Revenir à la réalité

Passée l'euphorie sur laquelle surfe le Barcelonisme depuis le kung-fu victorieux de Sergi Roberto, il sera temps pour les Catalans de retrouver le calme, et une analyse froide et objective de la situation. Le miracle a eu lieu, mais la fin de saison et les titres qu'elle décerne sont encore loin. La remuntada ne garantit rien pour l'avenir proche, et il sera salvateur d'avoir de la mémoire, et de l'humilité, à l'heure de se lancer dans le sprint final.

 

Parce que ce qu'il s'est passé mercredi soir défie l'entendement, et va à l'encontre de toute logique, le Barça ne pourra pas s'appuyer sur cette victoire pour construire ses succès de fin de saison (oui sur l'envie, non sur le fonds). A tête reposée, ce FCB miraculé a encore pas mal de pain-tomate sur la planche avant de se muer à nouveau en candidat au Triplé. Petit retour en arrière pour dégonfler le début d'enflamada.

 

Ne pas oublier le match aller

Si ce 6-1 a balayé le 4-0 initial dans le musée du PSG, il ne faut pas qu'il en soit de même pour le Barça. Le grand écart facial opéré entre les deux phases de cet éliminatoire, qui a finalement souri, ne doit surtout pas effacer le fait que le Titanic était Blaugrana lors du match aller. Au contraire, les Catalans ont exposé des limites rares et embarrassantes au Parc, qui devront être utilisées comme piqûres de rappel avant chaque gros rendez-vous. Le parfait manuel de ce qu'il ne faut pas faire. 

On est en droit de se demander si beaucoup d'équipes en Europe pourront afficher la même facilité balle au pied que Paris à l'aller (d'ailleurs, leur perf' au retour confirme que la réalité se situe certainement entre les deux). Mais quoi qu'il en soit, le Barça se doit d'être conscient et de connaître ses lacunes. Se savoir capable d'exploser en plein vol n'est pas nécessairement une faiblesse, se le cacher est au contraire bien plus préjudiciable. Sur le chemin que l'on souhaite long vers les hautes sphères de la Champions, le FCB devra toujours se souvenir qu'il a eu un pied et quatre orteils au-dessus du précipice, et utiliser cette force du miraculé pour ne pas répéter ses erreurs. Car ça ne pardonnera pas deux fois.

 

Ne pas oublier 2013

Flash-back sur 2013. A l'époque pas dans sa meilleure dynamique, le Barça de Tito Vilanova chute sur la pelouse d'un Milan AC pâlot, avant de faire chavirer la Catalogne au retour. Le mot remuntada était déjà sur toutes les lèvres et sur tous les écrans de smartphones. Malheureusement, la suite des aventures culés en Champions seront moins roses. Le Barça, handicapé par une blessure de Messi, aura toutes les peines du monde à sortir le PSG en quart (sans gagner, 2-2 puis 1-1) avant de sombrer dramatiquement face au FC Bayern de Jupp Heynckes, en s'en faisant coller sept sur les deux matches. Ce précédent, et la violence de la descente post-remontade, devrait permettre aux Catalans de garder les pieds bien sur terre à l'heure d'aborder le tirage au sort qui les attend vendredi prochain. L'Histoire récente le prouve, la remuntada ne vaccine pas forcément contre les lendemains qui déchantent.

 

Se rendre compte du niveau des quart-finalistes

Quelques incertitudes planent encore sur l'identité définitive des contenders pour les quarts de finales, mais l'idée générale est là : il y aura du lourd, de l'épais, du trapu. La Juve et l'Atlético ont déjà acheté leur billet pour le tour suivant, il ne leur reste plus qu'à le composter à l'entrée en gare. On espère pour le niveau de la compétition que Leicester ne poursuivra pas son hold-up face à Séville, et pour finir, le vainqueur du feu d'artifice entre Monaco et City aura de quoi faire trembler toutes les défenses d'Europe (donc celle du Barça, CQFD). Ajoutez à ce menu déjà copieux le Madrid, le Bayern et le Borussia, vous comprendrez vite que dans la mouture 2017 des Grandes Oreilles, il n'y aura pas de Wolfsburg et donc pas de tirage cadeau. Le FCB connaît trop bien ses trois rivaux domestiques pour savoir de quelle paire de manches il s'agit. Des affrontements face au Bayern ou la Juve, équipes très bien organisées, seraient éminemment compliqués, là où la perspective de croiser Dortmund, City ou l'ASM constituerait une affiche a priori si riche offensivement qu'il est difficile d'en déterminer l'issue. Bref, pour se sortir des quarts et voir plus loin, il faudra un FCB brillant et rigoureux.

 

La soirée a été belle, et même plus. Désormais, l'heure est au focus sur l'objectif prochain. Les Barcelonais auront tout l'été, voire toute leur vie, pour repenser à cette noche magica et la raconter. Et c'est toujours plus sympa de relater les meilleures anecdotes en trinquant au cava les mains dans le Coupe, plutôt qu'en tartinant de pommade hémorroïdaire ses plaies à vif laissées par des défaites cinglantes.

 

 

Photo : Source Twitter @Rafinha

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....