Villareal-Barça: A por la Liga, por Tito

Liga BBVA, 35ème Journée – Villareal CF – FC Barcelona 2-3

Madrigal – Buteurs: Cani (45’), Trigueros (54’) / Gabriel (csc 64’), Musacchio (csc 77’), Messi (82’)

En clôture d'un triste week-end, marqué par la dispartition de Tito Vilanova, le Barça devait trouver la force de se recentrer sur le football, sur la pelouse du Madrigal, histoire de ne pas abandonner le titre aux Madrilènes. A l'image de cette fin de semaine, ce fut fait dans la douleur.

Encore groggys de la nouvelle tombée vendredi à 18h, la tête certainement encore un peu dans les entrailles du Nou où la mémoire de Vilanova fut célébrée pendant deux jours, les anciens protégés de Tito avancent les yeux dans le vague jusqu'au rond central. Dès cet avant-match aussi vibrant que pénible, on comprend vite que le jeu semble loin des mentalités barcelonaises. Alors que se fait le silence dans un Madrigal respectueux, les glandes lacrymales culés s’emplissent. L’image est marquante, alors que Fernandes Borbalan siffle le coup d’envoi, Busquets est encore en train de sécher ses larmes. Il est alors difficile de se remettre dans un contexte de compétition et mettre de côté le deuil.

Inexorablement, le football reprend ses droits petit à petit. Et le Barça installe son entreprise de pressing sur le sous-marin jaune. Sans pour autant inquiéter Sergio Asenjo. Mieux, les valenciens gênent le jeu blaugrana et vont se créer les meilleures occasions de la première mi-temps. Dans les bons coups, on retrouve souvent la vitesse de Giovani Dos Santos, ancien de la Masia, et la justesse technique de Cani. Le premier avait cru délivrer une passe décisive à Aquino avant que Bartra ne sauve in extremis le tir de celui qui serait officieusement sur les tablettes de Marcelo Bielsa, impatient de former à Marseille un duo Aquino-Morel, comme un pied de nez à François Hollande. Mais c’est finalement le meneur de jeu qui va ouvrir le score dans les arrêts de jeu. Lancé par une merveille d’ouverture de Jonathan Pereira qui s’offre au passage un túnel sur Mascherano, Cani décroise parfaitement de l’intérieur du pied pour tromper La Tresse.

 

Les blaugrana rejoignent les vestiaires assommés. Incapables de faire fructifier leur domination initiale, ils ont vu leurs adversaires prendre de plus en plus confiance jusqu’au but. Malheureusement, la pause ne changera pas la donne. Après dix minutes de jeu, Manu Trigueros vient planter une tête imparable sur un centre juste et astucieux d’Aquino.

Dépités, les Barcelonais vont parvenir à se remettre en selle grâce à l’entrée en jeu de Cesc à la place d’un Xavi transparent. Surtout, ils vont bénéficier de la maladresse des centraux de Villareal. Gabriel Paulista et Musacchio vont propulser tour à tour au fond des filets deux centres de Dani Alves. Le Brésilien se retrouve donc pseudo double passeur décisif.

 

Bien mieux depuis l’entrée de Fabregas, le Barça profite donc de ce doublé de Csc, ce qui n’est pas une faute de frappe. La chance semble vouloir aider les Blaugrana qui sont lancés vers une nouvelle remuntada, après celle du dimanche précédent face à l’Athletic. Après avoir gagné son duel face à Messi sur un coup-franc, Asenjo s'incline devant l’Argentin à la suite d’une action de grande classe. Dans la situation habituelle de handball, Busquets trouve Cesc d’une louche délicieuse avant que celui ne transmette à La Pulga, de l'occiput, qui finit en force du droit.

 

Le moral dans les chaussettes à l’heure de jeu, le Barça remporte un succès soulageant dans une fin de semaine très triste. Evidemment, les joueurs n’ont pu se permettre le parallèle entre ce match et celui qu’a mené Tito contre le cancer, assurant qu’ils « lutteront jusqu’au bout ». Outre l’hommage à celui qui était encore coach il y a un an, le match a vu une séquence devenue depuis le trending topic de Truiteur. Une action contre le racisme menée par Dani Alves, dévorant une banane lancée par un supporter de Villareal et depuis repris sur les réseaux sociaux.

Le Barça reste donc en vie en Liga, en espérant que les rivaux madrilènes soient bien plus concentrés sur leur finale de Champions que sur les matchs de championnat à venir. La fin de saison peut désormais s'envisager de deux manière. La pire, avec un triplé des Meringues pour une saison blanche à tous les sens du terme. Et la meilleure, avec un léger craquage liguero des deux finalistes, et un palmarès de la saison qui attribuerait un titre à chacune des trois équipes. On aura déjà une idée du verdict à la fin du week-end qui arrive.

 

Les notes sont ici.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....