La tournée des patrons : la note

Si les choses sérieuses reprennent réellement ce soir, à Tbilissi, pour savoir laquelle des deux Coupes d'Europe pèse le plus lourd, les affaires culés ont déjà rempilé depuis une quinzaine de jours. De la pompeuse International Champions Cup au frais quinquagénaire Trofeu Gamper, petit bilan des forces et faiblesses en présence côté Blaugrana, avant le saut dans le grand bain.

Photo : Miguel Ruiz - FCB
Photo : Miguel Ruiz - FCB

Moyennasse sur le sol américain, plus fringuant puis carrément dévastateur pour son retour sur la Vieille Europe, le Barça a connu une tournée amicale inégale. Plus qu'un bilan comptable difficile à mettre en perspective (charge d'entrainement, rotations importantes lors des matches, différence de préparation entre les équipes), c'est surtout le contenu que les suiveurs culés attendaient au coin du poteau de corner. Deux défaites, un nul, deux victoires, ce n'est pas vraiment la dynamique que l'on attend pour les 9 mois qui viennent. Mais l'on peut déjà relever quelques tendances...

 

Les satisfactions

 

Globalement très intéressant, notamment contre la Fiorentina et la Roma, le fonds de jeu est là, et l'équipe surfe comme on pouvait s'y attendre sur ses fondamentaux. Lors des deux dernières rencontres, le nombre d'occasions créées pousse à l'optimisme, malgré un taux de conversion proche de celui de l'Euro face au Dollar depuis des mois. Faiblard. Evidemment, on a pu noter que la qualité du jeu dépendait grandement des hommes, et que l'impact d'un Messi devant ou d'un Rakitic au milieu était difficilement compensable par l'apport d'un second couteau de l'effectif. Néanmoins, le niveau général est au final très prometteur, notamment l'apport de plusieurs joueurs qui ne faisaient pas partie du noyau dur de la fin de saison passée.

L'exécution en règle de la Roma reste à prendre avec des pincettes, ou au moins à confirmer lors des premiers affrontements Supercoupeux, mais on a pu noter avec une agréable surprise le niveau de forme des Sud'Am. Messi, Neymar, Masch et Alves sont apparus plus que fringants et presque étrangement affutés pour cette période de l'année. On ne crachera pas dessus car il y a deux trophées à aller chercher en 15 jours, mais on espère que ce jus initial ne fera pas défaut dans les moteurs entre Mars et Mai.

 

Les insuffisances

 

Huit buts encaissés lors des quatre premières rencontres, pas la peine d'aller chercher beaucoup plus loin les griefs. Outre les chiffres bruts, on aura remarqué une certaine fébrilité défensive, surtout un manque de repli qui a trop souvent exposé la ligne arrière. Si certains s'en sont mieux tirés que d'autres, tout le monde est renvoyé devant les mêmes carences. Les Catalans se sont montrés largement en difficulté dans trois secteurs : la défense face au dribble dans le un-contre-un, le jeu en profondeur, et dans une moindre mesure le jeu aérien. Ces lacunes sont allées en se résorbant de match en match, la Fiorentina s'est créé assez peu d'occasions (mais a converti les deux premières en moins de 10 minutes...) et la Roma a été quasi inexistante offensivement. On attend plus de rigueur derrière, même si comme souvent, l'efficacité offensive pourrait faire oublier certaines largesses défensives.

Au rayon des grimaces de cette préparation, on notera également le forfait du flan gauche pour les trois matches de Supercoupe, puisqu'Alba est touché à la cuisse et que Neymar a chopé les oreillons. Ca ressemble à un vieux mot d'excuse dans le carnet de correspondance pour rater la rentrée, mais ça ne nous arrange pas vraiment. Pour ceux qui en seront probablement très bientôt nostalgique, ça nous donnera l'occasion de voir Pedro dans la peau d'un titu.

 

Ils ont marqué des points

 

Les retardataires n'ayant joué qu'un match pour cause de Copa America, en dépit d'un excellent Gamper à leur actif, n'ont pas assez cotisé pour apparaître au tableau d'honneur. Les bons élèves de ce quintet amical sont donc apparus dans chaque confrontation.

Meilleur buteur de l'été, Suarez s'est montré immédiatement dans le ton, toujours le geste juste pour s'ouvrir le chemin de la frappe. A noter le changement dans l'attitude lorsqu'il est le patron devant ou lorsque rappliquent M et N dans le onze de départ, on l'a vu tantôt chercher le but avec obstination, tantôt faire jouer les copains. Un domaine dans lequel excelle Rakitic, clairement au dessus du lot au milieu, tout comme Iniesta qui avait décidé d'exhiber la boîte à dribble pour son retour de vacances. Mention bien pour Rafinha, qui a su apporter de la création en simplifiant (un peu) son jeu. Derrière, la bonne nouvelle vient de Vermaelen qui a réussi ses examens estivaux, mais dont le profil très Piquéen (lent, bon placement, qualité de relance) peut faire douter sur la complémentarité de leur association. Triple poumon de l'effectif, Sergi Roberto confirme que ses qualités se trouvent plus dans son jeu de course que dans sa créativité. Repositionné en latéral, il a pistonné sur son côté et surtout laissé entrevoir une rare qualité de centres. Enfin, devant, les miettes laissées par le trio magique devraient être récoltées par Sandro, le plus saignant des substitutes.

 

Ils ont déçu

 

Plusieurs fois mis à mal dans le un-contre-un (Januzsaj, Hazard), Bartra a clairement été le défenseur le plus incriminable de la tournée. Il devra faire avec la concurrence nouvelle de Vermaelen. Insipide dans la lignée de sa précédente saison, Adriano semble également avoir reculé dans la hiérarchie des latéraux, dépassé par Matthieu à gauche (l'émergence du Belge devrait pousser plus souvent le rouquemoute vers la ligne de touche) et Sergi R. à droite. Les mois passent et le constat ne s'améliore pas pour Munir, à la lutte avec lui même, rarement dans le bon choix et systématiquement bougé physiquement par son adversaire direct. Parmi les nouvelles têtes issues du Barça B, Gumbau aura été le meilleur grapilleur de minute, mais sincèrement on ne voit pas énormément de qualité dans ce grand échalas. Lancé à chaque fois pour une poignée de minutes en fin de rencontre, Halilovic n'a pas réussi à se signaler. Samper, de son côté, s'était montré à son avantage face au Galaxy, mais il a (bizarrement) complètement disparu par la suite.

 

A suivre donc dans les jours qui viennent :

Supercoupe d'Europe : FCB - Seville ( Mardi 11 Aout - 20h45 BeIn)

Supercoupe d'Espgane :  Athletic - FCB (Vendredi 14 Aout - 22h C+Sport)

                                        FCB - Athletic (Lundi 17 Aout - 22h C+Sport)


Avant de replonger dans la nouvelle saison, vous pouvez retrouver ici les tendances de l'équipe-type et des temps de jeu de chacun lors de la saison (triomphale) 2014-2015.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....