Denis Suarez, l'élu à droite ?

Trois buts en deux matches, whaouh !! Denis's on fire !!! On ne sait pas encore si les défenses sont terrified, mais l'essentiel est ailleurs. De part son profil, petit Suarez a tout pour remporter les suffrages pour l'animation du côté droit du milieu. Ce qu'il a commencé à démontrer face à la Real.

 

Il a les oreilles ben dégagées et la mèche au vent, comme la jeunesse dorée de 2017. Il a aussi les jambes arquées et les pointes de pied rentrées, comme un cow-boy qui descend de cheval pour aller étancher sa soif dans le premier saloon venu. Il a, surtout, le meilleur profil pour s'imposer comme relayeur droit dans l'équipe de Luis Enrique. Bref, vous l'aurez compris, par la force de cet inventaire succinct mais foutrement bien argumenté, il a l'avenir devant lui. Et lui, c'est Denis, l'autre Suarez.

 

Evidemment, le moment est bien choisi. Entrant prématuré à Eibar, le Galicien avait profité de l'aubaine pour faire perdre sa virginité à son compteur but en tant que Blaugrana. Titulaire quatre jours plus tard face à la Sociedad, il a remis ça, doublement. Cette soudaine efficacité vient de faire bifurquer les projecteurs dans sa direction, mais ce n'est pas ce qui nous intéresse, même si sa réussite devant le but révèle une nette volonté de se projeter vers la surface adverse. Ce dont l'équipe aurait tort de se passer.

On en parle depuis un moment, le Barça est déséquilibré entre sa gauche, forte du trio Alba-Neymar-Iniesta, et une droite qui végète entre un latéral en sourdine, un Messi en quête de liberté sur d'autres rivages, et un poste d'interior qui ne trouve pas de candidat à la légitimité suffisante pour s'imposer. C'est là que doit intervenir Denis. L'animation du couloir a paru dernièrement plus convaincante offensivement lorsque Vidal joue à la place de SR20, mais le positionnement de Messi restera le même, à savoir en pointillés dans le tiers droit du terrain. Outre assurer une couverture défensive que D10S ne garantit que sur courant alternatif (et la mesure de ce courant affole rarement les aiguilles de l'Ampèremètre...), le relayeur droit a donc également la charge de venir occuper l'aile dans les 30 mètres adverses. Dans sa lutte pour le poste avec ses concurrents, le n°6 a l'avantage de son passé d'ailier, et possède dans son carquois quelques flèches qui le démarquent de la concurrence. Plus dribbleur, plus percutant, il dispose de cette faculté à venir déborder dont le Barça a besoin dans le couloir.

Face à la Real (cf. Heatmap ci-dessous), le positionnement de Denis se situe très à droite (la rédaction tient à se dédouaner par avance de toute ressemblance avec un candidat à la présidence en proie à des polémiques sur les revenus de son épouse). Beaucoup plus que n'importe quel autre milieu qui a pu jouer à cette place cette saison. Il en résulte un équilibre dans le jeu entre les deux côtés de l'attaque barcelonaise (à mettre en perspective cependant par le faible rôle joué par André Gomes pour animer l'axe gauche).

L'équilibre dans le jeu de l'équipe (à gauche) est respecté, ce qui n'est pas habituel. Le rôle de Denis (à droite) plus ancré vers la ligne de touche que d'autres, y est pour beaucoup (source fcbarcelona.fr)
L'équilibre dans le jeu de l'équipe (à gauche) est respecté, ce qui n'est pas habituel. Le rôle de Denis (à droite) plus ancré vers la ligne de touche que d'autres, y est pour beaucoup (source fcbarcelona.fr)

 

Lors du match de Copa jeudi, le Barça alignait un milieu inhabituel (Mascherano, Gomes, Suarez), qui n'a pas du tout su imposer sa main-mise sur le rythme du match comme l'équipe sait le faire en présence d'Iniesta et Busquets. C'est une des limites de Denis, il n'est pas influent dans la construction comme peut l'être Iniesta, notamment dans le volume de ballons touchés et la maîtrise du tempo. Il est puncheur plus que véritable playmaker. C'est aussi pour ça que Petit Suarez brille plus lorsqu'il est associé au Don que lorsqu'il a la charge de le remplacer. Mais ce qu'il propose reste très précieux. On peut le noter sur sa passmap (cf. ci-dessous), il n'a pas touché un nombre de ballons phénoménal (on aurait même tendance à dire que pour un interior du Barça, il n'en a pas touché suffisamment), mais il a constamment proposé une solution sur le côté, plus ou moins dans la profondeur. Surtout, ce qui a fait défaut depuis le début de saison, il a cherché à avoir une vrai relation avec son latéral (Roberto puis Vidal) comme avec Messi. Lorsque le match s'est ouvert dans la dernière demi-heure (la RSO s'est découverte pour recoller au score), il s'est proposé plusieurs fois dans le couloir où Leo a pu le décaler. Evidemment, sa volonté d'aller de l'avant s'est matérialisée par une projection dans la surface qui lui a permis de scorer double. Malgré la surpuissance offensive de la MSN, le surnombre apporté dans la surface par un joueur du milieu est toujours bonne à prendre.

Denis a joué ses ballons à droite toute, avec plusieurs débordements. Il a beaucoup combiné avec Messi et son latéral (source fcbarcelona.fr)
Denis a joué ses ballons à droite toute, avec plusieurs débordements. Il a beaucoup combiné avec Messi et son latéral (source fcbarcelona.fr)

 

Denis Suarez a les atouts dans sa manche. A lui de convaincre Luis Enrique d'en faire un titulaire, alors que le coach le considère encore comme un joueur parmi les autres postulants au strapontin vacant de n°8. Pour le moment, il lui manque de la régularité dans les performances, et également de la consistance dans le contenu de ses rencontres. Mais il peut d'ores et déjà capitaliser sur ses deux derniers matches (plutôt bons quoique pas assez "denses")pour espérer grappiller un temps de jeu plus continu.

 

 

Photo : Source twitter @fcbarcelona_fra

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....