PSG - Barça : La Notation

Champions League, Quart de Finale Aller : Paris-Saint-Germain - FC Barcelona 1-3

Parc des Princes - Buteurs : Neymar (17'), Suarez (67', 79') // Van der Wiel (82')

Passeurs : Messi, Mascherano

Le CLIENT


Les matchs de haut standing se suivent et se ressemblent pour Luis Suarez. Du pressing, assez peu d’influence dans le jeu mais des buts précieux qu’il se fabrique tout seul. Un slalom sur le premier, une frappe en lucarne sur le second. Un petit pont initial sur le pauvre David Luiz comme dénominateur commun. Du pain béni pour les journaleux amateurs de lieux communs "qui ont retrouvé le Suarez de Liverpool..."

 

Nominés dans la catégorie : Pas outrageusement mis à contribution, Ter Stegen s'est fendu d'une parade dantesque sur la frappe dangereuse de Cavani. Une main ferme qui fait la diff (et du bruit !!). L’exact inverse des gants flasques de Sirigu, que l’Equipe avait pourtant jugé au-dessus dans son édition du matin. Comme d'hab, Mascherano était partout, en témoigne son sauvetage en première mi-temps face aux tergiversations de l'Uruguayen chevelu. De l'engagement et du don de soi. Replacé plus haut en fin de match pour verrouiller le milieu de terrain, et envoyer l'Uruguayen Efficace vers le but du 3-0. Encore un match de haute volée de Gerard Piqué, impeccable de bout en bout, même s'il est entré dans la rencontre par un raffût sur le Blaise. Même satisfaction pour le grand Busquets au milieu, qui ne se régale jamais autant que dans ce genre de match au rythme syncopé. Impliquée sur l'ouverture du score, la doublette Neymar-Messi a joué juste et fait mal au PSG, tout en en gardant gentiment sous la semelle.


Le BIALES


Plus frileux dans son apport offensif qu'à l'accoutumée, Jordi Alba, qui avait vécu un cauchemar face à Lucas en Octobre, a sereinement prix la mesure de Lavezzi.


Nominés dans la catégorie : La juxtaposition de son blaze et du maillot de titulaire a fait couler de froides sueurs chez les suiveurs culés, mais Montoya s'est acquitté de sa tâche sans encombre (Pastore l'a un peu aidé en fuyant souvent son aile pour s'encanailler au cœur du jeu). Evidemment, son entente avec Leo n'arrive pas à la cheville de Dani Alves... Pas loin de la caspérisation, Iniesta et Rakitic n'ont pas offert leur visage le plus créatif, préférant arborer leur tenue de gestionnaire. 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....