Au bout de la nuit

Englué dans les mêmes problèmes rencontrés au cours de l’automne, le Barça a sauvé son match sur un but providentiel de Busquets au bout du bout du bout. Un soulagement, et trois points qui permettent aux hommes de Luis Enrique de rester à portée des Livides.


Sorte de derby de la côte catalane, toujours crucial dans la saison, le déplacement à Mestalla est toujours un rendez-vous particulier. Canal+ l’aurait d'ailleurs certainement affublé d’un surnom sympa. Du genre le comunitatico ou le paellatico.

Surtout, le stade de Valence est toujours le théâtre de rencontres indécises. Sur les six dernières années, jamais l’écart au tableau d’affichage n’aura dépassé l’unité. Mais toujours dans le même sens, du côté blaugrana. Au total, quatre nuls et deux victoires, qui portent chacune le sceau de Lionel Messi. Sur ces rencontres, Leo totalise 6 des 9 buts barcelonais. Désormais meilleur buteur de la Champions et de la Liga, l’Argentin était encore attendu pour ce nouveau déplacement en terre ché. Dans l'historique récent, ce sont les chauve-souris qui ont enlevé, au Nou, le dernier affrontement, pour un déficit de points qui ont pesé lourd au décompte final pour les Barcelonais.


Dithyrambique à propos de Leo, Luis Enrique devait compter sur son joyau au maximum de son éclat au moment où il a fomenté sa composition d'équipe. Pas forcément de surprise derrière, ni devant, où les habituels ont pris place. La nouveauté est à chercher au milieu. Pour la première fois de l’année, Mascherano et Busquets sont alignés ensemble dans un milieu complété par Xavi. Certainement une première aussi depuis que ces deux se côtoient au sein de l’entité barcelonaise.


Initialement, l’idée de Lucho est de placer Busi en 8, en lieu et place habituels de Rakitic. Ainsi, au coup d’envoi, le trio se place dans un V classique avec Masche en pointe basse. Peu à peu, Sergio viendra s’installer en doble pivote, assurant une assise solide mais sans pouvoir amener le danger demandé à l’occupant de son poste. Le constat de cette solution est mitigé. Si les milieux valenciens, pourtant réputés producteurs de jeu, n’ont pas pu exercer leur génie à l’envi, la contrepartie est une faible activité créatrice de notre côté. A voir si ce ne serait pas intéressant dans un match-clé, comme le retour de Champions contre le PSG. Dans cette configuration, on attendait que Xavi et Messi se partagent les commandes du jeu. On attend encore. Si le natif de Terrassa aura été l’auteur par moment d'intentions pertinentes, jamais il n’aura su combiner avec les trois de devant. Messi quant à lui ne sera redescendu qu’à quelques maigres reprises.


Au final, les combinaisons sont rares en première mi-temps et le peu d’occasions vient d’un exploit personnel. La plus grosse opportunité reste pour Suarez qui n’aura pas su profiter d’une offrande laissée involontairement par Neymar, à la suite d’une merveille d’ouverture de Piqué. L’Uruguayen, seul face au but, choisit le mauvais côté dans ce qui ressemblait fort à un pénalty. Malgré une possession mirobolante, les blaugrana ont du mal à apporter le danger dans la surface ché. Et forcément, ils s’exposent aux contres d’une équipe valencienne taillée pour la contre-attaque. Sur les cages de Bravo, les situations se multiplient sans être fort dangereuses. André Gomes a toutefois fait frissonner les culés par deux fois avec des tirs frôlant les montants du portier barcelonais.


Au retour des vestiaires, les occasions se font plus franches. Suarez a par deux fois l’occasion d’ouvrir la marque. D’abord, sa pugnacité lui permet de devancer Diego Alves mais son tir en pivot passe à côté. Puis le juge de ligne lui retire un but valable sur un service de Dani. En face, Feghouli en fin de contre-attaque et Negredo sur une reprise de volée se heurtent à un Claudio Bravo salvateur.


Pendant ce temps, Luis Enrique tente d’amener un second souffle à une composition de départ qui ne porte pas ses fruits. Pour revenir à un milieu habituel, Lucho décidé étonnamment de sortir Mathieu pourtant plutôt à son aise. Plus tard, il remplace Suarez, pas plus apathique que Messi jusque-là. Si on peut défendre la thèse de deux joueurs qui peinent à retrouver le rythme après leur absence des terrains, on peut aussi se poser la question de l’invulnérabilité de certains. A y réfléchir, on a l’impression que Busi, Neymar et Messi sont insortables. Alors, quand Masche fait un gros match au milieu, le mister est obligé de sortir un défenseur qui fait son match. Idem devant où, pour l’instant, Suarez est toujours le premier à sauter. Jusqu’à quand l’ex-red sera lésé par rapport à ses deux congénères ? Aussi, on peut délibérément se poser la question du titulaire en 6. Pour le moment, Mascherano semble plus enclin à endosser le rôle de gratteur de ballon alors que Sergio a perdu de son aura de transformateur de jeu. Pour aller plus loin, actuellement, Busquets est moins bon que Masch devant la défense, et moins performant que Rakitic ou Xavi au poste plus avancé... Sa place devrait donc, logiquement, être sur le banc actuellement.


Enfin, on peut définitivement se questionner sur l’intérêt de faire rentrer Pedro en ce moment... On fera soft pour ne pas devenir gratuitement méchants, mais sortir Suarez pour faire rentrer le Casper en chef, alors qu'il faut faire la décision, nous laisse pour le moins dubitatifs...


Hasard du spectacle, ce seront finalement Messi et Busquets, ceux-là même qui auraient mérité d'aller faire un tour sous la chasuble, qui vont débloquer la situation. Alors qu’on joue les ultimes secondes des trois minutes de temps additionnel, Messi envoie un centre parfait à Neymar qui bute sur la ganache inspirée de Diego Alves. Le gardien valencien est même à deux doigts de repousser le missile propulsé par la jambe gauche de Busi.


Au bout du suspens, les blaugrana arrachent trois points précieux dans la course à la Liga. Pas forcément rassuré sur son jeu ni sur l’efficacité de ses attaquants, le Barça peut s’estimer heureux de revenir vainqueur de son périple valencien.



Pour les bonnes notes des défenseurs, c'est .

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....