La vérité de la première demi-heure

On y est. Avant ce match retour face au PSG, le Barça est au pied de son Everest. Pour espérer atteindre le sommet, il faudra avant tout mener un train d'enfer dès le coup d'envoi, et faire tourner le scenar' de son côté...

 

Mercredi soir, sur les coups de 21h15, on devrait en savoir un peu plus sur les chances du Barça de retourner la situation inconfortable dans laquelle il s'est fourré au Parc. Si les mouches n'ont pas commencé à changer d'âne, il y aura alors peu d'espoir de vivre une soirée historique.

 

La bataille du milieu

Peut-être paré de son rutilant 3-3-1-3 (tous ensemble !!! 3-3-1-3, toi toi mon tout mon roi), le Barça va se confronter à un test colossal face à Paris. Noyé par l'intensité et la justesse dans l'utilisation du ballon lors du match aller, le milieu de terrain blaugrana va être mis devant ses responsabilités. Même si l'adaptation tactique mise en place depuis le 0-4 de la Porte d'Auteuil semble avoir redonné aux Catalans la maîtrise dont ils manquaient dans le rond central, la marche sera autrement plus haute face au PSG que contre Gijon ou le Celta. Celui qui gagnera le bras de fer dans l'entrejeu sera certainement aussi le titulaire des meilleures occasions. Et à ce petit jeu-là, il vaudrait mieux que les situations se trouvent du côté des locaux. Les espoirs culés ont beau se nommer Neymar, Messi et Suarez, si personne n'est capable un cran plus bas de les alimenter, la goleada restera lettre morte.

Au rayon des inconnues, on sera très attentifs aux intentions parisiennes. Autant à l'aller, compte tenu de l'historique des difficultés Barcelonaises cette saison et celui d'Emery face au Barça, on n'aurait pas compris une seconde que le PSG ne mette pas en place un pressing étouffant. Fort de ses quatre pions d'avance, avec la perspective de pouvoir protéger son but et d'opérer en contre, l'équipe préférée d'Enrico Macias succombera peut-être la tentation de rester sur un bloc bas. Ce qui arrangerait quand même les affaires du FCB...

 

Changer le momentum

L'histoire de la Champions donne peu (en fait, pas...) de chances au Barça de renverser la tendance. Si Messi et ses petits camarades veulent se donner une chance, ils doivent absolument inverser la courbe des vases communicants de la confiance. Pour en arriver là, il faudra jouer un football exceptionnel dès la minute n°1, se créer des occases et les convertir. Bref, faire tourner (vite) le scenario de son côté. Si le Barça parvient à mener 2-0 (ce qui a priori n'a rien de fantasmagorique), les hommes d'Unai commenceront certainement à envisager le pire. La possible résignation qui habite les cerveaux catalans se transformera alors en doute dans les crânes parisiens. 

On se lève, et on répète, tous en choeur :

"Mener 2-0, et changer le momentum..."

"Mener 2-0, et changer le momentum..."

"Mener 2-0, et changer le momentum..."

"Mener 2-0, et changer le momentum..."

"Mener 2-0, et changer le momentum..."

"Mener 2-0, et changer le momentum..."...

Allez-y, répétez-le vous, jusqu'à ce que vous y croyiez...

 

Si l'on pouvait écrire le script

La raison voudrait que l'on vive à nouveau une soirée de désillusion, mais à J-1, rien ne nous empêche de retrouver une âme d'enfant, et de vouloir rêver à voix haute. Comment ça se passerait, si on pouvait le choisir ?

2-0 à la mi-temps. 4-0 à la 90ème, ce qui nous ouvre la porte des prolongations. 5-0, puis 5-1. Le Barça est quasiment éliminé, jusqu'à ce coup-franc de la 119ème aux abords de la surface de Trapp. Messi s'élance... Le Camp Nou se retourne.

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....