Faire renaître un banc

Alors que la Liga va reprendre ses droits, Ernesto Valverde se trouve face à un double défi. Dans l'immédiat, trouver son onze, son système et son animation. Pour voir plus loin et espérer être compétitif sur tous les tableaux, le Basque devra aussi faire renaître de ses cendres un banc de touche ravagé par la saison passée.

 

Pour Ernesto Valverde, rentrée rime avec chantier. Au pluriel... Renvoyé face aux insuffisances de son équipe lors de la Supercopa, pas vraiment aidé par ses dirigeants lors du mercato (ni en coulisses pour l'ambiance dans le vestiaire...), le nouveau mister a déjà de quoi occuper ses journées et ses soirées, à la recherche d'une équipe-type et d'un dispositif conquérant (on en parle ici). Lorsqu'il aura avancé dans ce projet, Valverde aura pour mission, s'il l'accepte, de se lancer dans la réhabilitation d'une armée de joueurs de complément, en perdition depuis au moins un an. Charmant programme... Vital, pourtant.

 

Le lourd héritage de Luis Enrique

Petit flash-back, rétroviseurs orientés sur le mercato de l'année dernière. Le Barça, champion en titre et empli de certitudes sur la toute-puissance de ses titulaires, se réjouit, et la quasi majorité de ses suiveurs avec, du gonflement quantito-qualitatif non négligeable de son banc de touche. Paco Alcacer, André Gomes, Denis Suarez, Lucas Digne, autant de jeunes prometteurs, mais déjà aguerris, censés donner repos et concurrence aux vaches sacrées du vestiaires. 

Douze divisions calendaires plus tard, ces mêmes patronymes sont inévitablement envoyés dans la corbeille "indésirables". Si la faute en revient évidemment aux joueurs eux-mêmes, impossible de dédouaner Luis Enrique, puisque c'était sa responsabilité. Entre deux coups de pédale dans l'arrière-pays, Lucho est passé complètement à côté de la gestion des suppléants, dans la continuité comme dans la mise en confiance. La coup de projecteur le plus cruel pour l'Asturien venant qui plus est de la capitale, où Zidane, sans foncièrement s'imposer comme le meilleur tacticien de l'histoire, s'avère exceller dans le management d'un effectif. Avec une gestion intelligente de sa plantilla, Zizou a transformé son banc de touche en arme de destruction massive, là ou Enrique en a fait un problème de dissolution interne. Le meilleur moyen de s'en rendre compte se résume peut-être dans les réponses à deux-trois questions... Au début de la saison dernière, en potentiel intrinsèque pur, André Gomes était-il très inférieur à Kovacic ? Même question pour Denis Suarez comparé à Lucas Vazquez ? Pour finir, en entrant dans le foot- fiction, on peut se poser la question : où en serait aujourd'hui Marco Asensio s'il avait atterri il y a deux ans dans le Barça de Luis Enrique ?

 

Réactiver le potentiel

Comme exposé dans l'article précédent, on imagine le Barça pouvoir s'épanouir cette saison dans un 4-2-3-1 organisé autour de Messi. Ce qui induit donc de devoir envisager, dans un coin de la tête, des plans B, en cas de blessure ou simplement dans un souci de rotation et d'implication de tout l'effectif. Dans le cas présent, il y aurait foison, voire même embouteillage, pour les deux strapontins dans le rond central. Difficile de dire qui seront les deux joueurs à dominer la course aux titularisations, même si leur statut et leur bagage semblent naturellement désigner Busquets, Iniesta et, un ton en dessous, Rakitic (si le système permet de retrouver le Raki de Séville, pas celui de l'an passé). Sergi Roberto semble avoir toutes les qualités pour occuper un poste qui, de part la présence de quatre joueurs offensifs juste devant, nécessite plus de volume, d'impact que de pur toucher de balle ou de gestion du tempo. Ce qui donc semblerait désigner également Paulinho pour ce rôle.

S'il y a donc profusion de solutions potentielles dans la salle (réduite) des machines, on est quand même en droit de se demander, quid d'André Gomes ? Le Portugais pourrait avoir son mot à dire dans cette fonction, mais il semble partir de très loin, tant il sort d'une saison en forme de chemin de croix. Valverde va devoir enfiler un costume de magicien pour lui rendre son lustre de l'époque Mestalla. Dédé peut-il, à défaut, devenir une solution un cran plus haut ? Car si Dembélé paraît avoir ce qu'il faut pour s'imposer (malgré une adaptation à assumer) et si Denis s'est révélé prometteur, derrière eux le panel d'ailiers/milieux offensifs laisse perplexe. Arda est à la cave, Deulofeu n'a peut-être tout simplement pas le niveau, Rafinha ralentit trop le jeu pour être une alternative convaincante à ce poste. Le coach pourra toujours inventer un Sergi Roberto ou Aleix Vidal sur l'aile droite, mais il serait bienvenu que parmi les noms précédemment cités, certains émergent et se montrent enfin dignes du maillot qu'ils portent. Et deviennent des alternatives crédibles pour, a minima, gagner des matches face au ventre mou, là où le FCB a perdu le titre l'an dernier. Le même constat s'applique devant pour Alcacer, lui qui semble perdu à chaque fois qu'il occupe la pointe de l'attaque culé. Pour lui comme pour les autres, Valverde devra ressusciter les joueurs excitants qu'ils étaient à leur arrivée en Catalogne. Honnêtement, on ne voit pas trop comment, mais les Blaugrana ne pourront pas s'appuyer sur un roster de seulement 14 joueurs qui ont le niveau.

Derrière, les choses semblent plus claires, même si numériquement il est surprenant de voir Vermaelen remplacer Marlon. Encore une gestion remarquable de la direction sportive... Outre le Belge, Digne et Vidal devront afficher un visage incisif pour sécuriser leur place dans le groupe, qui pourrait être menacée dès l'an prochain par les montées de Cucurella et Palencia. C'est l'autre terrain sur lequel l'ancien technicien Bilbaino est attendu. Il aura les cartes en main pour (enfin !!) valoriser les jeunes pousses de la B, Aleña ou Ruiz de Galarreta en tête.

 

Bref, à tous les étages de la fusée, on en est encore au gros-oeuvre, et la première couche de peinture n'est pas prête d'être sèche. Il faut juste espérer (prier, pour ceux qui le souhaitent) qu'au final la meilleure recrue du mercato estival soit Ernesto Valverde...

 

 

Photo : Source Twitter @fcbarcelona_fra

 

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Thibule (jeudi, 07 septembre 2017 19:26)

    très belle conclusion

  • #2

    Ju (jeudi, 07 septembre 2017 23:14)

    Cette conclusion, pour être honnête, c'est pas ce qui me rassure le plus...

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....