Les leçons de Barça-Alaves : des nouveaux timides, les tauliers en dedans

Englué dans une épaisse défense et finalement défait sur sa pelouse, le Barça a manqué d'impact et de justesse technique. Appelée de tous pour finalement être pointée du doigt et désignée coupable, la composition remaniée de Luis Enrique ne doit pas dédouaner chaque joueur de sa performance individuelle insuffisante.

Les grands mots comme remède. A la recherche d'explications sur ce qui a manqué au Barça pour battre le modeste Alaves à la maison, la Twittosphère et ses grands penseurs (dont un pourcentage non négligeable n'a certainement pas vu le match) a tranché. De l'humilité. Coupable d'avoir laissé au repos ses titulaires habituels, le FCB aurait donc perdu trois points par un savant mélange de manque de respect et de mépris hautain d'un plus petit que lui...

A y regarder de plus près, le XI aligné (composé quasi intégralement d'internationaux) a peut-être manqué de modestie... Il a surtout manqué de percussion, de justesse technique, de joueurs à leur niveau. Il a aussi manqué d'espaces sur demi-terrain adverse, ce qui est à mettre au crédit du Depor (et ce qui sera le cas dans tous les matches de la saison), et au décompte final, ce sont les occasions franches sur le but de Pacheco qui ont fait défaut.

Source : Twitter @fcbarcelona_es
Source : Twitter @fcbarcelona_es

Si les Blaugrana se sont inclinés, ils le doivent essentiellement à leur impuissance en attaque, mais surtout à leurs largesses défensives. Quant on a du mal à marquer et qu'un 1-0 semble être la meilleure chance de salut, il est fondamental de fermer la boutique derrière. Samedi soir sur Les Corts, ce n'était pas vraiment le cas. En quatre incursions dans le camp culé, les joueurs de Vitoria ont scoré deux fois (même trois fois, avec le but refusé pour hors-jeu sur CF indirect), profitant d'un manque d'agressivité général sur le premier puis d'un festival de cagades sur le second. Le Barça a peut-être manqué d'humilité, mais son arrière garde n'a pas manqué de générosité ni de sens de l'hospitalité.

Dans cette naufrage, difficile de sauver grand monde des eaux. Les nouvelles têtes ont globalement déçu, les piliers du vestiaires ont failli à assumer leur statut. Symbole d'une équipe qui n'a pas su peser dans les 30 derniers mètres, Paco Alcacer a découvert les joies d'occuper la pointe à un contre quatre dans 6m². Fantomatique également, Denis Suarez n'a pas pesé sur le jeu, un constat qui s'applique également aux latéraux, Digne à cause de la qualité de ses centres, Vidal pour son maque d'ambition dans le jeu. A l'autre bout du terrain, Cillesen n'a pas été plus heureux en ne pouvant qu'effleurer les deux frappes cadrées des visiteurs.

Les nouvelles têtes ont donc raté l'occasion de mettre le doute dans le crâne de leur entraîneur. Mais les tauliers ne les ont pas aidé, Mascherano le premier puisqu'il est en cause sur les deux buts (et même plus que ça sur le second). Dans un milieu qui a pêché dans la justesse et la fluidité, Busquets et Rakitic se sont signalés par trop de passes ratées. Le Croate, trop peu en vue, a prolongé cette maladresse jusque dans ses tentatives de frappes. Devant, Neymar a cherché la solution individuelle et la provocation, ce que l'on ne peut pas complètement lui reprocher, mais a souvent poussé jusqu'au dribble de trop.

Certainement les deux plus proches de la ligne de flottaison, Arda Turan et Mathieu ne sont pas exemptés des griefs de l'aficion. Le Turc a terminé ses rares décalages par des centres imprécis. Le Français, buteur de l'égalisation (sur un corner indû), s'est privé d'un doublé de manière assez incompréhensible. Un fail qui pèse lourd au moment de l'addition...

 

S'il faut féliciter Alaves, petit Poucet plein d'abnégation venu jouer sa chance à fond, on peut aussi remarquer, dans un prolongement de l'Euro et son football champagne à tous les étages, que les faits ont donné raison à Pellegrino et son passage en défense à cinq. Ce qui donnera certainement des idées aux futurs adversaires du FCB, qui ouvriront encore moins le jeu qu'auparavant. Avec ou sans ses stars au coup d'envoi, le Barça devra alors se montrer plus juste et plus inspiré que samedi soir s'il souhaite rentrer aux vestiaires avec le sourire.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....