rencontre. On vous passera l'inventaire d'occases contrariées dans la surface de Karzenis, mais tout le monde ou presque y est allé de sa tentative. En vain.

Au delà du pourcentage de réussite, c'est surtout l'attitude qui interpelle. Mis à part Neymar, qui dans son style en clair-obscur reste le principal animateur d'une attaque en manque d'essence, ou d'idées, personne n'enclanche la moindre accélération. Il aura donc fallu attendre près de 70 minutes pour assister à l'emballement du rythme de la partie.

Passé la gifle continentale, une réaction était attendue et la perspective d'un possible doublé aurait dû forcer les jours à sortir de la léthargie affichée. Il faudra faire sans. Certains avanceront l'usure mentale d'une équipe qui a trop gagné (et aurait peut-être besoin de perdre, pour son propre bien...), d'autres le contre-coup de la désillusion en Champions. Toujours est-il qu'un ressort semble cassé, à l'intérieur du groupe mais également pour le coach, qui paraît mal parti pour avoir un sifflet entre les dents au jour du premier entraînement de juillet. Titre(s) dans l'escarcelle ou saison blanche, un remaniement est prévu cet été, moyennant régularisation du "conflit" avec la FIFA. Certains souhaitent plutôt une révolution.

Commençons par rester derrière cette équipe, en premier lieu mercredi, ne serait-ce que pour priver Blanche de Castille de gorgées de Cava dans une grande coupe.

 

Si le coeur vous en dit, les notes sont ici. Mais on ne vous conseille pas de trouner de couteau dans la plaie.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    CaTatalà (dimanche, 13 avril 2014 21:13)

    C'est bien Ju, mais je n'arrive à comprendre comment tu te maitrises pour ne pas fustiger la gestion du club depuis maintenant plus ou moins 3 ans. Ts ces recrutements inutiles en ratant l'essentiel en n'embauchant aucun defensa de métier putain.Song par ex, n'était il pas le polyvalent joueur capable de pallier sans problème à l'absence d'un central? Bref ton admiration du club te rend à mon insignifiant avis trop doux et complaisant avec ces criminels là haut perchés. Et tt ca sans parler du Fifagate...

  • #2

    blograna (lundi, 14 avril 2014 08:39)

    Je suis d'accord avec toi, le recrutement est raté (enfin, surtout pas "centré" sur ce qui serait fondamental) depuis plusieurs mercatos. Il y a une accumulation de casseroles dans la gestion du club, autant au début j'étais prudent avant de tout mettre sur le dos de la Junta, autant là ça commence à faire beaucoup, et je serais pas contre des élections (mais j'ai très peur de l'équipe dirigeante qui pourrait arriver après).
    Ceci étant dit, ce match à Grenade on ne le perd pas lors du mercato de 2013. L'équipe a largement montré cette saison qu'elle avait les moyens de monter très haut son niveau de jeu, si plusieurs fois ce niveau est descendu très bas, c'est seulement imputable aux joueurs et au staff.
    Personne n'a critiqué le recrutement lorsqu'on est allé gagner à Bernabeu, alors samedi ce n'est pas là qu'il faut aller chercher les excuses ni les fautifs.

    Mais ça ne nous empêchera pas d'aborder le sujet dans un prochain article dédié.

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....