Puto Jefe. Puto crack.

Les Argentins du Barça se portent bien, merci pour eux. Dimanche à Séville, les Catalans ont tangué (le mot est faible) mais ont pu s'en remettre à la solidité de Mascherano, derrière, et au génie de Leo, devant.

Source Twitter @Mascherano/ @fcbarcelona_fra
Source Twitter @Mascherano/ @fcbarcelona_fra

Mascherano, le pompier...

 

Le début de saison avait été poussif. Et, pour un joueur de 32 ans, les langues se laissent (trop) rapidement à parler de déclin, à conjuguer au passé, à remiser au placard. Déjà plutôt convaincant sur ses dernières sorties, Javier Mascherano a mis d'accord ses détracteurs dimanche à Sanchez-Pizjuan, au prix d'un match au cours duquel il s'est déployé, au four et au moulin, pour éteindre toutes les situations chaudes dans la surface blaugrana.

Trimballé un peu partout dans la défense de Luis Enrique depuis Septembre, il joue le pompier de service et paye de sa personne pour compenser la mise au ban d'Aleix Vidal par son coach. Bombardé à droite d'une défense à trois à Leganés, il avait sombré. Paradoxalement, c'est en position de véritable latéral, à l'aller face à City, qu'il s'est refait la cerise. Depuis, il est la pierre angulaire d'une défense bipolaire, résiliente dans l'axe mais poreuse sur les flancs. La paire que Masch forme avec Umtiti se veut plutôt satisfaisante, mais elle fait ce qu'elle peut, pas aidée par des latéraux défaillants (Sergi Roberto) et dépassés (Digne), ni par un milieu de terrain qui souffre de l'état de forme cramoisi du grand Serge.

Dans la course à la titularisation en charnière, si Piqué reste indiscutable et indiscuté, et que Mathieu se met tout seul, comme un grand, des bâtons dans les roux, le second strapontin s'annonce vigoureusement disputé. La tendance du premier mois donnait Umtiti avec une légère avance, fort de débuts tranchants et profitant de la méforme du Jefecito. Depuis, si Big Sam n'a pas baissé de pied, Masch a démontré que lorsque le temps était à l'urgence et qu'il fallait dépêcher les lances à incendies, il reste celui qui a les épaules pour supporter les responsabilités. Le patron. El Puto Jefe.

 

... Messi, le pyromane

 

A l'image de son équipe (à moins que ce ne soit le contraire), Leo Messi traverse les matches comme des montagnes russes. Hors-sujet lors de la réception de Grenade, un coup oui - un coup non à City. A Séville, D10S a pataugé durant 40 minutes, avant de claquer puis de marcher sur le match.

Ca n'avait pourtant pas bien commencé... En constante dézone, déserteur de son côté droit, Messi n'a, durant le premier acte, rien fait pour aider Rakitic et Sergi Roberto, tous deux à la peine sur le côté droit. Ni Luis Enrique d'ailleurs, impuissant face au pressing andalou orchestré par Sampaoli. Le repli défensif  de la star argentine a tutoyé le néant, et on se demanderait presque si ce n'était pas une mise au défi envers son coach.

Et puis... Et puis la Pulga a fait du Messi. Impérial de sang-froid, il égalise juste avant la mi-temps pour remettre son équipe sur les rails, ce qui était plutôt très bien payé. Ensuite, Leo a enfilé le nœud pap', la veste queue-de-pie et s'est installé au piano, pour réciter sa meilleure partition. Dans tous les bons coups, il a allumé plus de feux et de contre-feux que Jean-Michel Aulas un soir de défaite de l'OL (c'est à dire une fois sur deux, actuellement - oui, amis Lyonnais, c'est totalement gratuit... mais ce sont les chiffres, et comme dirait Cristiano, les chiffres parlent d'eux-mêmes). Par la seule métamorphose de son prodige, ou presque, le Barça est passé de l'équipe étouffée sans inspiration de la première mi-temps, au bulldozer lance-flamme de la seconde, capable de se créer une grosse demi-douzaine d'occasions franches. Si besoin en était, Messi a encore prouvé qu'il était au-dessus. Au-dessus des autres, au-dessus des collectifs adverses. Un génie. Un puto crack.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    mohamed (mercredi, 09 novembre 2016 09:09)

    est ce que les information de contacter nzonzi est juste

  • #2

    Blograna (vendredi, 11 novembre 2016 12:38)

    On n'a pas nécessairement les infos "Inside", mais on suppose que la priorité lors du mercato d'hiver sera de trouver une solution pour Aleix Vidal (lui trouver une porte de sortie et prendre un latéral). S'il devait y avoir une seule recrue cette hiver, on miserait donc sur le flanc droit.
    Pour NZonzi, il a joué la LDC donc pour cette saison je sais pas si c'est une bonne idée. Pour l'été prochain, il faudra voir si le club compte sur Samper comme doublure de Busquets. Nous on préfèrerait, et ça ne coûterait pas un kopeck...

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....