On a revu le dernier Clasico

Le rapport de force a bien changé entre les deux équipes depuis leur dernier affrontement en Avril. Mais ce Barça-Madrid pourrait néanmoins ressembler à celui qui avait vu les Livides s'imposer au Nou, avec un système austère mais efficace (toute allusion à François Fillon serait ici purement fortuite). Retour sur le dernier Clasico, et ses enseignements.

Source Twitter @fcbarcelona_fra
Source Twitter @fcbarcelona_fra

Loin d'être inscrit au panthéon des meilleurs souvenirs de foot de l'année 2016 (plutôt à ranger à côté d'un but d'Eder un soir de Juillet), le dernier Clasico du mois d'Avril au Camp Nou était cependant loin d'être dénué d'intérêt, pour quiconque avait la possibilité de perdre deux heures de son temps pour le revisionner. Ce qui était mon cas, vous l'aurez compris.

 

Ce qu'il faut retenir

 

Mettons de côté les faits de match, tous les détails qui ont conduit au résultat que l'on connaît, mais qui restent périphérique à ce qui nous intéresse ici, le contenu. On ne s'attardera donc pas de l'immanquable raté par Suarez, du rouge de Ramos à la 84ème alors qu'il aurait pu (dû?) rentrer sous la douche juste avant, ou juste après la mi-temps, ou de la pluie d'occasions du Real sur la fin qui auraient pu alourdir le tableau d'affichage.

Ce que l'on a vu, c'est un excellent Barça, celui que l'on aime, qui presse haut, produit un jeu de passe rapide et inspiré et campe dans la moitié de terrain adverse. Du moins, c'est ce que l'on a vu pendant 25 minutes, avant que progressivement le bloc madrilène ne repousse la possession blaugrana autour de la ligne médiane. Solide autour d'un bloc compact, le Real n'a jamais réellement exercé de pressing, a volontairement densifié l'axe en délaissant les côtés, et a procédé en contre. Très difficilement en début de rencontre, plus facilement à mesure que le Barça piquait du nez au milieu.

Si le FCB a dominé, il ne s'est pourtant pas créé énormément d'occasions. Dans l'embouteillage défensif meringué, la MSN (à peine descendu d'avion après une date FIFA) a manqué de jus et de justesse pour faire la diff'. Malgré la possession et l'occupation, les Catalans se sont uniquement montrés dangereux lors de phase de transitions, sur des turnovers blancs rapidement exploités. Rien, ou si peu, produit à partir du jeu de position. Le constat est le même de l'autre côté, mais de façon intentionnelle. Le Real s'est procuré ses occases sur des récupérations au milieu de terrain, exploités sur des contre-attaques rapides sur lesquelles le milieu de terrain culé s'est ouvert façon Mer Rouge sous le pas de Moïse...

Au final, après une entame très inspirée, le Barça a tenu le ballon sans parvenir à s'approcher du but de Navas, ni même entrer dans les 30m des Livides. A l'inverse, chaque perte de balle a exposé les Barcelonais, incapable d'endiguer les vagues au centre du terrain. En évident déficit de carburant (MSN, Busquets), les hommes de Luis Enrique se sont, à mesure que le match avançait, retrouvé en sous-nombre sur chaque ballon.

 

Ce qui pourrait se reproduire

 

A peu près tout ce que l'on a vu ce jour-là. Le Real a su se montrer à son aise il y a 15 jours à Calderon, mais on se doute que Sa Blanche Majesté reconduira un schéma prudent, en mettant l'accent sur le jeu de transition et les contre-attaques. Les Castillans ont évidemment les moyens de venir presser haut et confisquer le ballon, mais ce n'est pas exactement l'ADN du conjunto de Zidane, a fortirori dans les gros matches, et on peut douter de les voir débuter de la sorte.

Côté Catalan, les dernières prestations n'incitent pas à l'optimisme. Elles feraient même plutôt se demander à quoi le jeu va bien pouvoir ressembler. S'il y a sursaut d'orgueil par rapport à Anoeta (il vaudrait mieux...), on peut imaginer les Blaugrana jouer haut en début de rencontre, avant de s'essouffler et de ne pas tenir la distance dans ce domaine, ce qui commence à être une constante de l'équipe sous Luis Enrique. Autre schéma qui pourrait se reproduire, le bloc barcelonais qui se disloque, avec un trio offensif qui ne défend pas, et un milieu qui s'ouvre aux quatre vents à chaque fois qu'il faut enclencher la marche arrière. Le Barça d'Avril avait énormément souffert de la méforme de Busquets et de la MSN, à ce niveau début Décembre le constat n'est pas plus reluisant : même si Messi marche sur l'eau, Suarez et Neymar pataugent, pendant que Sergio et Rakitic sont en train de couler. Signe que les voyants sont à l'orange foncé, on attend comme une révolution le retour d'Iniesta, alors qu'il n'aura pas joué le moindre match depuis près de deux mois.

 

Ce qui a changé

 

En premier lieu, la dynamique des deux équipes, dont les courbes de sont croisées et infléchies depuis ce dernier Clasico (qui paraît même être la date de naissance de cette inversion).

Côté Barcelonais, le principal changement se verra dans les patronymes qui vont animer les ailes. Le Real avait laissé les côtés ouverts mais le Barça n'avait pas su étirer suffisamment le jeu, malgré Dani Alves qui avait joué très haut (dans un système en 3-4-3 par moments). Cette fois, avec Sergi Roberto et probablement Digne (Alba à l'air parti pour regarder la rencontre depuis l'infirmerie), on imagine encore moins de projection vers les poteaux de corner, surtout que l'un comme l'autre, en mal de confiance, songeront prioritairement à ne pas s'enrhumer défensivement.

Confortablement assis sur ses six points d'avance, le Madrid peut sans problème se contenter d'un nul, ce qui lui procurera à coup sûr les munitions de pouvoir l'emporter. Certaines incertitudes planent néanmoins sur la Maison Blanche (c'est d'actualité...), Bale sera forfait, Kroos également, Casemiro devrait revenir. Du coup, difficile de dire si Zidane reconduira le 4-4-2 entrevu récemment, ou s'il reviendra à son système habituel en 4-3-3. Dans un cas comme dans l'autre, même si les doublures font la maille (c'est aussi une grosse différence avec le Barça), la vitesse du Gallois, cible prioritaire du jeu direct en contre-attaque, fera défaut au Royal.

 

Ce qui doit changer

 

Le résultat. Au point où on en est, c'est presque tout ce qui nous intéresse...

 

N'oubliez pas, on se retrouve jeudi à 19h sur Youtube pour la première de Blaugrana France Live, pour un podcast radio 100% Barça.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....