El Mercat : La Terre du Milieu

 

Relégué au second plan dans la hiérarchie de l’urgence, après la quête d’un central et celle du quatrième attaquant, le chantier du milieu de terrain a pourtant été plus animé que prévu sur la Rambla. L’an passé, le secteur s’était montré suffisant quantitativement et globalement performant. C’est d’ailleurs autour du rond central que Luis Enrique avait opéré ses rotations de façon préférentielle, de manière à ce que tout le monde ait un temps de jeu conséquent. Il faut dire que ce ne sont pas les changements effectués en attaque qui contraignaient Lucho pour en faire un cran plus bas…

 

Avec le recul de cette fin de Mercato, on comprend que la politique de la direction était claire : compléter l’effectif avec des doublures crédibles, si possible jeunes et tournées vers l’avenir à moyen terme. Dans cette perspective, le trident titulaire, dans l’ensemble une nouvelle fois à son niveau lors du dernier exercice, n’avait pas à craindre d’arrivée majeure qui puisse déloger l’un d’eux lors des matches de gala. C’est au niveau de la relève de la garde que des questions pouvaient se poser. Sergi Roberto, étiqueté homme à tout faire (mmmmmmhhhh) et sensation de la saison passée, désigné recours officiel dans le couloir droit pour occuper le siège vide de Dani, les candidats au turnover n’incitaient pas forcément à un optimisme béat. Rafinha, en déambulateur de Septembre à Mars dernier, manque clairement de constance. Et que dire d’Arda, qui a trainé son désarroi (enfin, en marchant, hein !! comme toujours) toute la saison, poussant même le concept jusqu’à l’Euro afin de passer de héros à paria aux yeux du public Turc.

 

Vu sous cet angle, un lifting du mediocampo se défendait largement dans les réunions du bureau des décideurs. Depuis un petit moment dans la salle d’attente (à Séville puis à Villareal – oui, la salle d’attente n’est pas exactement attenante aux installations du Camp Nou), Denis Suarez avait la tête de l’emploi pour rappliquer sous le maillot blaugrana. Le Barça bénéficiant d’une clause de rachat avantageuse sur le joueur, l’opération était devenue un secret de Polichinelle (un peu comme le véritable motif d’un séjour à la Jonquère, mais dans un autre style). Après une saison prometteuse mais épisodique à Séville, l’autre Suarez a gagné en épaisseur lors de sa saison dans le sous-marin jaune, et présente l’avantage d’une polyvalence qui lui fait couvrir les postes de relayeur et d’ailier, potentiellement à gauche comme à droite. Avec ce rapatriement à bas prix (jusqu’à ce que les clauses secrètes ne fassent monter l’addition ?), on aurait pu croire les emplettes terminées pour le secteur de la salle des machines.

 

Source : Twitter @DenisSuarez6
Source : Twitter @DenisSuarez6

 

Que nenni. Fin Juillet, pendant que les rumeurs gravitent essentiellement autour du blaze du futur attaquant, le FCB dégaine le transfert d’André Gomes, alors que l’encre au bout du Montblanc de Florentino était encore humide pour signer le contrat du Portugais (vous ne pouvez pas vous tromper, à l’Euro, c’était celui qui essayait de jouer avec les autres. Il a fini sur le banc à partir des huitièmes…).

Une fois relevés des nues où ils étaient tombés, les supporters culés ont accueilli la nouvelle avec un sentiment partagé. Côté pile, satisfaits de l’arrivée d’un joueur talentueux, qui a l’air techniquement et philosophiquement Barça-compatible, et soustrait au dernier moment au caddie du grand rival blanc. Côté face, inquiets de voir 35 M€ investis sur un joueur qui n’apparaissait pas dans la liste des courses, au moment où le club agitait une enveloppe restante de 25 M€ pour pêcher un delantero. Au cœur de l’été, cette arrivée jette un voile de doute sur le recrutement tant attendu en attaque, et laisse planer l’éventualité de se coltiner Munir comme solution miracle sur le banc toute la saison. Les fashionistas catalanes, elles, se régalent, avec les arrivées d’André et Denis, les beaux gosses sont de sortie à la Une des journaux (même si on le concède, André et Denis, ça a un léger côté buddy-movie sur la pêche à la carpe dans l’Eure-et-Loire en 1973).

 

Source : Twitter @aftgomes
Source : Twitter @aftgomes

 

Au-delà de ces incorporations prometteuses, la meilleure nouvelle de l’été se trouve peut-être dans la résurrection en cours de Turan. Tube du mois d’Août, The Beard a probablement pris une longueur d’avance en tant que doublure attitrée pour le poste d’ailier, à droite ou à gauche. Au jeu de la polyvalence, il partage avec Denis, Gomes et Rafinha la caractéristique de pouvoir couvrir les quatre postes offensifs autour de l’avant-centre.

 

Pour ce qui est de la sentinelle, Sergi Samper était le candidat naturel pour prendre place dans la penderie de Busquets. Au final, pour sa progression et dans l’optique de se forger les épaules pour le poste dans un avenir proche, il est certainement préférable pour lui de jouer une grosse trentaine de matches en intégralité avec Grenade, qu’une petite dizaine et quelques miettes avec le maillot de ses rêves. Reste qu’au-delà de Samper lui-même, le poste de Sergi est le seul à n’être pas mathématiquement doublé. Mascherano et Sergi R. se présentent comme les recours préférentiels, et par effet domino entraineront un turnover à leur poste initial (une nouvelle qu’Umtiti et Vidal accueilleront avec le sourire). On n’est pas à l’abri non plus de tentatives qui sautent moins aux yeux de prime abord, et il ne nous étonnerait pas de voir Lucho lancer un Rakitic, un Gomes ou un Rafinha (ce qu’il avait fait toute la saison au Celta) devant la défense. L’important sera surtout d’accorder des plages de repos conséquentes et régulières au grand Serge…

 

Retrouvez ici notre débrief sur le mercato :

- les gardiens

- la défense

- l'attaque

- la gestion de l'effectif par Luis Enrique

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....