Figer des positions

Sans aucune valeur marchande, le dernier match de Champions face à Mönchengladbach aura au moins eu le mérite de faire renouer le Barça avec son jeu. Mieux, la rencontre a aussi permis de mettre en exergue les accointances de certains avec des positionnements bien particuliers.

Merde... Baissez-vous vraiment, là, devant !!! On voit plus Mascherano... (Source Twitter @fcbarcelona_fra)
Merde... Baissez-vous vraiment, là, devant !!! On voit plus Mascherano... (Source Twitter @fcbarcelona_fra)

 

Un match en carton pâte face à des touristes allemands (dont on ne sait pas s'ils ont gardé leurs chaussettes pour enfiler leurs claquettes une fois revenus dans le vestiaire), on vous l'accorde, c'est une peu léger pour tirer des enseignements. D'autant que certains des joueurs qui se sont mis en lumière mardi face à Gladbach avaient été de ceux qui avaient sombré dans l'éclairage blafard d'Hercules une semaine plus tôt, incapables de tirer vers le haut une équipe mixte face à des pensionnaires de Segunda B. Mais, mis dans des conditions propices par la présence de Messi et Iniesta à leurs côtés, ainsi que par l'opposition venue disputer un match amical, Arda, Denis ou Gomes ont (enfin) montré quelque chose.

 

Figé sur son onze titulaire, Luis Enrique n'a pas vraiment aidé le quatuor des doublures (Arda, Denis, Gomes, Rafinha) en les faisant se succéder pour le même poste d'interior. En voulant faire croquer tout le monde, il a surtout raté la possibilité de donner à chacun une continuité. Les copies rendues par ces joueurs face au Borussia (sauf Rafinha, qui a passé la soirée en tribune) doivent aider Lucho dans sa gestion pour le restant de la saison. Il doit fixer chacun de ses quatre joueurs dans un positionnement. Et n'en changer qu'en cas de force majeure.

 

Arda sur l'aile gauche - Brillant durant l'intermède Olympico-Brésilien de Neymar cet été, le Turc avait emballé tout le monde dans sa position d'ailier gauche. Surtout, il avait enfilé les pions, une tendance qui s'est confirmée mardi. Lorsqu'il joue sur le côté, il attaque souvent le second poteau quand le ballon vient de la droite. Sans contestation possible, son rendement est infiniment supérieur sur le côté par rapport à ce qu'il produit lorsqu'il endosse la fonction de relayeur. Junior est actuellement en apesanteur entre blessure et suspension, Turan aura donc l'opportunité de briller à nouveau comme extremo face à Osasuna.

 

Gomes en sentinelle - Il est celui qui a profité de la plus grande plage horaire pour exprimer ses qualités en n°8... Mais on a bien vu que le Portugais n'arrive pas à en faire un rôle à sa mesure. Trop peu mobile sans le ballon, il aime jouer simple et rapide alors que la fonction requiert de savoir porter la gonfle, aller provoquer, dynamiser. Comme on a pu le constater face aux Allemands (ce que l'on avait aussi observé en début d'automne), la sobriété de son jeu de passe couplée à un volume de mouvement minimaliste l'oriente naturellement à mieux porter le costume de sentinelle. Il affiche même un certain mimétisme avec Busquets, qualité de ballon vers l'avant, pressing en pointe sur le porteur, petits dribbles de dégagement. Sergio a besoin de souffler, André de jouer, c'est le moment de mettre en oeuvre la théorie des vases communicants.

 

Denis, l'élu en relayeur - Evidemment, il s'en sort mieux lorsque c'est Iniesta qui l'épaule. Mais comparé à ses trois petits camarades, le Galicien reste celui qui arbore le meilleur profil pour évoluer dans le cœur du jeu. Il reste le plus mobile avec et sans ballon, le plus à même d'attaquer les espaces (et surtout les demi-espaces) par ses appels, et à faire la différence par le dribble. Si la concurrence se nomme Rakitic, l'autre Suarez a pour lui l'avantage de mieux pouvoir animer le côté en débordement, même s'il souffre dans la comparaison sur le volume défensif face au Croate. Compte tenu de l'état de forme de Raki (moins présent dans le repli, il pose problème offensivement), c'est peut-être le bon moment pour donner à Denis l'occasion d'enchaîner, surtout à lui associant le Maestro. Ce sera à lui de se montrer constant et à la hauteur.

 

Et Rafinha ? Laissé sur la touche mardi, Rafinha a pourtant fait des stats depuis le début de saison. Malheureusement, il souffre de la même maladie que son grand frère, à savoir un peu trop se regarder jouer, et en oublier d'être concret. Il ralentit trop le jeu au milieu, c'est pourquoi on le fixerait comme ailier droit. En doublure de Messi... Autant dire que les occasions de jouer ne seront pas légion.

 

Ce qui se confirme - Grands perdants du match emballant face à Gladbach, Alcacer et Digne ont cimenté un peu plus leur statut de mec promis au banc de touche. Même s'il a caviardé pour Turan, Paco a encore souffert d'isolement, et on peut douter qu'une passe déc' suffise à le débloquer mentalement. Le constat est également peu flatteur pour Digne, qui a traversé le feu d'artifice offensif de son équipe dans une confondante discrétion. En noir et blanc au milieu d'un spectacle en couleurs. Ce qui n'aide en rien, le Français a été surclassé dans le match des latéraux par le tricard à peine sorti du placard à balai poussiéreux. Titularisé à droite, Aleix Vidal s'est montré à son avantage, même s'il n'a pas été trop challengé défensivement. Il a même pu épingler un assist aux statistiques cadavériques de sa saison. L'enthousiasme étant une valeur aussi changeante qu'un footix de mauvais aloi, sa prestation a quasiment semblé régler le problème du poste de latéral droit, pourtant sujet central depuis des semaines. Par quelle magie ? En le faisant jouer... Ce n'était pas plus compliqué (il fallait être visionnaire, merci Lucho)... Pour en terminer sur cette revue des seconds couteaux, arrêtons nous sur le plus tranchants d'entre eux. Très propre, Umtiti a une nouvelle fois flambé dans le placement, la relance, et les interceptions. Il commence même à aller chercher son attaquant au délà de la ligne médiane... Big Sam a tout bon pour le moment, ce n'est pas pour rien qu'il demeure celui qui navigue le plus près du onze titulaire.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....