Savoir gérer la première défaite

Depuis le couac en Supercoupe au mois d’Août, le Barça est invaincu et surfe sur une série de résultats proche de la perfection. Pour autant, la marge aperçue dans les rencontres n’est pas toujours aussi confortable que les scores veulent bien le laisser supposer… Jusqu’ici, le déroulement des matches a souvent tourné en faveur des Catalans.  Avant d’attaquer une fin d’année riche en grands rendez-vous, le FCB et sa dynamique actuelle survivraient-ils aux premiers vents contraires ?

 

Implacable mathématiquement. Poussif footballistiquement. Après près de trois mois de compétition, le Barça affole les classements autant qu’il chloroforme ses téléspectateurs, et ce double visage questionne au moment où la route blaugrana va sensiblement s’élever, avec l’enchainement imminent de plusieurs cols hors catégorie (Juve, Valence, puis, dans le lointain, le Real Madrid). Pour le moment, tout sourit à Messi & Cie, mais que va-t-il se passer lorsque le premier grain de sable va venir gripper la machine ? La réaction de l’équipe à ce moment-là en dira certainement long sur ses chances de voir loin en fin de saison.

 

La pièce tombe souvent du bon côté

 

 

S’il fallait un match témoin qui résume le début de saison culé, ce serait exactement celui engrangé samedi à Leganes. Avec un contenu aussi enthousiasmant qu’un programme de nuit sur Arte, à corréler de toute évidence au jour maussade traversé par Messi et Iniesta, le FCB s’est néanmoins imposé 3-0. Ceux qui n’ont vu passer que le tableau d’affichage sur l’écran à lumière bleutée de leur cellulaire en ont certainement déduit que le match avait été maîtrisé et facilement remporté, mais ce n’est pas exactement la couleur du tableau que l’on a pu observer… De même, ter Stegen a ajouté un nouveau clean sheet à une désormais imposante collection, mais l’Allemand a dû compter sur son propre brio plus que sur la solidité générale de l’équipe pour en arriver là.

 

 

Bref, en un mot comme en cent, le Barça d’aujourd’hui maximise une production parfois assez chiche (on l’a déjà vu lors de notre dernier bilan d’Expected Goals). Surtout, lorsque l’on parle d’une invincibilité qui s’étire désormais sur 16 matches, il est notable que le FCB n’a passé en tout et pour tout que 74 minutes en retard au score (avec à chaque fois, une réaction remarquable sur le plan mental, pour gagner à Getafe et sauver le nul face à l’Atlético). Autant dire que les Blaugrana se sont rarement trouvés dos au mur cette saison. Leur exemplaire imperméabilité leur permet de toujours, ou presque (13 matches sur 16), marquer les premiers, et donc de se simplifier le scenario de la partie.

Pour le moment, en terme d’efficacité, la pièce tombe toujours du bon côté pour Valverde et sa clique, ce qui porte sa racha actuelle. Le football étant fait de cycles, et l’équilibre de ces cycles étant particulièrement fragile, on peut craindre que le premier revers subi par les Barcelonais n’enraye la belle machine, lui faisant perdre sa marche à plein régime. Ce qui peut arriver mercredi à Turin, comme au mois de Février…

 

Un péril plus dynamique que mathématique

 

Plus une série dure, plus elle s’approche de sa fin… Ce n’est pas ce genre d’aphorismes de comptoir qui nous dira grand-chose de la vérité des prochains matches, mais il faut reconnaître qu’au détour des prochains voyages, à Turin et Valence, la défaite attendra le Barça au tournant. Surtout si le fonds de jeu reste aussi mièvre que lors des dernières sorties. Pourtant, sur un plan purement comptable, le FCB pourrait presque se remettre d’une semaine à deux défaites. A moins de voler en éclat face à le Juve, les Catalans conserveraient toutes les chances de finir premiers de poule, et une défaite à Mestalla rapprocherait certes Valence à un point, mais le matelas resterait confortable sur les autres poursuivants au classement.

Le vrai risque d’une paire de revers se situe plutôt du côté de la dynamique de l’équipe. Jusqu’à présent, les victoires valident le travail de Valverde, mais en cas de défaite les résultats ne pourront plus masquer la sensation de vide qui émane du jeu Barcelonais. Et les médias auront tôt fait de jeter de l’huile sur ce feu-là.

 

Le déficit de supériorité dans le jeu place le Barça sur un fil, à la merci d’un momentum qui s’inverse, d’un ter Stegen qui ne sort plus l’arrêt salvateur qui maintient le 0-0, d’une attaque qui traverserait une crise d’efficacité… La saison étant faite de hauts et de bas, le pactole de points accumulés doit servir au FCB pour absorber un trou d’air passager. On jugera alors l’équipe à sa capacité de réaction après la première inondation.

 

 

Verre à moitié plein, verre à moitié vide ? 

 

Pour en revenir au constat général, qui oppose un jeu plutôt pauvre et une certaine opulence au classement, la question est de savoir comment les choses peuvent évoluer.

D’un côté, les pessimistes (qui se définiront probablement comme étant « réalistes ») pointeront l’aspect précaire du fonds de jeu, l’efficacité qui aveugle devant comme derrière (porté par les perfs de MATS et Messi), la surperformance qui se reflète dans les Expected Goals de l’équipe. Effectivement, de fin Aout à aujourd’hui, le Barça a glané plus qu’il n’aurait mérité, et il est fort probable qu’il rentre dans le rang. En marquant un peu moins et en encaissant davantage, le FCB serait alors soumis à des résultats en-deçà de sa moyenne actuelle, son avance en Liga pourrait fondre et son avenir en Champions s’écrire en pointillés. Et aujourd’hui, ses certitudes sont trop peu nombreuses pour le mettre à l’abri d’un (juste) retour de bâton.

A l’inverse, on peut également se réjouir de voir les Blaugrana enquiller les résultats tout en gardant une énorme marge de progression. Qu’elle soit individuelle (rendement de Piqué et Suarez, entre autres) ou collective, la performance globale de l’équipe est largement améliorable, ce qui pourrait laisser présager un avenir radieux. Un retour à leur niveau de certains cadres, l’incorporation de Dembélé, une embellie du niveau de jeu (qui aujourd’hui paraît pourtant hypothétique), un mercato d’hiver réussi sont autant de paris qui pourraient permettre au Barça de monter d’un cran et de se muer en un contender crédible pour les titres de fin de saison (la Champions, donc, puisqu’en Liga ce sera le cas par définition).

 

 

 

Elle finira par arriver. Tôt ou tard. Espérons le plus tard possible, mais elle finira par arriver. La première défaite de la saison du Barça sera un révélateur, et les joueurs de Valverde devront montrer dans une situation contraire qu’ils ont les tripes pour s’en relever et poursuivre leur route vers les titres de fin de saison.

 

 

Photos : Twitter @fcbarcelona_fra

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Vous aimez le style

de Blograna.com,

n'hésitez pas à

cliquer sur "J'aime"!

Un autre football est possible. Près de chez vous.

Si vous aimez Blograna.com, vous aller vous régaler sur Alterfoot.com

Passer le mot autour de vous....