Neymar : Ombre et lumière

Noyé dans sa propre complexification face à Alavès puis brillant de simplicité contre le Celtic, Neymar a affiché deux facettes nettement distinctes pour son retour en Blaugrana. Dans le ton avec ses camarades de la MSN, en fait-il trop lorsqu'il se retrouve sur la pelouse sans eux ?

Nombreux sont les joueurs à passer du médiocre en championnat au flamboyant en Ligue des Champions. "C'est la petite musique". En ce qui concerne les joueurs du Barça, difficile de retenir l'argument, puisqu'une fois de plus l'hymne de la Champions s'est effondré sous le poids d'une couche de "Booouuuuuuuuhhhhhh", une rangée de "Aaaaaaaaarrrrrrrrgggggggghhhhhh" et toute une escadrille de sifflets. Alors qu'il avait surjoué samedi en Liga (à sa descente d'avion, il est vrai), Neymar a régalé d'altruisme, dans une version de son jeu plus frugale qu'à l'accoutumée.

Les Modern Talking vous présentent leur nouvelle galette (source Twitter @NeymarJr)
Les Modern Talking vous présentent leur nouvelle galette (source Twitter @NeymarJr)

Alors, oui, il a opéré dans une version de l'équipe, au complet, qui n'avait rien à voir avec celle du week-end dernier. Tout ce qui a manqué face à Alavès s'est retrouvé face aux Ecossais : qualité de la première relance (on n'osera même pas comparer les paires Piqué-Umtiti et Masch-Mathieu sur ce point...), apport des latéraux, qualité de la circulation du ballon, pressing dès la perte (le fameux geggenpressing)... Pour finir de se simplifier le match, le FCB a eu la bonne idée de marquer dès la 1ère minute, ce qui complique sérieusement le plan de bataille d'un adversaire venu défendre et repousser l'échéance. Et qui a fini par rendre les armes lorsque les faits lui ont tourné le dos en quelques secondes, le temps d'un penalty raté et d'un second pion encaissé.

Oui, donc, il est plus facile de jouer dans le collectif huilé de mardi que dans la mécanique grinçante de samedi. Mais Junior, au-delà de la réussite ou non de ses tentatives, a fait surtout montre lors de ce 7-0 d'une réelle volonté de jouer, parfois en première intention, avec les autres. On comprend qu'il ait plus d'automatismes et d'affinités avec les membres de la MSN qu'avec les AA (Alcacer et Arda, pas les Alcooliques Anonymes... ça ce sera pour son après carrière). Mais il aurait certainement gagné, face au Depor, à chercher les combinaisons avec ses coéquipiers plutôt qu'un second dribble dans la foulée du premier qu'il avait réussi.

Le débat revient souvent sur son existence au Barça dans l'ombre de Messi. Mais on voit bien qu'il n'est jamais meilleur que quand il joue avec l'Argentin, car leurs talents se multiplient. En son absence, Junior semble se mettre sur les épaules un surplus de pression, un costume de super-héros qui doit sauver l'équipe à lui tout seul. Sur ce point également, il devrait s'inspirer de la Pulga, qui lorsqu'il ne marche pas sur la planète Mars en compagnie du S et du N, cherche toujours à créer des solutions pour ses coéquipiers par la passe. Auteur de quatre assists devant les hommes de Brendan Rodgers, Ney a prouvé, s'il en était besoin, qu'il a cet atout dans la manche. Il devrait l'utiliser plus souvent.

Car jouer simplement, c'est ce qui est le plus compliqué. Mais le plus efficace.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....