Vulnérables

Encore une fois indigent face à Leganes dimanche, le Barça affiche des fuites dans tous les domaines. Si devant le talent peut faire la différence à tout moment, le comportement défensif de l'ensemble de l'équipe est  inquiétant et indigne d'une équipe de haut niveau. La parole est à la défense (poreuse).

 

Après la rouste monumentale reçue au Parc, l'hypothèse d'une remuntada a du mal a affoler les Trending Topics et autres moteurs de recherche... L'éventualité d'une MSN qui prend feu pour rattraper les buts que le Barça a en retard reste du domaine du plausible. Mais voir le FCB garder sa cage vierge le 8 Mars relève d'un autre tonneau. Et la performance défensive entrevue face à Leganes ne va pas inciter à l'optimisme dans le domaine, c'est le moins que l'on puisse dire.

Passage en revue des faiblesses du Barça de derrière.

 

Pas de pressing

Derrière commence devant. Ce n'est pas une missive philosophique estampillée JCVD, simplement un constat vieux comme le foot, on défend mieux à 10 qu'à 7, ou 8 (Neymar pèse plus dans l'abattage défensif que ses deux concubins de la ligne d'attaque, au sein du 4-4-2 que Luis Enrique propose en phase de non-possession du ballon). Seulement, l'équipe n'exerce plus le pressing étouffant, signature des années Pep (le fameux contre-pressing à la perte), qui permettait des récupérations de balles rapides et haut-perchées dans le camp adverse. Aujourd'hui, les maigres velléités culés dans ce secteur se font de manière isolée, un coup Messi, un coup Suarez, sans que leur (rare, admettons-le) effort soit suivi de manière cohérente par le reste du bloc.

 

Pas de bloc

C'est un problème qui se corrèle parfaitement au souci de pressing. Avec la volonté affichée depuis un moment de mettre en place une animation qui favorise le fait d'offrir des espaces et des ballons de transition à la MSN, l'équipe se coupe régulièrement en deux, scindée entre le bloc défense-milieu et une attaque (mis à part Ney, donc, protagoniste au milieu en phase déf') qui fait ce que bon lui semble. En phase de contre avec le ballon, le bloc ne suit pas nécessairement sa triplette de devant. En cas de perte de balle, la première ligne est immédiatement éliminée, la ligne de milieu a trop de terrain a couvrir et se fait elle aussi facilement mettre hors d'état de nuire.

Une fois les deux premières digues emportées, difficile pour l'ultime barrière de tenir le choc face aux vagues qui arrivent à égalité voire en supériorité numérique. Mais la zaga a aussi sa part de responsabilité. Comme on vient de le souligner, elle n'accompagne pas assez les attaques et ne pousse pas le bloc assez haut. Surtout, comme on l'a vu face au PSG, lorsque le milieu se noie, les défenseurs ont tendance à jouer le recul-frein du milieu de terrain jusqu'à l'intérieur de leur surface. Vient un moment où il faut quand même décider d'avancer. Ou de jouer le hors-jeu. Bref, de tenter quelque chose d'autre que de subir.

 

Pas d'agressivité sur le porteur

La dimension collective des maux défensifs est évidemment en première ligne, et l'on peut se poser des questions sur les réponses que Luis Enrique (ne) propose (pas) sur le sujet. Mais avant toute chose, les comportements individuels ne sont pas à la hauteur. On peut citer quelques exemples. André Gomes qui est toujours au contact de son adversaire direct mais qui semble plus faire écran qu'avoir la volonté de lui soustraire le ballon. Sergi Roberto qui se fait faire un enfant par Draxler sur chaque action. Mathieu qui se fait systématiquement enrhumer par la paire El Zhar-Guerrero (il est vrai à ranger dans la catégorie des terreurs mondiales à ce poste). Digne qui couvre El Zhar en se trouvant 6 bons mètres en retrait de l'alignement du hors-jeu. Mis à part Mascherano qui a cet aspect encré dans l'ADN, les Catalans manquent clairement d'un manque d'agressivité, et laissent trop souvent le porteur de balle manœuvrer à sa guise. Quand ce n'est pas un problème de positionnement qui offre trop d'espace au proprio du cuir, c'est un déficit d'impact qui fait que l'action adverse continue sans problème. C'était vrai face à Paris, ç'a l'a été encore face à Leganes (et c'est donc notoirement plus grave), on a assisté à des séquences de possession adverse avec le sentiment d'impuissance que jamais le Barça n'allait être en mesure de récupérer la gonfle. C'est certainement l'aspect le plus facile à corriger, il suffit de se retrousser les manches et de s'y filer. A voir si les leaders auront la voix (et l'exemplarité) qui porte suffisamment pour saupoudrer les membres de l'équipe d'une bonne rasade de garra.

 

Pas de solutions = relance à risque

Enfin, le fonds de jeu boîteux du FCB actuel a pour conséquence directe sa mise en danger dans le secteur défensif. Face au positionnement haut en quasi-individuelle des adversaires (schéma qui devient traditionnel), les passes se multiplient dans la latéralité entre les quatre de la ligne arrière. Pour ne pas avoir un recours trop systématique à de grands coups de chausson de 50m vers l'avant, les défenseurs (sans solution de leurs équipiers) se retrouvent souvent poussés à la faute par de trop grandes prises de risque. Umtiti a pris l'habitude d'en commettre une par rencontre depuis Janvier, heureusement sans conséquence à chaque fois. Sergi Roberto n'a pas eu cette veine, son dribble hors-de-propos face à Leganes a précipité l'égalisation des Madrilènes. 

On ne voit pas énormément de remède à ce fléau. Ou bien le Barça retrouve son jeu collectif et les milieux proposent des solutions, ou bien les défenseurs devront allonger (et le FCB rendre des munitions, vu le très faible rendement de l'équipe sur les seconds ballons).

 

Heureusement, ter Stegen

Certains doutaient ou doutent encore du niveau du gardien Allemand, mais ter Stegen enchaîne les prestations de premier plan dans la cage, et est en train (si ce n'est donc déjà fait) de mettre tout le monde d'accord. Le fait qu'il ait autant l'occasion de se mettre en lumière n'est évidemment pas une bonne nouvelle pour le FCB, mais il a maintenu l'équipe en vie face à Leganes, après avoir évité que la tôle administrée par le PSG ne soit plus mémorable encore. 

Maintenant que démonstration a été faite de la probité de MATS dans les buts, il serait de bon aloi de le voir disparaître des écrans radars, histoire que l'équipe de M. Martinez soit capable de performer sans que son dernier rempart ne soit contraint à l'exploit. 

 

Si les solutions ne sortent pas du crâne du mister, elles passeront forcément par une reprise en main des cadres. Absent pour encore deux semaines, Mascherano fera un bien considérable au Barça, comme recours en latéral droit ou dans un double-pivot historiquement contre-nature au milieu. D'ici là, Piqué et Busquets semblent être les seuls à pouvoir montrer la voie du mieux à l'équipe en ce qui concerne son équilibre arrière. Espérons qu'ils en soient capables.

Sinon, on ne saurait trop conseiller à Lucho de pécho le 06 de P. Dupraz, lui qui a pris 4 points contre le PSG cette saison...

 

 

Photo :Source Twitter @fcbarcelona_fra

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Luis (mardi, 21 février 2017 18:59)

    Luis Enrique fait trop tourner au milieu et ça empêche d'avoir un milieu de terrain rodé. En plus il fout les joueurs à des postes différents à chaque fois, ce qui ne les aide pas à prendre leurs marques (exemple avec Gomes qui est une fois relayeur gauche puis sentinelle puis relayeur droit...). Qu'il redonne sa confiance à Rakitic et remette le onze de gala !

  • #2

    Ju (mardi, 21 février 2017 19:46)

    C'est certain, sa gestion de l'effectif, notamment au milieu est plus que floue, et ça n'aide rien. Il n'a pas imposé un joueur en l'absence de Busquets, mais fait tourner le poste entre Gomes, Masch et Raki... Idem en relayeur droit, Rakitic n'est pas à la hauteur, mais il aligne une coup Gomes, un coup Rafinha. Denis a été plutôt à son avantage une paire de fois, et il disparaît pendant 3 semaines... Je ne comprends pas, et peut-être que les joueurs aussi sont perplexes.

  • #3

    Luis (jeudi, 23 février 2017 20:17)

    Bah oui Denis semble se libérer en marquant 3 buts et hop Enrique le met sur le banc pendant plusieurs matchs, c'est à n'y rien comprendre. Et franchement c'est quoi son obsession avec Gomes ?? Il le remet à chaque match malgré ses prestation plus que médiocres...

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....