La Notation : Barça - Valence

Liga BBVA, 32ème Journée : FC Barcelona - FC Valencia 2-0

Estadi Camp Nou - Buteurs : Suarez (1'), Messi (94') /// Passeurs : Messi, Neymar

Le CLIENT


Le moins que l'on puisse dire, c'est que le Barça s'est fait trimballer et qu'il peut s'estimer heureux d'avoir passé la demi-heure sans être allé chercher le moindre ballon au fond. Inspiré sur le flasque péno de Parejo, sauvé par son poteau devant Alcacer, Claudio Bravo a eu tout juste (contrairement à sa défense) et a maintenu son équipe dans le match. D'ici à la quille, il aura bien mérité son titre de Zamora.


Nominés dans la catégorie : Si l'efficacité a largement fait défaut côté Ché, on ne peut pas en dire autant des Catalans, mis sur orbite par une punte de Suarez, sorti à juste titre sous les hourras du Nou. Tout ne fut pas parfait dans la copie de Messi (le raté du droit, le coup-franc sur la barre, Otamendi sur la trajectoire de bon nombre de ses crochets, sa finition simili-dégueulasse à la 94ème...), mais la Pulga aura été non seulement doublement décisif, mais aussi et surtout omniprésent à la création dans une équipe assez peu portée sur la chose.


Le BIALES


Coupable d'une presta individuelle plus qu'honnête, Busquets paye cependant son appartenance à un milieu de terrain qui a quand même pris l'eau dans les grandes largeurs. La passe qui crée le décalage sur le premier but, c'est lui.


Nominés dans la catégorie : Même constat que pour Busi, Mascherano a été pris dans le bouillon collectif, mais s'est fendu notamment d'une seconde mi-temps solide, repositionné en charnière.


Le CASPER


Notablement mieux après les citrons, Neymar est néanmoins resté en deçà de ses standards. Peu de pertes de balles mais au moins autant de différences réalisées balle au pied, le Brésilien n'est pas vraiment passé à côté, mais n'est pas réellement rentré dedans non plus.


Nominés dans la catégorie : Ni Xavi depuis le coup d'envoi, ni Rakitic à partir de la mi-temps, n'ont su insuffler d'élan créatif à l'équipe. La version la plus gnan-gnan du ni-ni, vachement moins punchy qu'un débat autour du report de voix au second tour.


Le CAGOLIN


Puisqu'il faut en ressortir un (ce qu'a d'ailleurs fait Luis Enrique dès la 45ème), c'est Adriano qui récupère la peluche. Constamment dans le zig quand le jeu partait dans le zag (nous nous acquitterons des royalties auprès de Jean-Mimi pour ostensible utilisation de vocabulaire estampillé), le Brésilien s'est uniquement distingué par des fautes. Dans une défense à la rue, il est le seul à n'avoir pas réussi la moindre de ses interventions.


Nominés dans la catégorie : Zig-Zig avec toi... Dani Alves s'est mis au diapason de son compatriote, avec au bas mot une demi-douzaine de fautes. A part ces coups de sifflet, on l'a également vu tomber dans la facilité, et perdre des ballons chauds à coups de talonnades et autres dribbles aussi inutiles que mal sentis... Aussi victimes que coupables du douloureux premier acte culé (sans 2nd degré graveleux), Piqué et Mathieu ont peiné avant la pause, de penalty concédé en relances suicidaires, avant de relever la tête par la suite. Dans la solidité pour Gégé, dans l'élan offensif pour Jérèm'.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....